Michel Pauly, Peregrinorum, pauperum ac aliorum transeuntium receptaculum. Hospitäler zwischen Maas und Rhein, (Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte Beihefte 190), Stuttgart, 2007 (Odile Kammerer)

Juché sur les épaules des géants de l’histoire médiévale, Michel Pauly porte son regard scientifique sur un avenir sinon incertain du moins stimulant. Sobrement intitulé Hôpitaux entre Meuse et Rhin au Moyen Âge avec les termes latins désignant leurs usagers, l’ouvrage propose une somme érudite de 512 pages explicitées par 21 cartes des hôpitaux retenus, 15 cartes particulières, 4 plans de villes avec les implantations hospitalières et enfin, nec plus ultra, 2 tableaux d’analyses de correspondances à multiples variables (données sur CDRom). Des statistiques ? des tableaux abstraits, incompréhensibles pour les non-initiés ? Est-ce bien raisonnable alors que les sources (et l’auteur ne se prive pas de le répéter) sont hétérogènes, lacunaires, subjectives, médiévales pour tout dire !

Saluons l’ambition de ce travail. À première lecture, l’auteur donne à voir une encyclopédie de nos connaissances sur les 528 hôpitaux documentés entre le VIe siècle et 1500, dans un espace de quelque 75 625 km2 entre Meuse et Rhin. Non seulement monographies d’établissements (xenodochia, infirmaria, hôpitaux de ville ou de campagne pour pèlerins et pauvres, hospices, maisons spécialisées) mais aussi travaux sur la pauvreté, la charité, la société urbaine, sont mobilisés, étudiés, échenillés et cités avec précision. Ce bilan historiographique et bibliographique représente-t-il un arrêt sur image ? Tout l’intérêt, au contraire, de l’enquête repose sur la mise en mouvement visant une “histoire totale” en plaçant dans l’espace les problèmes sociaux et en utilisant les cartes comme outils d’analyse : en prenant appui sur l’histoire des hôpitaux, Michel Pauly se propose de construire le rôle spatial de l’hôpital dans la structure évolutive de la société et dans le processus d’urbanisation.

L’agencement du travail suit une méthodologie rigoureuse : établissement des données (les data avec tous leurs biais), discussion et choix des critères (qui serviront à fabriquer les indicateurs) et enfin exploitation cartographique et statistique pour aboutir à l’essentiel, l’interprétation, au demeurant toujours prudente en refusant la systématisation.

Parce que les données offrent un caractère incertain (la première mention, est-ce la date de la prise de décision ? du contrat ? de la construction ? de la consécration de la chapelle ? de l’arrivée des pauvres ? le fruit du hasard de la conservation ?) et hétérogène (Strasbourg et Liège bénéficient d’une documentation plus abondante que Condé-en-Barrois et Sindelsberg, les hôpitaux du XVe siècle que les xenodochia), l’auteur a recours aux statistiques en considérant l’hôpital comme acteur dans les structures sociales en perpétuelle évolution. À partir de tous les cas particuliers, il reconstruit les relations entre les différents niveaux d’organisation en des temps et des lieux variables. L’analyse quantitative et spatiale l’oblige à une formalisation exigeante pour tendre vers une synthèse.

L’hôpital est une institution de droit canonique accueillant dans un bâtiment prévu à cet effet toutes sortes (successives ou simultanées) d’itinérants, de faibles et de laissés pour compte. Le traitement cartographique du corpus de toutes les premières mentions de l’objet ainsi défini permet à l’auteur de dégager les logiques d’implantation régionale. On ne s’étonnera pas de constater la densité des hôpitaux le long des fleuves et sur les routes romaines mais l’étude, en prenant en compte les établissements implantés dans les villages et petites villes, les abbayes en pleine nature, met en valeur, en jouant sur les échelles et la chronologie, un maillage global dans lequel se situent les dynamiques convergentes des hôpitaux et des villes. Que toutes les villes à la fin de la période aient un hôpital n’est pas un scoop mais l’approche globale permet d’affirmer que si la présence d’un hôpital ne définit pas la ville, son absence dénote une localité de faible importance. Michel Pauly replace la répartition et la dispersion de l’hôpital dans la problématique de la centralité qu’il connaît particulièrement bien. S’il retient la structuration de l’espace autour de la ville par l’hôpital communal grâce à son approvisionnement, son influence, ses possessions, il se montre réservé pour tous les autres établissements qui n’apportent aux villes qu’un supplément de sens. Les hôpitaux constituent des noeuds et non des points de centralité. Cette exploitation documentaire se traduit par des cartes de synthèse, des cartes-ressources, où prime la volonté d’exhaustivité au détriment de la communication. Légendes et informations complexes brouillent quelque peu le message. En revanche les cartes à grande échelle ou les plans de villes offrent une lisibilité parfaite.

