Sintic Bruno, Petites villes de Normandie. Pont-Audemer, Harfleur, Louviers, Neufchâtel, villes secondaires de la région de Rouen, 1450-1550, Caen, Presses universitaires de Caen, 2011, 477 p. (Pierre-Henri Guittonneau)

 

Issue d’une thèse qui a été soutenue en mai 2005, cette publication offre un regard inédit sur un ensemble de localités qui n’ont été étudiées jusqu’à présent que dans le cadre de monographies. Bruno Sintic entreprend avec cette étude comparative de révéler les caractéristiques des villes de la région de Rouen qui les distinguent de plus grandes – Rouen, Évreux ou encore Dieppe – et de gros bourgs. Par son objectif, ce travail a aussi pour vocation de dégager un « idéal-type » de la petite ville normande. Pour ce faire, l’auteur manie, avec rigueur, un corpus de sources composé surtout de comptes municipaux ou seigneuriaux et de registres notariés d’un XVe siècle mieux documenté que les périodes précédentes. Ces  sources offrent, en se complétant, une série de renseignements qui, croisés avec les grandes thématiques de l’histoire urbaine et de l’histoire des petites villes, donnent à l’auteur les grands axes de son ouvrage : définition de son échantillon et description des caractères qui définissent l’urbanité des localités qu’il étudie – paysage urbain, institutions politiques et administratives, hommes et activités économiques, certains aspects de la vie sociale. Ainsi sont dégagées cinq parties qui varient les échelles et font entrer, pas à pas, le lecteur toujours plus au cœur des petites villes normandes au sortir de la guerre de Cent ans. Chaque fois, Bruno Sintic fait parler, avec méthode et sens critique, une documentation hétérogène qui n’éclaire pas toujours d’elle-même les questions qu’il cherche à élucider.

Le semis des villes ainsi que la hiérarchie urbaine font l’objet de la première partie. L’auteur procède au repérage des petites villes de son étude parmi l’ensemble des agglomérations normandes. Un bref chapitre liminaire vient enraciner le semis de la fin du Moyen Âge dans les étapes successives de l’urbanisation de la région depuis l’Antiquité. Ce premier travail, qui pose aussi des jalons institutionnels, administratifs et économiques, conduit à un deuxième chapitre qui mesure les différents niveaux de la hiérarchie urbaine en appliquant à une des rares listes dont on dispose – celle des villes qui ont participé aux états de Normandie au XIVe siècle – une étude raisonnée des critères urbains. L’opération aboutit à distinguer, dans un peu plus de quarante localités, une vingtaine de petites villes. Dans ce groupe, se signalent, par l’état de leur documentation, celles qui forment le cœur de l’analyse : Pont-Audemer, Louviers, Harfleur et Neufchâtel.

C’est à partir des sources de ces villes et, notamment, de Pont-Audemer, que Bruno Sintic examine le paysage urbain. À défaut de disposer de descriptions de villes, il recourt à la documentation administrative et notariée pour reconstituer leur cadre matériel autour de trois thèmes qui se succèdent dans la deuxième partie : l’occupation et la structuration de l’espace urbain, l’évolution du bâti urbain et son élaboration. L’auteur étudie finement les éléments structurants et les usages sociaux de l’espace urbain, les acteurs, les types d’interventions et leur chronologie ainsi que la réalité des chantiers. Il montre, par là, les efforts de reconstruction effectués par les municipalités, en accord avec le pouvoir royal, et par l’Église au sortir de la guerre de Cent ans et tout spécialement dans la dernière décennie du XVe siècle. Quand les premières mettent leur ville en défense pour adapter les enceintes à l’artillerie et offrir à la vie économique la protection des remparts, la seconde reconstitue ses propriétés. Selon l’auteur, ces opérations diverses ne sauraient répondre à des tentatives d’embellissement, mais bien plutôt à des besoins immédiats lorsqu’un équipement manque ou est défaillant.

