Les architectes et la fonction Publique – XIXe-XXIe SIÈCLES Session2 / LES MISSIONS DES ARCHITECTES DANS LE CADRE PUBLIC, 28-29 mars 2013, à l’ENSA de Paris-Belleville – 60 boulevard de la Villette – 75019 Paris

Téléchargez le programme (PDF)

► Responsables 
· Catherine Bruant
École nationale supérieure d’architecture de Versailles, Léav
· Chantal Callais
École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, GEVR (ADES-UMR CNRS 5185 – Bordeaux 3) 
· Guy Lambert
École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, IPRAUS (UMR CNRS AUSser 3329)

► Comité scientifique

· Jean-Yves Andrieux, historien de l’architecture et de la ville, professeur à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), Centre André Chastel (UMR CNRS 8150) · Florence Bourillon, historienne, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris Est Créteil Val-de-Marne, Centre de recherche d’histoire européenne comparée · Robert Carvais, historien du droit, directeur de recherche au CNRS, Institut d’histoire du droit (IHD), Centre d’étude d’histoire juridique, Université de Panthéon-Assas, chargé de cours à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles  Olivier Chadoin, sociologue, maître-assistant, École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, chercheur, LET (Lavue, UMR CNRS 7218), réseau Ramau  · Viviane Claude, architecte, historienne de l’urbanisme, professeur à l’Institut d’urbanisme de Paris Est Créteil Val-de-Marne, Lab’URBA · Thérèse Évette, docteur en sociologie et licenciée en sciences économiques, fondatrice du LET, chercheuse associée (Lavue, UMR CNRS 7218) · André Guillerme, historien, HTTP (EA 3716), professeur en histoire des techniques, Conservatoire national des arts et métiers · Éric Lengereau, architecte-urbaniste, chargé de mission pour l’élaboration du « Vocabulaire de l’architecture contemporaine », Délégation générale à la Langue française et aux Langues de France, Ministère de la Culture et de la Communication · François Loyer, historien de l’art et de l’architecture, directeur de recherche CNRS honoraire · Dave Lüthi, historien de l’architecture, professeur assistant, Université de Lausanne · Philippe Panerai, architecte et urbaniste, directeur de la selarl Panerai & associés, architecture, urbanisme et ville durable · Élisabeth Rojat-Lefebvre, architecte et urbaniste, directrice du CAUE 78.

Au sein des structures publiques ou parapubliques, on repère, confiées à des architectes, des missions d’assistance à la maîtrise d’ouvrage, de contrôle et de conseil, enfin de maîtrise d’œuvre. Les premières, dans des contextes très variés, peuvent revêtir un caractère pré-opérationnel comme les études de faisabilité, le montage d’opération, le pilotage et le suivi de projets, parfois très proche de la maîtrise d’œuvre. Depuis la mise en place du Conseil national des bâtiments civils, des conseils départementaux et de la Commission des monuments historiques, les missions de conseil et de contrôle se sont considérablement développées au cours du XXe siècle, à tous les échelons et bien au-delà des CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) créés en 1977. Ces charges de service public sont pratiquées à travers différents statuts, souvent dans le cadre libéral, sauf pour les ABF.

Les missions de maîtrise d’œuvre couvrent un champ très large : travaux de restauration des monuments historiques , d’entretien d’un patrimoine immobilier et parfois constructions neuves. Au XIXe et jusqu’au milieu du XXe siècle, s’il était habituel que les communes ou les départements confient la construction de leurs bâtiments à un architecte attitré, les tentatives de certains départements pendant le XIXe siècle de « fonctionnariser » leur architecte n’auront pas de suite. La valeur d’intérêt général accordée au patrimoine, la spécialisation nécessaire des compétences, mais aussi la volonté de maîtrise à l’échelle de l’État, sont sans doute les critères qui ont mené à la mise en place de corps d’architectes dans ce domaine, permettant toujours l’exercice libéral parallèle. Ces corps d’architectes sont aujourd’hui assez bien connus pour le XIXe siècle. Leurs évolutions récentes, qui ont trait aux interactions public/privé (ABF) et à la mise en concurrence (ACMH),
seront étudiées lors de la troisième session de ce séminaire. Cette session ne prétend pas balayer le champ des missions confiées aux architectes dans des cadres publics, mais témoigner de l’évolution des pratiques depuis le XIXe siècle.

► C’est déjà passé !

Séminaire de recherche
Les architectes et la fonction Publique – XIXe-XXISIÈCLES

Session 1 / Les pratiques publiques de l’architecture

► du 24/10 au 25/10/2012
à l‘ENSA de Versailles – 5 avenue de Sceaux, 78000 Versailles

 

Les services publics d’architecture sont loin d’avoir été étudiés de manière systématique. Jusque dans les dernières décennies, la figure de l’architecte officiant à l’intérieur des structures publiques de l’État en France, à toutes ses échelles, a occupé une place marginale dans l’histoire de l’architecture et de la ville. Au-delà d’exemples emblématiques bien connus (Bâtiments civils, Monuments historiques et Édifices diocésains), d’études biographiques ou d’approches par programmes, la diversité des statuts (services nationaux, départementaux ou municipaux…) et des missions de ces services (maîtrise d’œuvre, entretien, restauration, conseil, assistance à la maîtrise d’ouvrage) encourage aujourd’hui à proposer une véritable confrontation qui peut être menée bien au-delà du XIXe siècle, le mieux étudié jusqu’ici. Aujourd’hui encore ces architectes sont mal repérés dans leurs missions, leur statut et leurs droits. La session d’ouverture de ce séminaire est destinée à faire le point sur les sources et les méthodes permettant de cerner les activités des architectes au sein de la fonction publique et à analyser les enjeux de ces modes d’exercice.
• Téléchargez le programme

• Téléchargez les résumés des communications

+ d’infos


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.