Les données spatiales intègrent également les fondateurs et leurs motivations : les ordres religieux, les évêques, les ecclésiastiques, les saints, les seigneurs et les princes, les bourgeois, les villes, les métiers, les juifs. Autant de fondateurs, autant de circonstances et de motivations particulières. Michel Pauly reprend toute la littérature en confrontant les hypothèses disponibles à ses observations pour dégager quelques lignes de force ou des questions ouvertes. Pour lui, la préoccupation spirituelle du salut des fondateurs et donateurs reste une donnée invariable sur toute la période et dans tout l’espace étudié, même si d’autres motivations s’y ajoutent. La question de la communalisation des hôpitaux se pose plutôt en terme de décléricalisation des établissements.

Dans le faisceau des data, entrent les fonctions hospitalières très diversifiées selon les lieux, les temps, les acteurs et donc la typologie elle aussi très diversifiée des hébergés (peu de pensionnaires de longue durée). L’apport de la cartographie permet de corriger les décalages dans le temps entre la réalité sociale et des textes aux formules souvent fossilisées. Pendant le Haut Moyen Âge, pèlerins et voyageurs pauvres, parfois malades, trouvent accueil dans des hôpitaux en terre d’immunité, cathédrales, abbayes ou autres fondations au rythme lent de 5 mentions de nouvel hôpital par décennie. De 1180 à 1250, ce rythme s’accélère nettement (15 à 20 mentions par décennie) dans le contexte de la territorialisation des pouvoirs grâce aux fondations de la petite et haute noblesse et à celles des bourgeois avec des temps d’occupation très inégaux : passants, pèlerins, émigrés, égarés restent peu et pas en hiver à la différence de ces nouveaux occupants que sont les seniors qui séjournent et surtout paient leur “hospitalisation”. Le même niveau d’intensité de créations s’observe au siècle suivant (1250-1350) dans les villes considérées comme des lieux centraux mais aussi dans les petites villes. À partir de la seconde moitié du XIVe siècle le nombre des hôpitaux à caractère généraliste baisse (10 à 12 mentions par décennie) et s’amorce l’émergence renforcée au XVe siècle des hôpitaux plus spécialisés et dédiés aux soins. Dans cette catégorie Liège et Strasbourg se situent nettement en tête en consacrant leurs efforts à rendre efficients les établissements hospitaliers : prise en main communale (décléricalisation), financement par les pensions de retraite, soins médicaux, mais le salut des malades reste une priorité. Les villes prennent aussi conscience du rôle social de l’hôpital et de leur gestion difficile. Elles vont donc les intégrer à un dispositif de discipline sociale en réglementant la mendicité, en créant des catégories de pauvres, en contrôlant plus qu’en aidant.

Michel Pauly a méticuleusement déterminé ses indicateurs (localisation, première mention, fondateurs, gestionnaires, fonctions hospitalières (éventuellement le patronage) pour traiter ces données selon deux méthodes statistiques déjà rodées par une équipe de recherche qui, avec le professeur Irsigler à Trèves, a fait ses preuves (analyse des correspondances multifactorielles, analyse Cluster). L’exploitation statistique et cartographique lui permet de poser des questions qui ouvrent le champ de l’histoire des hôpitaux : quels facteurs influencent le plus la fondation d’un hôpital à une époque donnée dans un lieu donné ? pourquoi cette densité dans la Belgique actuelle et l’Alsace ? peut-on parler, pour cette dernière région en particulier, de “pays d’hôpitaux” comme on parle de “pays de villes” ? Les polarités géographiques amènent d’autres observations : plus tard un hôpital est créé, plus grandes sont les chances que ce soit à l’est du champ géographique étudié. L’espace entre Meuse et Rhin se révèle cohérent en dépit d’une frontière linguistique, un espace de vie permettant de comprendre les institutions d’assistance. L’histoire de l’hôpital continue …


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.