Takeshi Ito (dir.), Basutido : Furansu chusei shintoshi to kenchiku, Tokyo, Chuo Koron Bijutsu Shuppan, Heisei 21, 2009 (Shuma Tei)

Ce livre consacré aux bastides de la France médiévale est le résultat de trois années de recherche accomplies par des spécialistes japonais de l’histoire sociale et de l’histoire architecturale des villes dans le cadre d’une collaboration pluridisciplinaire, ce qui est suffisamment rare pour être souligné dès le départ. Pourquoi se sont-ils intéressés aux bastides ? Les villes médiévales européennes sont souvent présentées comme des dédales qui se sont développés sans « régulation » ni « planification » ; elles avaient généralement une église en leur centre, avec, en face, la place du marché. Au contraire, dans les bastides, dont plusieurs dizaines ont été construites dans le Sud-Ouest de la France, entre 1250 et 1350, les rues suivaient un plan quadrillé qui enserrait une place du marché carrée avec une église à la diagonale de la place. La situation topographique de chacune d’entre elles, ou les héritages de l’agglomération qui l’avaient précédé, expliquent cependant qu’elles soient maquées par une certaine variété. L’éditeur scientifique de cet ouvrage, le professeur Takeshi Ito, est un spécialiste de l’architecture des villes médiévales japonaises ; il s’est intéressé aux bastides françaises dans le cadre d’un projet de recherche qui fait du quadrillage urbain un dispositif majeur de l’histoire de la ville car il caractérise aussi bien la ville romaine antique, que certaines villes médiévales et que la ville contemporaine. Pour Takeshi Ito, qui travaille sur l’idée de la ville, le quadrillage est un élément clef pour analyser la croissance des villes aussi bien au Japon qu’en Occident.

L’ouvrage est constitué de cinq chapitres. L’introduction de Takeshi Ito pose tout d’abord les problématiques essentielles à propos des bastides ; le chapitre 1 dresse ensuite le contexte historique, en particulier politique et religieux de la période concernée ; les chapitres 2 et 3 observent l’espace urbain et architectural de trois bastides représentatives ; et, enfin, le chapitre 4 détaille d’autres exemples. Les quatre chapitres sont naturellement fortement reliés les uns aux autres. Les analyses des bastides représentatives dans les chapitres 2 et 3 exposent ainsi des questions concrètes, comme l’adaptation des plans de villes et de maisons aux terrains en pente, qui sont ensuite reprises dans le chapitre 4. Le livre se déploie donc en trois strates qui entremêlent l’évolution historique du Sud-Ouest, l’étude du sens de l’espace urbain et, enfin, les analyses architecturales, ce qui donne une vision extrêmement approfondie des bastides étudiées. Un tel résultat est dû à la dimension interdisciplinaire de l’ouvrage où des spécialistes d’architecture, en particulier dans le chapitre 3, travaillent à partir d’enquêtes réalisées dans les maisons actuelles. Ces micro-études, douze au total, posent des questions extrêmement intéressantes, par exemple sur les processus par lesquels ont été construites les arcades ou les caves des maisons situées autour des places du marché. Cette mise en parallèle des documents historiques, des observations faites sur les maisons actuelles, en particulier les traces qui peuvent subsister sur elles, et même des témoignages des habitants permet de faire revivre sept siècles de l’histoire des bastides. L’ouvrage comporte, enfin, de nombreux appendices et annexes, en particulier une étude sur les villes régulières au Pays de Galles, en Italie ou encore dans les régions germanophones ou encore une réflexion sur les matériaux utilisés. Il est très illustré ce qui est dû là encore à la collaboration des historiens avec des architectes et des cartographes. Il comprend une bibliographie approfondie ainsi qu’une liste et une carte des bastides. Il est naturellement rédigé en japonais mais les auteurs ont eu soin que toutes les légendes et les figures soient traduites en français de sorte qu’il puisse être utilisable par des lecteurs occidentaux. Premier de son genre au Japon, cet ouvrage témoigne de la vitalité des études urbaines dans l’archipel et du désir de ces chercheurs de se rapprocher de leurs collègues européens.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.