Tisser l’histoire. L’industrie et ses patrons XVIe-XXe siècle. Mélanges offerts à Serge Chassagne. Études réunies par René Favier, Gérard Gayot, Jean-François Klein, Didier Terrier et Denis Woronoff, Presses Universitaires de Valenciennes, 2009, 406 p. (Jean Lorcin)

Ces contributions à un ouvrage collectif s’inscrivent dans un hommage au spécialiste de l’histoire de l’industrie textile, notamment des cotonnades, des « indiennes », entre le XVIIe et le XIXe siècle, la Première Révolution industrielle enjambant allègrement la fatidique et artificielle barrière de 1789 qu’ont si longtemps érigée nos manuels scolaires (p. 10).

Louis Bergeron (p. 25-29), cofondateur du CILAC (p. 11-12), insiste sur la contribution de Serge Chassagne à l’avènement de l’archéologie industrielle, mais là n’est pas l’essentiel de son oeuvre : elle est vouée à l’étude du patronat de l’industrie textile, des dynasties dont a rendu compte par exemple le dictionnaire biographique des Patrons du Second Empire auquel précisément Serge Chassagne a apporté sa contribution pour la région lyonnaise, aux côtés de Pierre Cayez (p. 10). Leur importance est d’autant plus justifiée qu’elles ont très inégalement suivi la loi des trois générations – des sabots aux sabots. Les dynasties alsaciennes de la région de Mulhouse où a pris son essor l’industrie des cotonnades avant d’émigrer pour partie vers la région de Rouen où Serge Chassagne, précisément, l’a retrouvée, apportent un éclatant démenti à cet aphorisme.

Dans cet hommage collectif au dernier directeur du Centre Pierre-Léon, à Lyon (p. 13), on peut relever trois directions principales qui ne recoupent pas exactement la division également tripartite choisie par les maîtres d’oeuvre de l’ouvrage, « Lieu de production » (p. 25-124), « Pratiques entrepreneuriales » (p. 125-260), « Trajectoires » (p. 261-406). Pour ma part, je distinguerais trois dominantes, l’eau, la famille, l’ingénierie.

La première, particulièrement représentée sous la rubrique « Lieu de production », suit au fil de l’eau l’industrialisation du textile, notamment de la cotonnade, à base de force hydraulique. L’usine (filature, tissage, indiennerie) prend la succession du moulin à foulon (p. 35), comme on le voit dans la vallée de l’Andelle étudiée par Jean-François Belhoste (p. 41-56), autant d’ouvrages hydrauliques qui s’inscrivent dans le cadre d’une protoindustrialisation (p. 11) dont les traces légitiment la pratique de l’archéologie industrielle (p. 27, 358-359). Cette constante détermine toute une géographie, dont on peut regretter qu’elle ne soit pas plus richement illustrée par des cartes, où la Normandie est évidemment surreprésentée.

La famille – voir notamment l’ensemble réuni sous la rubrique « Trajectoires » – est évidemment au coeur d’une recherche portant sur des entreprises proto-industrielles où la stratégie des dynasties patronales, avant l’avènement de l’anonymat, joue un rôle fondamental dans le développement. Rien ne l’illustre mieux, cas limite, que la pratique pittoresque des « mariages à la mode du pays » – une femme dans chaque port ! – unissant les marchands bordelais aux « signaries » sénégalaises évoquée par Hubert Bonin (p. 209-219). Plus classiquement, les dynasties alsaciennes ont donné l’exemple d’une continuité profitable à l’industrie cotonnière de la région de Mulhouse et des Vosges, dont on sait les liens avec celle de la région de Rouen. À bien des points de vue, cet hommage à la tradition n’a nullement ralenti l’industrialisation. C’est ce que prouve justement l’exemple des liaisons quasi-matrimoniales entre Bordeaux et le Sénégal : elles ont été à l’origine du développement de l’industrie des oléagineux à partir de l’arachide, Bordeaux détrônant ainsi Marseille.

