Caroline Guibaud, Simone Hartmann-Nussbaum, Geneviève Jourdan, Thierry Monnet, Montbrison, un canton en Forez (Loire, Rhône-Alpes), photogr. Eric Dessert, Didier Gourbin, dess. Paul Cherblanc, Lyon, Lieux Dits, Images du Patrimoine, 2008, 104 p. (Dominique Hervier)

Dans la nouvelle présentation de la collection des Images du patrimoine, l’équipe de l’inventaire de la Région Rhône Alpes livre un ouvrage à la fois dense et élégant consacrée à la ville de Montbrison, ainsi qu’au patrimoine de la vingtaine de communes environnantes. L’intégration du canton dans le Pays d’Art et d’Histoire du Forez et dans la communauté d’agglomération Loire-Forez créé en 1983 favorise aujourd’hui la mise en valeur de son patrimoine paysager et culturel et l’on souhaite que cette publication y contribue.

Sous la direction de Françoise Lapeyre-Uzu, cette publication s’organise selon le plan désormais bien établi des volumes de la collection. Elle comprend deux parties : une introduction historique et « un patrimoine en images » qui réserve à la ville de Montbrison une place de choix, puis, de manière résolument thématique elle présente successivement les châteaux de l’ancien comté du Forez, les demeures de la plaine, l’activité économique, les fermes, l’architecture et le mobilier religieux. L’étude de la ville est donc enrichie et élargie par la mise en évidence des liens politiques, familiaux ou économiques qui la lient aux autres communes du canton.

Un château-fort sur une butte basaltique dominant la plaine du Forez fut vraisemblablement fondée par Artaud II, premier comte du Forez, repoussé de Lyon par l’archevêque vers 1075-1080. Il est à l’origine de Montbrison, puis le site devient une étape pour les pèlerins de Compostelle. La ville se transforme en capitale au XIIe siècle et le marché (textile et sel) acquiert une importance régionale. Une seconde muraille, un hôpital, la collégiale Notre-Dame, puis une charte de franchises accordée aux habitants sont autant d’éléments qui facilitent le développement urbain, sans compter le Vizézy, petit cours d’eau qui traverse la ville et soutient en amont une activité économique. Après les aléas de la guerre de Cent ans et les épidémies de peste de la fin du XVe siècle, Montbrison fait figure de capitale provinciale pendant deux siècles. Il en résulte une architecture urbaine aux caractéristiques contrastées que l’étude systématique de l’inventaire général, attentive à la voirie, à l’îlot, aux quartiers ainsi qu’au parcellaire, situe dans la longue durée et restitue dans ses formes d’origine et ses modes de construction peu perceptible aujourd’hui. A cet égard, la typologie des maisons d’une à deux travées et deux à trois niveaux, dont le rez-de-chaussée est utilisé comme remise par les jardiniers ou vignerons ou encore comme atelier pour une population vivant de l’artisanat (rue Précomtal, rue Bourgneuf), est un exemple intéressant de l’osmose entre des formes rurales et urbaines (voir Histoire urbaine, n°9). La Renaissance est une époque d’épanouissement artistique et les modèles décoratifs inspirés de la Bastie d’Urfé – dont le maçon est forézien – se retrouvent sur les façades des maisons et des hôtels montbrisonnais. L’engouement des érudits du XIXe siècle pour ces vestiges sculptés en grès local est tel que plusieurs remplois dans les jardins ou sur les façades ont pu être repérés au cours de l’enquête. Si les éléments attendus de l’architecture urbaine sont bien analysés – ordonnances des façades (où l’influence lyonnaise se fait sentir), escaliers (on en dénombre 35 en vis), portes et décors intérieurs – on regrettera cependant de ne rien apprendre sur les caves, leur situation et leur mise en oeuvre dans cette ville d’origine médiévale où elles ont dû réserver de belles surprises. L’architecture religieuse, avec l’église Notre-Dame de l’Espérance, l’ancien couvent des Visitandines dont la façade s’inspire de celle de François Mansart pour la maison mère parisienne, et la chapelle des Pénitents complète l’approche monumentale de Montbrison. L’histoire architecturale de Montbrison connaît au XIXe siècle des pages brillantes illustrées par la Caisse d’Epargne construite par l’architecte Léon Gaudibert en style néo-renaissance avec le concours du sculpteur Seguin, du mosaïste Mora, du céramiste Bigot, tandis que la salle de la Diana (lieu éponyme de la société historique et archéologique du Forez où sont conservés tant de documents précieux pour la connaissance de Montbrison et du Forez) est restaurée par Viollet le Duc. La ville fait intervenir le célèbre paysagiste Denis Bülher pour aménager un jardin public. Il faut donc savoir gré aux auteurs d’avoir pour chaque époque mis en valeur les créations mais aussi les transformations et évolutions que connaît la ville, le rôle tenu par les comtes, les membres de la noblesse et les municipalités successives.

On exprimera cependant un regret lié aux contraintes normatives de la collection : dotés d’une bibliographie sommaire, les textes sont dépourvus de notes, les illustrations ne comportent pas de références systématiques (malgré les efforts des auteurs qui s’ingénient dans le texte à indiquer leurs sources) et l’ouvrage est privé d’index. C’est d’autant plus regrettable que si le lecteur est incité à consulter les bases Mérimée, Palissy, Mémoire et Archidoc du site du ministère de la culture pour compléter sa curiosité ou son savoir et si l’ensemble de la documentation rassemblée est consultable grâce à des dossiers électroniques sur le site de la Région Rhône-Alpes, il n’en demeure pas moins que cet ouvrage, par son approche méthodique de tous les aspects du territoire et la richesses de ses informations, justifierait un supplément d’appareil critique.

En tout cas, la mise en page où textes, photographies et plans se complètent avec brio, la qualité de la photogravure qui sert remarquablement les photographies d’Eric Desert et de Didier Gourbin révèlant des paysages grandioses, concourent à faire de ce livre une grande réussite éditoriale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.