Dominique Hervier (dir.), André Malraux et l’architecture, Collectif, introduction François Loyer, Paris, Le Moniteur, coll. Architextes n°19, Comité d’histoire, travaux et documents n°24, 2008, 296 p., 92 ill., CD-Rom de témoignages (Danièle Voldman)

Le 23 novembre 2006, à l’occasion du trentième anniversaire de la mort d’André Malraux, titulaire du premier ministère des Affaires culturelles, le Comité d’histoire de cette administration a organisé une journée d’étude consacrée aux rapports entre l’écrivain, le ministre et l’architecture. La transcription des interventions, des débats et des témoignages forme la trame de la nouvelle production de ce très actif comité. Modernité oblige, l’ouvrage est même accompagné d’un CD permettant, en autre, d’écouter la voix exaltée du ministre rendant hommage à son ami Le Corbusier qui venait de mourir. Réentendre ce discours est une bonne introduction au propos : de l’architecte défunt, l’écrivain dit, le ramenant à ses propres talents, qu’il « avait été peintre, sculpteur et plus secrètement poète ». La question centrale qui traverse l’ouvrage est la place occupée par l’architecture dans l’univers mental de l’écrivain ministre, dont le Musée imaginaire recèle plus de sculptures que de monuments. La plupart des contributions s’essaient à montrer qu’une analyse rapide tendant à la minorer est erronée. Ainsi Henri Godart, rappelant que « l’architecture comme art n’est pas oubliée dans ses écrits », mais que « la place infiniment plus grande qui est faite aux arts plastiques pose de plusieurs manières la question de leur importance respective dans cette réflexion et de leurs rapports », insiste sur l’importance des données techniques pour expliquer la moindre présence des bâtiments. La photographie rendait alors mal compte des intérieurs et le grand angle ne faisait pas forcément justice à l’édifice photographié. Malgré cela, et bien que le ministre fut surtout sensible aux questions figuratives, tous les auteurs insistent sur la place des édifices dans la pensée de l’auteur de la Condition humaine, des temples d’Ankhor mis en avant par Michaël de Saint-Cheron à la chapelle Notre-Dame du Haut de Ronchamp. C’est sans doute François de Mazières, président de la nouvelle cité de l’architecture et du patrimoine qui exprime le plus directement les termes de la question en affirmant que « si les immenses besoins en logements qui mobilisaient les forces de l’État n’avaient pas été si nécessaires et si prégnants, le ministère des Affaires culturelles et son ministre auraient pu développer les secteurs de la création et de la qualité architecturale et les imposer à l’opinion ».

André Malraux s’est d’autant plus intéressé à l’architecture que durant son passage à la tête des Affaires culturelles, hormis la construction de milliers de logements, des chantiers sans précédent ont été entrepris à travers tout le pays (Michel Lantelme). Deux programmes ont particulièrement impliqué les Affaires culturelles. Les maisons de la culture se voulaient « des hauts lieux de diffusion de la culture des arts plastiques, de la musique ou du cinéma ». Elles furent aussi, nous dit Richard Klein, « dans certains cas des lieux de diffusion de la culture architecturale ». Autre façon de dire que la culture artistique ne considérait l’architecture qu’à la marge ? Quoi qu’il en soit, en 1965, six maisons de la culture étaient déjà construites et fonctionnaient au Havre, à Bourges, Caen, Amiens et Thonon-les-Bains, ainsi qu’à Paris pour le Théâtre de l’est parisien. Quant aux cinq nouvelles préfectures de la région parisienne édifiées après la réforme administrative de 1964, elles furent confiées à Henry Bernard pour Pontoise, Daniel Badani (Créteil), Guy Lagneau (Évry), André Wogenscky pour Nanterre et Jacques Binoux à Bobigny (François Loyer). En fait, l’action de Malraux au ministère des affaires culturelles — tout entière tendue vers l’accès de tous à l’art et à la culture — s’est développée dans deux grandes directions, la protection du patrimoine ancien et l’impulsion donnée à la création. Loin de s’opposer ces deux actions étaient complémentaires et ne peuvent être dissociées de la grande loi sur les secteurs sauvegardés qu’il a initiée et fait voter en 1962. Dès son arrivée au ministère en 1959, André Malraux s’est attelé à la sauvegarde des monuments modernes d’autant plus menacés qu’ils n’étaient pas considérés par le milieu qui l’entourait comme faisant partie du patrimoine artistique du pays. Après avoir réussi à protéger deux oeuvres de Le Corbusier, la villa Savoye à Poissy et la chapelle de Ronchamp, il s’attacha avec succès à modifier la législation sur les monuments historiques (Bernard Toulier et Édith Lauton). Isabelle Balsamo et Dominique Hervier posent parfaitement les termes du débat en se demandant à propos de l’inventaire général, comment « la création de cette nouvelle mission dédiée à la connaissance du passé allait-elle s’inscrire dans le formidable mouvement de modernisation de la France ? ». Cette apparente contradiction explique en partie la naissance des secteurs sauvegardés, conçus aussi comme des contrepoids à la disparition des quartiers insalubres des centre villes. Quant à l’étude consacrée par Dominique Amouroux au projet avorté du musée du XXe siècle, elle montre les liens complexes entre Malraux et Le Corbusier et les difficultés à faire cohabiter la création contemporaine et les oeuvres du passé. Ce qui donne toute leur importance aux études préalables faites dans les milieux du ministère en vue d’une éventuelle réforme de l’École des Beaux-arts. Éric Lengereau rappelle l’importance du rapport Peira sur cette réforme, remis au gouvernement trois jours avant le second tour des élections présidentielles de juin 1969.

Les témoignages et les documents ne font que renforcer l’impression que Malraux ne s’est pas si facilement fait entendre des représentants de la nation, pris dans les difficultés quotidiennes des guerres coloniales et de la crise du logement. Son discours à l’assemblée nationale du 14 décembre 1961 sur la sauvegarde du patrimoine n’en a que plus de panache, qualifiant Versailles de « bâti pour le roi, conquis par le peuple, sauvé par la nation ».

Malgré un côté commémoratif et exercice appliqué, cet ouvrage restera une référence pour toux ceux qui s’intéressent aux politiques culturelles de la Ve République gaullienne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.