L’importance attachée aux généalogies est bien dans la ligne de l’inspirateur et destinataire de ces « Mélanges », Serge Chassagne. On sait son attachement à l’étude des dynasties patronales qui ont propagé en particulier l’industrie cotonnière, de l’Alsace à la Normandie, à travers la France. On peut en revanche regretter que ces histoires de famille, dans le présent livre, fassent si peu de place à la religion, exception faite, bien entendu, de l’étude que fait Claude Prudhomme (p. 235-246) de la Congrégation des Messieurs de Lyon à l’origine de l’OEuvre de la Propagation de la Foi, vouée aux Missions. Mais il ne s’agit plus de liens familiaux. En revanche, on peut s’étonner de voir la description précise, fondée sur des archives familiales, de l’essor d’une dynastie de raffineurs de sucre d’Angers d’origine hollandaise et de religion protestante (p. 261) ne faire aucune place à l’impact éventuel de la Révocation de l’Édit de Nantes en 1685, qui a provoqué par exemple l’exil de fabricants de drap d’Elbeuf (p. 275). On retrouve un lointain descendant marguillier d’une paroisse nécessairement catholique au XVIIIe siècle (p. 267). Ces huguenots ont-ils abjuré, comme le suggère cette tardive vocation, ou bénéficié d’une surprenante tolérance ? On ne sait.

L’esprit d’entreprise, l’ingénierie, est enfin au coeur de la réussite de la Première industrialisation : Rothschild – « il y a trois façons de se ruiner, les chevaux, les danseuses et les ingénieurs » – n’avait pas toujours raison. Cette innovation propagée partout par le mécanicien anglais (p. 56, 62-63, 71-73, 317-318, 338) se fait déjà sous le signe de la société de consommation, comme le souligne Stanley Chapman (p. 285-299). Elle fit ses premiers pas au XVIIIe siècle, avec l’avènement de la « camelote », de la cotonnade imprimée, ou « indienne », dérivée du « batik » indonésien, au papier peint, en passant par diverses imitations de l’artisanat chinois – le monde à l’envers aux yeux d’un citoyen du XXIe siècle –, de la porcelaine à la laque. La cotonnade, notamment l’indienne, ce triomphe du « bon marché », est le lieu par excellence de l’innovation, face aux textiles indigènes traditionnels, la laine et le lin. Elle couvre une sorte d’empire dont l’axe serait Mulhouse, si féconde en inventions, à mi-chemin des rivières normandes et de la manufacture allemande, comme l’illustre l’exemple de la diffusion du métier à tisser automatique Northrop, une innovation américaine, étudiée par Serge Benoît (p. 85-96).

Et l’histoire urbaine dans tout cela ? Ce n’est pas le but d’un ouvrage collectif dédié à l’histoire économique, mais elle fait cependant une discrète, mais remarquable apparition sous trois signatures bien connues des Lyonnais.

Pierre Judet (p. 111-122), dont on sait la contribution à la muséographie du décolletage dans la vallée de l’Arve, souligne l’implication de la ville dans la conservation des traces d’une industrie volontiers confondue par le grand public avec l’horlogerie.

Olivier Zeller (p. 195-207), avec son brio habituel, présente les services publics avant la lettre qu’étaient les différentes fermes de la voirie lyonnaise, éclairage, pavage, OM et vidange, au XVIIIe siècle. Il illustre son propos par un plan de Lyon permettant de localiser l’éclairage et le pavage de cette ville.

Françoise Bayard (p. 157-167), avec sa vigueur et sa précision non moins habituelles, présente, à travers une sombre histoire domestique illustrant les mauvais traitements infligés aux apprenties par de petits patrons de l’industrie textile, les rapports de voisinage qu’elle suggère, à travers les témoignages. À ces exceptions près, nous avons affaire, encore une fois, à un ouvrage d’histoire économique centré sur l’industrie textile, en particulier la cotonnade, l’indienne, dans le droit fil de l’oeuvre de toute une vie du destinataire de cet hommage.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.