Marie-Claude Blanc-Chaléard, Antonio Bechelloni, Bénédicte Deschamps, Michel Dreyfus, Eric Vial (dir.), Les petites Italies, Collection Histoire, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2007, 436 p. (Colette VALLAT)

Rares sont les ouvrages collectifs qui, comme celui-ci, réussissent la gageure de fondre trente communications un livre de très grande qualité. Seule la rigueur intellectuelle de l’équipe de coordination a pu discipliner l’étude de l’implantation des Italiens dans le monde au cours des XIXe et XXe siècles (aux USA par I. Brancoli, p. 151 ; au Canada par B. Ramirez p.73 ; en Argentine par J. Devoto p. 89 ; en Allemagne par Y. Reiker p. 225 ; au Royaume-Uni par C. Douki p. 243 ; en France par A. Canovi p. 177 ; en URSS par E. Dundovitch et F. Gori, p. 211).

Les Petites Italies, dont il est question, constituent un objet d’étude foisonnant dont les contours sociaux, géographiques, chronologiques et épistémologiques se devaient d’être repris, affinés. Ce qui est fait ici en quatre parties (Le modèle américain revisité pp. 25-121, Les Petites Italies au miroir de la diversité italienne pp. 123-241, Identité nationale et métissages culturels pp. 243-337, Les représentations et leurs enjeux pp. 339-435) qui permettent au lecteur de comprendre ce « corps à corps entre les hommes et les lieux » (J. Rainhorn, p. 45) On peut, à la suite de P. Milza, à qui le CEDEI a dédié l’ouvrage, qualifier de « ritalies » des sites aussi différents que le quartier Sainte-Anne à Nogent sur Marne ou que le kolkhoze Sacco et Vanzetti créé, en 1930, par une poignée d’exilés politiques à Kerc. En effet, ni l’ampleur de la vague migratoire (sont étudiés les quelques 60 millions d’Italiens dispersés dans le monde comme les 80 Trentini présents à Delle en 1931), ni la dimension ou la spécificité des territoires d’accueil (sont comparés des Etats-Continent comme le Brésil – L. Biondi, p. 105 – ou l’Australie – L. Baldassar, p.385 – et la minuscule vallée de la Delle dans le Jura – F. Spagnoli, p.163-), ni même la qualité des migrants (le lecteur rencontre les riches marchands de Mariupol, les dandies du boulevard des Italiens, les marbriers du Vermont, les bûcherons du Vercors, les standardistes de New-York, les maçons des environs de Paris, les besogneux et les premiers investisseurs d’Hollywood et même quelques vedettes…) ne font rien à l’affaire : au-delà de la diversité de chaque temps et de chaque lieu, l’identité des expatriés s’est d’abord forgée sur un a priori très péjoratif. Les Wops (Ritals) étant, à l’inverse des Waps, les habitants de logements sans confort (tenement, p. 365), de coins de ville à part, où la vie était bruyante, malodorante, voire canaille (P. Hidiroglou p. 305).

Paradoxalement, loin de précipiter les immigrés dans la voie de l’acculturation, ce folklore peu gratifiant, fortifié par un art cinématographique balbutiant (p. 319) a été l’une des pierres sur lesquelles l’identité des little Italies s’est construite. Elle a émergé en s’ancrant dans un ethnoterritoire (S. Dufoix, V. Foucher, p. 423) que le spectateur, Italien ou non, pouvait aisément reconnaitre au travers des signes (magasins, bateleurs, marchands ambulants, jeu de Bocce – p. 364…) donnés à voir sur des images au pouvoir fascinant. Dessinée à gros traits cette identité n’est pas, pour autant, figée et, si elle connut une phase où l’on pouvait craindre qu’elle s’effaça (phase très grande assimilation « métropolitaine » des années vingt), l’invisibilité des communautés italiennes éparpillées dans le monde résultant d’une assimilation assumée ne s’est pas accompagnée de l’oubli. Au contraire, les Petites Italies, en donnant un cadre stable à la noria des migrants, ont permis un métissage culturel ou/et une inter-culturalité qui font leur richesse et qui sont reconnus et appréciés aujourd’hui. L’ouvrage n’aurait pu déboucher sur cette conclusion s’il n’avait proposé une « mutation problématique » (M.-C. Blanc-Chaléard, p.18) où interviennent le croisement des échelles (L. Teulière, p. 185), la référence à la « grande Italie » (A. Bechelloni, p. 339), l’analyse du changement des regards (ce qui était discriminant hier – Baldassar L., p. 394 –, est désormais un élément mémoriel, l’immigrant est devenu un héros auquel on dresse des  monuments).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.