La troisième partie « Petites villes et pouvoirs » est dévolue à l’étude des relations des communautés urbaines avec le pouvoir royal surtout, mais aussi avec tout autre pouvoir seigneurial qui intervient dans l’espace urbain. Elle consiste en une sorte de raisonnement dialectique filé en trois chapitres qui s’inscrit dans les analyses que Bernard Chevalier a menées sur les bonnes villes : « part d’autonomie », « progrès de la tutelle royale » et « négociation permanente : tentatives d’influence et solutions de compromis ». La situation des petites villes normandes au XVe siècle – du moins celles comme Pont-Audemer qui ont obtenu des franchises et une commune – ne départ pas de ce qui se rencontre ailleurs. La gestion financière par les bourgeois donne corps à une représentation de la ville incarnée par des hommes élus par l’assemblée des bourgeois. Pour mesurer le redressement de l’autorité du roi à partir de 1450, Bruno Sintic procède à l’analyse des marques du pouvoir royal et de ses manifestations dans les villes : lieux, officiers ainsi que formes et raisons du dialogue qui s’instaurent entre le roi et les villes. Par l’étude des doléances des villes relatives, notamment, à la reconduction des exemptions fiscales, il montre bien que leurs intérêts et ceux du roi, quoique opposés, se conjuguent et que, pour obtenir gain de cause, les autorités urbaines affichent leur fidélité au roi et font jouer les réseaux de relations qu’elles ne cessent de développer auprès de ses officiers ou de ses proches.

Dans la partie suivante, en deux chapitres solidement construits – sur l’origine des citadins et sur les mouvements migratoires d’une part et sur leurs activités économiques d’autre part –, une série de thématiques est abordée sous l’angle de l’économie et de la société : niveaux de vie des citadins, professions ou encore spécialisation économique des villes. Avec une analyse précise des registres de notaires, Bruno Sintic dessine le portrait d’une petite ville normande qui est animée par de multiples échanges économiques et par de fréquentes migrations, qui se trouve insérée dans un vaste espace où elle subit l’influence de plus grandes agglomérations comme Beauvais, Dieppe ou Paris et qui subit les effets d’événements extérieurs. Sensible à ces phénomènes plus larges, elle apparaît surtout dans les sources comme le centre d’un petit espace qui dépend fermement d’elle. Elle domine, par les échanges commerciaux qu’elle coordonne, sa périphérie dans un rayon de dix kilomètres.

Bruno Sintic clôt son ouvrage par des dossiers d’histoire sociale centrés sur quatre groupes : le clergé, les élites, les femmes et les jeunes ainsi que les pauvres et les malades. Derrière l’étude sociale qui met bien au jour les grandes figures sélectionnées par l’auteur, soucieux de tirer le plus grand profit des sources, il y a, à coup sûr aussi, le désir de faire émerger les grands sujets de préoccupation des autorités urbaines, royales et ecclésiastiques. Cela n’apparaît pas mieux que dans les chapitres consacrés aux jeunes et aux malades. Ces autorités développent, au sujet des premiers, un discours politique, moral et religieux tandis que les élites municipales, plus spécifiquement, s’attachent à améliorer les équipements hospitaliers hérités des siècles précédents pour rendre l’environnement plus sain et combattre les maladies dans un contexte de repeuplement et de renforcement des échanges commerciaux.

En point d’orgue de son étude, B. Sintic livre une ultime typologie des agglomérations normandes où se distinguent les différents niveaux de la hiérarchie urbaine. Les petites villes se situent à un niveau intermédiaire entre les localités modestes qui ont un caractère urbain sans fonction administrative d’envergure, et les villes d’une taille identique à la leur mais avec des fonctions administratives supérieures comme les villes de bailliage. C’est là que se situe l’« idéal-type » recherché : celui d’une petite ville qui est, souvent, un modeste centre économique, religieux, militaire et administratif et qui n’a qu’un faible pouvoir de commandement au-delà de sa banlieue dont elle draine marchands et hommes. Même si on peut regretter de trop discrètes définitions – « villes secondaires » par exemple – et de trop discrètes allusions aux illustrations colorisées, on ne peut que conseiller la lecture de ce volume. Au plaisir de lire un ouvrage aussi rigoureusement bâti que le permet la documentation parfois déficitaire des petites villes, se joint tout l’intérêt que l’on trouve à pouvoir consulter des tableaux de synthèse, des cartes et un gros dossier de pièces justificatives qui siéront aux amateurs de la langue comptable et administrative du XVe siècle.

Pierre-Henri GUITTONEAU  

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.