Paulo Charruadas, Croissance rurale et essor urbain à Bruxelles. Les dynamiques d’une société entre ville et campagnes (1000-1300), Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2011 (Mémoire de la Classe des Lettres, Collection in-8°, 3e série ; t. 56), 404 p. (Mathieu Caesar)

Bien que l’importance des rapports entre les villes et leur territoire environnant soit un fait souvent affirmé, il faut constater que les monographies s’intéressant aux régions périurbaines demeurent, du moins pour la période médiévale, très peu nombreuses. L’ouvrage de Paulo Charruadas, issu de sa thèse de doctorat, soutenue en 2008, constitue donc une heureuse exception. S’intéressant au continuum formé par ville et campagne, l’auteur nous propose une analyse fine des modalités de développement de Bruxelles pendant le Moyen Âge central et des rapports que la ville entretient avec sa banlieue.

Le cadre choisi pour l’enquête est celui de la ville et de son espace régional : un territoire d’une vingtaine de kilomètres autour du périmètre urbain. La chronologie retenue (du Xe au début du XIVe siècle) coïncide avec la croissance économique et démographique de la ville. Dans les campagnes, ces trois siècles sont caractérisés par la mise en place de structures agraires qui perdureront, sans trop de changements, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Cette période est aussi marquée par d’importantes évolutions sociales et politiques qui amènent la ville à devenir un des centres du duché de Brabant.

L’analyse de Paulo Charruadas se présente en deux grands volets. Une première partie, intitulée La conquête des espaces ruraux et urbains, examine les dynamiques relatives à la croissance de Bruxelles et de sa région. La deuxième partie, La société régionale : pouvoir territorial, géographie seigneuriale et interaction urbaine, insiste davantage sur l’action des forces aristocratiques et leurs modalités d’ancrage social et territorial.

Dans la première partie, l’auteur montre avec finesse les modalités de mise en valeur des espaces incultes et leurs effets sur la croissance de la ville. La lecture proposée est loin de se cantonner aux simples facteurs économiques et souligne avec bonheur la transformation de la ville en tant que centre politique et religieux et les effets que ce développement entraîne dans le contrôle des campagnes. Ainsi, le regard porté à la croissance, autant rurale qu’urbaine, permet de montrer de manière convaincante le rôle joué dans ce phénomène par l’aristocratie régionale et l’arrivée au pouvoir des comtes de Louvain.

La deuxième partie, qui s’appuie en partie sur un répertoire prosopographique en cours de publication[1], se concentre davantage sur la politique des comtes de Louvain visant à légitimer leur pouvoir, à Bruxelles comme à l’échelle régionale, et à asseoir leur domination sur l’aristocratie locale. L’auteur nous montre la multiplicité des modalités de contrôle spatial, évoluant entre la mise en place d’un domaine foncier et le contrôle des institutions ecclésiastiques, que ce soit par le biais de l’avouerie (c’est le cas pour l’abbaye de Nivelles) ou par la fondation d’institutions nouvelles (le chapitre de Sainte-Gudule à Bruxelles ou l’abbaye d’Affligem).

La lecture que propose Charruadas de la société est particulièrement convaincante dans la mesure où elle arrive à éviter des tableaux trop figés et fait ressortir la capacité des élites à jouer sur plusieurs fronts et à s’approprier – en les utilisant au bon moment – plusieurs identités.

Le dernier chapitre, consacré à l’émergence des nouvelles élites urbaines aux XIIe et XIIIe siècles, achève une lecture qui permet de mesurer combien la recherche s’est défaite des vieux paradigmes faisant de la ville une sorte de kyste situé au milieu des campagnes seigneuriales. La ville telle que nous la fait découvrir l’auteur est pleinement « seigneuriale », dans la mesure où l’impulsion donnée à son développement par les pouvoirs locaux, et notamment par les comtes de Louvain, y apparait de manière claire. En particulier, on ne peut qu’approuver quand l’auteur rappelle que le développement d’institutions urbaines nouvelles n’est pas tellement le fruit de conflits entre une bourgeoisie marchande et le pouvoir seigneurial, mais constitue plutôt « un affranchissement organisé par le pouvoir ducal dans le cadre d’un compromis d’intérêt » (p. 334).

L’ouvrage est enrichi par une vingtaine de cartes illustrant de manière claire l’emprise spatiale des différents acteurs sociaux en jeu. Au vu de cette cartographie du pouvoir et des belles analyses proposées, qui insistent sur des facteurs économiques aussi bien que sociaux de la structuration de la société urbaine et du territoire rural environnant, il aurait été intéressant de revenir en conclusion sur la définition donnée au préalable de l’espace périurbain. À la lumière des différentes modalités et degrés de pénétration du territoire rural, l’auteur aurait pu réévaluer le choix pragmatique (visant à définir une zone d’observation) de délimiter la « banlieue » de Bruxelles selon un rayon d’une vingtaine de kilomètres correspondant à « la zone d’extension périurbaine maximale dans laquelle les paysans et les fermiers pouvaient transporter dans la journée, depuis leur lieu d’activité vers la ville, leur surplus de production » (p. 10). Il en ressortirait un territoire périurbain moins « circulaire » et surtout moins homogène, qui ne serait pas seulement défini par des critères économiques liés aux facteurs classiques de l’écoulement de la production artisanale et agricole des campagnes. Ces quelques remarques n’enlèvent pourtant rien au travail de Paulo Charruadas et se veulent plutôt comme des pistes à suivre afin d’approfondir un beau et riche domaine d’enquête, pour lequel l’ouvrage ici sommairement présenté montre l’approche à suivre.

Mathieu Caesar.

 


[1] Paulo Charruadas, Aux origines de l’aristocratie bruxelloise. Répertoire prosopographique (XIe-XIIIe siècles), à paraître dans la collection des Studiae Bruxellae.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.