Charlotte Vorms, Bâtisseurs de banlieue à Madrid. Le quartier de la Prosperidad (1860-1936), préf. de Gérard Chastagnaret, Paris, Creaphis, 2012, 367 p. (Jean Lorcin).

Publication d’une thèse datant de 2006, cet ouvrage s’inscrit dans le cadre d’une « histoire urbaine » qui s’est développée depuis les années 1980, développement dont rend compte le lancement de la revue de la Société d’Histoire urbaine. Sous l’influence de pionniers comme Annie Fourcaut, ce courant historique s’est détaché de l’histoire sociale traditionnelle, dominée par l’histoire ouvrière dont la publication du « Maitron » a été – et reste – la plus éclatante illustration. Il s’est agi désormais de privilégier une étude économique et sociale de la construction proprement dite de la ville conçue en soi, par delà la différenciation en classes sociales, une évolution qui va de pair avec l’effacement relatif de la classe ouvrière proprement dite dans la société contemporaine, tertiarisée.

Dans les années 80, cette évolution s’est traduite par la floraison des monographies de quartier, dont la thèse de Gérard Jacquemet sur Belleville a été pionnière[1]. Mais ce premier stade n’a pas tardé à être dépassé : déjà, Maurizio Gribaudi a préféré à l’étude d’un quartier de Turin celle de l’itinéraire économique et social d’un groupe d’ouvriers. Ce retrait allait de pair avec un nouveau « tournant » de l’historiographie.

Dès lors, une thèse réduite à l’étude d’un quartier de la banlieue de Madrid représente, de l’aveu même de Charlotte Vorms, un apparent retour en arrière. Elle s’en explique. C’est un moyen de rejoindre l’étude d’un infiniment petit, à travers les humbles bâtisseurs d’un lotissement extra-urbain, eux-mêmes bâtisseurs, en tant qu’ouvriers du bâtiment, du grand Madrid en extension de 1860 à 1936. Ce faisant, l’auteur s’inscrit, de son propre aveu, dans le cadre de la « microstoria » italienne, qui a sa traduction littéraire précisément dans La Storia, au titre provocateur et ambigu.

Car le quartier étudié se réduit dans un premier temps à un alignement de baraques (casas bajas) le long d’un canal puant[2] – l’une des rares photographies de bâtiments du livre – payées par la « sueur » de pauvres maçons endettés jusqu’au cou pour avoir leur propre maison, le rêve de tout rural expatrié – l’exemple des Irlandais de Boston est éloquent. C’est pourtant de ce quartier, de cette humble population ouvrière, qu’est issue la princesse des Asturies, future reine d’Espagne, ce qui illustre l’ascension de ce quartier périphérique au rang de « barrio » faisant partie intégrante du grand Madrid.

Le titre choisi – « bâtisseurs de banlieue » –  évoque la double fonction des habitants : ouvriers du bâtiment constructeurs du grand Madrid, mais refoulés à sa périphérie faute de moyens ; petits propriétaires des lots créés par de grands propriétaires, parfois nobles, ou par des agriculteurs qui trouvent un revenu plus intéressant dans la promotion immobilière. Ces maçons ont eu à cœur de construire leur habitation sans attendre même d’être en possession légale du terrain. Ils ont bénéficié pour ce faire de prêts gagés sur la « sueur » du nouveau propriétaire qui a valorisé le terrain précisément en y construisant une habitation. Ces opérations parfois en marge de la loi se heurtent à la politique d’aménagement global du grand Madrid, qui suppose un alignement.

Cette contradiction illustre l’éternelle opposition entre l’intérêt privé des petits et gros spéculateurs locaux et les projets sans cesse renouvelés, et toujours détournés, « à la méditerranéenne », et inachevés, d’urbanisation du grand Madrid. Cela va des projets haussmanniens du XIXe siècle à une politique sociale d’Habitations Bon Marché, voire de « cités-jardins », du XXe siècle, promus sous l’influence croissant des socialistes au conseil municipal de Madrid, mais dénaturés sous la dictature de Primo de Rivera.

Comme on le voit, cette thèse importante reprend quelque peu le projet labroussien d’histoire globale, de l’économique au social et au politique, avec les risques d’éclatement que cela peut impliquer.

Elle n’en illustre pas moins, avec d’infinis détails biographiques à l’appui, la continuelle tension  des villes méditerranéennes entre d’ambitieux objectifs urbanistiques et l’anarchie foncière et immobilière entretenue par de vieilles pratiques quasi mafieuses, caciquat des grands notables, des grands propriétaires fonciers, résistance des petits propriétaires  à une planification urbaine conçue à l’échelle de la grande ville, de centres de décision bien éloignés des préoccupations terre à terre des banlieusards – on a même fait appel à des planificateurs catalans !

Jean LORCIN 

 

 


[1] Gérard Jacquemet, Belleville au XIXe siècle. Du faubourg à la ville, Paris, EHESS, 1984 ; Annie Fourcaut, Bobigny, banlieue rouge, Paris, Presses de la Fondation Nationale de Sciences Politiques, 1986 ; Patrick Gervaise, Les « Passages » à Levallois-Perret, quartier populaire, quartier de la « Zone » (1826-1972), thèse de doctorat, Université de Paris 7, 1987 ; Maurizio Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du XXe siècle, Paris, EHESS, 1987 ; Jean-Paul Burdy, Le Soleil Noir. Un quartier de Saint-Etienne, 1840-1940, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1989.

[2] Fig. 19. « Vue d’une rue de la Guindalera : le canalillo s’écoule à ciel ouvert, 1904 » (p. 223). 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.