David Rivaud, Les villes et le roi. Les municipalités de Bourges, Poitiers et Tours et l’émergence de l’Etat moderne (v. 1440-v. 1560), Rennes, PUR, collection « Histoire », 2007, 346 p. (Cédric Michon)

Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2003, le livre de David Rivaud porte un regard neuf sur trois villes capitales entre la fin de la guerre de Cent Ans et la veille des guerres de Religion. L’objet de cette étude est l’analyse des relations entre les corps de ville et le roi. Elle met l’accent sur la dimension essentielle de dialogue et de négociation qui caractérise ces rapports en raison de la convergence d’intérêts entre les deux parties. Ce qui en résulte est la construction en parallèle des autorités royale et municipale.

On signalera d’entrée de jeu un des grands mérites de ce livre qui tient à la séquence chronologique retenue. La pertinence de la période 1450-1560 pour aborder la question de l’affirmation du pouvoir royal en France est indiscutable. Il n’en faut pas moins saluer l’audace qui consiste pour une thèse à oser transgresser la sacro-sainte coupure académique entre le Moyen Âge et l’époque moderne.

Le corpus des villes choisies est lui aussi très cohérent tant du point de vue géographique, qu’économique, institutionnel ou politique. Bourges, Poitiers et Tours sont toutes en effet le siège d’une sénéchaussée ou d’un bailliage ; elles ont rang épiscopal ou archiépiscopal ; elles sont des capitales régionales.

Pour autant, même si l’ouvrage se justifie par une analyse dialectique des rapports entre pouvoirs municipaux et pouvoir central, le livre est extrêmement riche sur le quotidien de la vie municipale. En effet, adoptant un point de vue décentré sur la question de l’affirmation de l’Etat, l’auteur a été amené à dépouiller de très nombreuses séries documentaires (registres de délibération, comptabilités urbaines etc.). L’intérêt de l’étude est,de ce point de vue, rehaussé considérablement par la dimension comparative. Le plan adopté est chronologique.

La première partie (« Culture politique et pouvoirs dans les villes de la France royale avant 1430 ») analyse d’abord l’oeuvre de Jean de Berry dans son apanage et la mise en place d’une administration structurée, puis les années 1418-1436, apogée de ces villes qui sont alors, pour un bref moment, « capitales royales ». Charles VII fait alors de Poitiers une ville de cour, et de Bourges une sorte de capitale financière, avant que toutes deux ne rentrent dans le rang des « bonnes villes ».

La deuxième partie « Les nécessités de la paix (v. 1430-v. 1470) » analyse successivement « Les corps de ville gendarmes de la paix royale », « Les bases de la personnalité fiscale des corps de ville », « Les nouvelles identités urbaines » et « La question de l’interventionnisme royal dans les affaires municipales ». L’un des enjeux de cette partie est l’analyse des échanges financiers entre villes et pouvoir royal, avec, à la clé, la question de la répartition de la charge financière de l’entretien des murailles, la négociation consistant à rétrocéder une partie de la fiscalité royale aux villes, en échange d’un effort budgétaire significatif pour l’entretien des murailles.

La troisième partie « Affirmation du modèle participatif (fin XVe-début XVIe siècle) » étudie ce modèle par l’analyse de l’enracinement de l’accord militaire et fiscal (chapitre 8), du rôle du roi comme bâtisseur de la police municipale (chapitre 9) et de l’exercice concret du pouvoir des officiers moyens et des municipalités. Il en ressort l’affirmation d’une véritable communauté en armes et un élargissement des responsabilités des élites urbaines.

La quatrième partie s’intéresse aux « Formes du dialogue » au cours de la même période et souligne qu’elles oscillent entre information, propagande et discours, relevant de « l’acte de pouvoir », de la « prise de parole des villes auprès du roi » ou de la célébration de l’accord.

La cinquième partie « Dysfonctionnement et ruptures (milieu du XVIe siècle) » souligne la montée des tensions entre les villes et le pouvoir royal, en raison notamment de l’accentuation de la pression fiscale. Les conséquences en sont la « fin du modèle intégrateur » (chapitre 16).

Le grand mérite de l’ouvrage est donc de souligner le parallèle entre l’affirmation des villes et de l’Etat monarchique. Il tient aussi à sa forme. Ecrit dans une langue simple et claire, il se signale par la qualité de ses titres et de ses sous-titres. La dimension comparative permet d’assurer au propos une vraie valeur démonstrative. Elle aurait toutefois gagné encore sans doute à élargir ses perspectives. S’appuyant avec profit au départ sur les travaux d’Albert Rigaudière ou de Bernard Chevalier sur les relations entre les bonnes villes et le roi, entre « entente cordiale » et « accord parfait », l’auteur se place également dans la perspective des travaux sur l’Etat moderne, de John Russel Major à Mastellone et Philippe Hamon. Dans la perspective qui est la sienne, il aurait été intéressant qu’il emprunte également aux réflexions fondatrices de Michaël J. Braddick sur la formation de l’Etat en Angleterre. Dans State Formation in Early Modern England, c. 1550-1700 (Cambridge, 2000) Michaël J. Braddick réfute l’idée de construction, trop volontariste, au profit de l’expression plus neutre de « formation ». Rejetant l’idée d’une construction concertée obéissant à un plan élaboré d’avance, Braddick insiste plutôt sur les intérêts communs de la couronne et des élites locales. Les analyses de David Rivaud auraient sans doute gagnées encore à être confrontées à ce modèle par rapport auquel il serait fécond de se positionner, en terme d’analogies autant que de divergences.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.