Quentin Deluermoz, Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris (1854-1914), préf. de Dominique Kalifa, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, 408 p. (Jean Lorcin).

Le choix des dates est significatif. Il s’agit de décrire le processus de « civilisation » d’une institution du Second Empire – héritière en réalité d’une longue tradition remontant au moins à la Restauration (1829) – sous la Troisième République, la police parisienne.  Il s’agit plus précisément du corps des « sergents de ville », devenus « gardiens de la paix » après le 4 septembre 1870. La symbolique évoque une réelle transition, tant dans la dénomination que dans la tenue : le « sergot » du Second Empire, moustachu et armé d’une épée, a laissé la place à un paisible « gardien » des rues de Paris, imberbe, au lendemain de la Révolution du 4 septembre, comme ses prédécesseurs de 1848, avant de retrouver les attributs de la virilité, et désarmé, le bâton blanc du préposé à la circulation n’ayant rien de bien redoutable. Mais il convient de ne pas s’y attarder. Le corps est bel et bien un héritage du Second Empire qui, après tout, a bien légué aussi à la Troisième République la mise en place définitive, à l’exception de la parenthèse de Vichy, du suffrage universel. La permanence du personnage mi-civil, mi-militaire, du policier de quartier, ancêtre de la « police de proximité », vivante représentation de l’Etat en milieu urbain, à même la rue, est une belle illustration de cette remarquable continuité.

Cet agent avancé de la « civilisation » dans nos faubourgs – Belleville, le Belleville de la Commune, en est la meilleure illustration – est, sous l’Empire, la traduction continentale, plus belliqueuse – l’épée au lieu du bâton – du pacifique « bobby » londonien, image même de la pacification, puisque  désarmé.  Le policier parisien s’efforce néanmoins de se rapprocher de ce modèle, notamment sous la Troisième République, comme on l’a vu plus haut, au point de paraître s’épaissir, de prendre du ventre, à la grande joie des caricaturistes montmartrois.

Quentin Deluermoz a le mérite de ne pas s’en tenir à une sèche description des réformes institutionnelles, mais de rendre largement compte de l’apport  de ces artistes, comme plus largement de la littérature populaire, du feuilleton, de Rocambole à Arsène Lupin, qui tourne volontiers en ridicule le personnage du « sergot », si impuissant face aux « apaches ».

Mais ce n’est là que l’écume d’un mouvement de fond qui intègre progressivement l’ex-militaire qu’est bien souvent le « sergent de ville » à la population volontiers frondeuse d’un « quartier » – un concept à préciser peut-être – qu’à l’origine il devait précisément habiter, avec les risques que cela comporte.

En résumé, le livre de Quentin Deluermoz, issu d’une thèse, ce qui en explique l’appareil critique, illustre bien le processus civilisateur décrit par Norbert Elias[1] dont l’auteur a d’ailleurs présenté la pensée au public français[2]. Il se réfère aussi, évidemment à Michel Foucault[3], avec les nuances qu’apporte précisément l’étude de ce cas particulier qu’est l’intégration de la police au corps de la population d’une capitale européenne.

Jean Lorcin


[1] Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Pocket, 1975 ; La Dynamique de l’Occident, Paris, Pocket, 1973.

[2] Quentin Deluermoz (sous la direction de), « Norbert Elias et le XXe siècle : le processus de civilisation à l’épreuve », Vingtième siècle, Revue d’histoire, n° 106, 2010.

[3] Michel Foucault, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard, 1975.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.