Marc Suttor, Vie et dynamique d’un fleuve. La Meuse de Sedan à Maastricht (des origines à 1600), Bruxelles, de Boeck, 2006, 689 p. (Marie-Thérèse Lorcin)

Ce livre est l’abrégé d’une thèse soutenue en 1990 ainsi que la synthèse de travaux de diverses provenances, dont des travaux d’archéologie antique et médiévale (cf. bibliographie, p. 27 à 160). La masse de renseignements assemblés est impressionnante, en particulier dans les notes, qui occupent au moins le tiers des pages du texte, et dans les plans et tableaux reproduits dans les annexes.

Le but de l’ouvrage est nettement délimité. Il s’agit « d’une monographie sur la Meuse et non sur le pays mosan » (n. 8, p. 13). Les lecteurs sont avertis : on ne parle ici ni des axes routiers, ni de l’infrastructure commerciale des villes de la vallée, ni des aspects culturels et artistiques, ni du commerce au sens large, « mais bien du trafic ». Ce n’est pas non plus la Meuse des sources au delta où elle mêle ses eaux à celles du Rhin, mais la Meuse moyenne, soit les deux tiers du bassin, la Meuse de Sedan à Maastricht, que séparent 280 km.

Fleuve de régime océanique, la Meuse se prête à la navigation, surtout au printemps et en automne, sans exiger de gros aménagements. Les applés (débarcadères) sont équipés le plus souvent de simples pieux et bittes d’amarrage. Pendant la période choisie par l’auteur, des origines à 1600, les techniques de navigation ne changent guère. Les bateaux sont de ceux qu’utilise l’Europe de l’Ouest au Moyen Âge, bateaux à fond plat, de faible tirant d’eau, très maniables, mais qui ne peuvent affronter la houle et ne s’aventurent pas hors du bassin fluvial où ils ont été construits.

La Meuse moyenne et ses affluents sont généreusement pourvus de bacs, ponts débarcadères et moulins. Ces derniers, qu’ils soient montés sur barques ou directement sur le cours d’une rivière à forte pente comme l’Ourthe, deviennent peu à peu les machines à tout faire : meunerie, brasserie, foulage, aiguisage, papeterie, métallurgie surtout. À celle-ci, le charbon de terre du bassin de Liège donne un nouvel essor dès le XIIIe siècle.

La première partie (p. 215-298) s’intitule « pouvoirs et contrôle ». Elle résume l’histoire de la région depuis Agrippa jusqu’à l’orée du XVIIe siècle. Se forment au Moyen Âge deux principautés majeures, l’évêché de Liège et le comté de Namur, absorbés par la puissance bourguignonne, puis espagnole. Malgré les aléas d’une histoire politique et militaire troublée, la Meuse conserve son rôle d’axe de circulation et ne devient frontière qu’au XVIe siècle. Le contrôle sur le trafic s’exerce au moyen des sites fortifiés (châteaux et villes), des étapes obligatoires créées pour les denrées de première nécessité comme le poisson, le vin le sel, ce qui facilite la levée des taxes. Les péages et tonlieux sont en effet nombreux.

La seconde partie, consacrée au trafic, est naturellement la plus longue. Elle comprend la description (p. 301‑464) et l’analyse (p. 465-542). L’auteur passe en revue denrées (vins, poissons, sel, céréales, bière, épices…), matières premières, combustibles, matériaux de construction, produits manufacturés, et pour finir les personnes. Car des « barques marchandes » assurent un service régulier et tarifé entre les villes dès la fin du XIIIe siècle. De temps à autre, un convoi exceptionnel transporte plus confortablement les VIP d’alors, princes et princesses, chefs de guerre, diplomates.

Il ressort de tout cela que les contrées traversées par la Meuse moyenne sont riches. Riches tout d’abord parce que dotées de ressources variées : mines (fer, plomb, houille, calamine), immenses forêts des Ardennes d’où partent par flottage des trains de bois de 300 à 450 troncs, pierre à bâtir, ardoises que les abbayes puis les villes achètent par dizaines de milliers dès la fin du XIIe siècle… La vallée est riche grâce surtout au dynamisme de ses habitants qui ont fait de cette vallée une ruche bourdonnante d’artisanat. Au Moyen Âge, c’est la métallurgie qui tient le premier rang : sidérurgie de la région liégeoise, chaudronnerie de Dinant, armurerie diffusée dans toutes les villes (armes blanches, puis armes à feu, canons, poudre). On comprend que les princes à tout moment s’intéressent à une région où ils puisent leurs fournitures de guerre. Le revers de la médaille est que la Meuse moyenne sert souvent de champ de bataille. Les Bourguignons détruisent Dinant en 1466, Liège deux ans plus tard…

Mais à l’orée du siècle suivant, les deux villes, reconstruites, ont repris leurs activités. Le Liégeois, grâce à la houille, attire de plus en plus des artisanats de tous genres. Faute d’une carte d’ensemble, on ne saisit pas clairement la distinction faite entre commerce régional, interrégional et à grande distance. Mais ce qui est sûr, c’est que les villes de la Meuse moyenne commercent essentiellement avec l’aval, avec le delta et les pays que l’on peut atteindre par mer. Les autres directions importantes, où mènent des voies de terre, sont la région de Cologne d’une part, et l’Est du bassin parisien de l’autre (Champagne, Ilede- France, Lorraine). Il apparaît aussi que ce trafic est bénéficiaire : la Meuse moyenne fait venir d’Angleterre la laine et l’étain, de France des céréales et du vin, d’Allemagne proviennent laine, plomb, cuivre, vins, des pays de la Mer du Nord du sel, des harengs et encore des harengs… En échange, les villes de la Meuse exportent des produits manufacturés : dinanderie, armes, couteaux, clous, etc.

La précocité, la continuité et la variété de l’artisanat dans les villes dont les noms reviennent à chaque page expliquent le développement des agglomérations et leur aménagement : Mézières, Dinant, Namur, Huy, Liège, Maastricht, ont leurs foires, leurs ponts précocement reconstruits en pierre, leurs solides murailles et autres équipements collectifs.

La troisième partie, les hommes, est la plus courte (57 p.) car le sujet tel qu’il est défini au début n’englobe ni les hommes d’affaires, ni les artisans autres que ceux qui sont en rapport avec le fleuve. L’auteur étudie les bateliers ou « naiveurs » sous l’angle des corporations. Le nombre en est, dans presque toutes les villes, fixé dès le XIVe siècle, si bien que chacune de ces corporations englobe plusieurs professions. Le droit des métiers ne diffère guère de celui des régions voisines. Le peu que l’on sait des bateliers et pêcheurs montre que leur position sociale est dans l’ensemble modeste. Ce n’est pas eux qui maîtrisent la vie économique des villes florissantes de la Meuse moyenne, dont les activités et les signes d’aisance sont un apport intéressant à l’histoire urbaine. En même temps, cet ouvrage donne des aperçus dignes d’être signalés à l’histoire économique, qui après un long silence, renaît de ses cendres pour le bien de l’histoire générale et des historiens.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.