Las finanzas de un concejo castellano : Piedrahita, siglos XV-XVI. Estudios y documentos. Miguel Calleja Puerta, vol I (1413-1433), 2010, Gregorio del Ser Quijano, vol. II (1434-1444), Carmelo Luis López, vol. III (1445-1452), 2011, José María Monsalvo Antón, vol. IV, 2011, Soledad Tena García, vol V (1462-1466), 2011, Soledad Beltrán Suárez, vol. VI (1467-1473), 2011, María Álvarez Fernández, vol VII (1474-1480), 2011, Ediciones de la Institución Grand Duque de Alba de la Excma. Diputación Provincial de Ávila, Ediciones de la Obra Cultural de la Caja de Ahorros de Ávila, (Denis Menjot).

Piedrahita est une petite ville de Castille, issue du repeuplement de la zone du Duero au XIIe siècle, centre d’un vaste territoire et de la seigneurie de Valdecorneja qui appartenait au lignage des Álvarez de Toledo. Elle est une des rares localités castillanes à conserver une documentation municipale sérielle au XVe siècle[1]. Les archives de la ville renferment notamment une série de comptes municipaux, exceptionnelle par sa précocité et son importance dans la couronne de Castille puisqu’elle commence en 1413 et entre cette date et 1522, compte 12 806 écritures comptables, dans l’ensemble en bon état de conservation. Ce sont ces comptes, dont l’édition à été confiée à un groupe d’historiens, qui ont paru en sept volumes dans la collection Fuentes Históricas Abulenses.

Ces éditions sont faites dans les règles de l’art. Elles sont précédées d’une introduction et accompagnées d’un index des personnes et des lieux. Les introductions, d’une vingtaine de pages en moyenne, présentent les livres de comptes édités dans chacun des volumes (présentation matérielle, description formelle, structure), le contexte politique et socio-économique de leur rédaction ainsi qu’une brève analyse de leur contenu, principalement des différents postes de dépenses.

Tous ces comptes municipaux se présentent sous la forme de petits cahiers 4 à 11 folios écrits recto-verso qui ont été regroupés récemment en livres comprenant plusieurs années d’exercices. Chaque écriture comptable est généralement séparée par un espace afin de faciliter la lecture. Dans une marge à gauche, en face de chacune, figure une note d’extension variable – qui se réduit parfois à un simple mot-clé – rédigée par le receveur (mayordomo) pour lui permettre de retrouver un versement d’un simple coup d’oeil. Dans une marge à droite, les sommes versées sont libellées en chiffres romains et le total est calculé au pied de chaque page. Á partir de 1450, certaines dépenses sont regroupées par postes : menues dépenses, travaux, salaires, à l’intérieur desquels les versements sont toujours classés par ordre chronologique.

Dans ces comptes sont méthodiquement récapitulées toutes les opérations comptables effectuées par les receveurs municipaux au cours de leur mandat en vue de présenter à leurs successeurs et à la commission d’audition des comptes, le bilan de l’exercice écoulé. Ces registres constituent avant tout des états récapitulatifs destinés à justifier l’emploi des deniers publics et à rendre toujours transparente leur affectation.

La lecture de ces comptes fait apparaître que les dépenses les plus fréquentes et les plus onéreuses sont celles effectuées pour la construction et de l’entretien des murailles, le salaire des officiers et les fêtes de la ville ; ces dernières s’élèvent dans la seconde moitié du siècle ainsi que celles d’urbanisme. On constate également une forte augmentation des exigences seigneuriales quand le seigneur de Valdecorneja hérite du comté d’Albe en 1464, érigé en duché peu après.

Cette série de livres de comptes, exceptionnelle aussi par la précision et les détails de leurs contenus, fourmille d’informations sur Piedrahita et au-delà sur les petites villes castillanes et leur territoire au XVe siècle, notamment sur la comptabilité et les pratiques comptables, les trésoriers-receveurs, les finances municipales, le développement urbanistique, les structures économiques et sociales, les organes de gouvernement et l’élite dirigeante, les relations de la ville avec les localités de son territoire et les cités voisines ainsi que la politique municipale. De plus, comme la quasi totalité des archives des autres villes dépendant de la seigneurie de Valdecorneja a disparu, l’histoire du comté-duché d’Albe peut également être reconstruite et analysée en grande partie grâce aux fonds des archives de Piedrahita.

On aurait seulement pu souhaiter que les introductions des différents volumes soient un peu plus harmonisées, notamment que chaque auteur utilise la même typologie des dépenses pour faciliter les comparaisons et mieux apprécier l’évolution des différents postes. Mais ce regret est de peu d’importance au regard de l’intérêt – qui n’est plus à démontrer – de la mise à disposition de ces documents que les médiévistes espagnols, malgré les difficultés financières, continuent à publier. Saluons cette entreprise qui leur fait honneur et qui n’a pas d’équivalent dans aucune région de France.

Denis Menjot

 


[1] Elisa Carolina de SANTOS CANALEJO, « El archivo municipal de Piedrahita : tipología documental bajomedieval en una villa del duqye de Alba y cabeza de una comunidad de villa y tierra », Anuariao de Estudios Medievales, 18, 1988, pp.11-21.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.