Maria Elisa Soldani, Uomini d’affari e mercanti toscani nella Barcellona del Quattrocento, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Barcelone, 2011, 669 p. (Matthieu Scherman)

L’ouvrage de Maria Elisa Soldani, issu d’une thèse de doctorat, offre une histoire totale des marchands toscans présents à Barcelone au xve siècle. L’étude commence à la fin du xive siècle et prend fin après la guerre de 1447 entre le roi d’Aragon, Alphonse le Magnanime, et Florence, avant que n’éclate la guerre civile en Catalogne en 1462. La période ainsi délimitée couvre plusieurs générations et permet d’appréhender les évolutions survenues d’autant que les sources délivrent de nombreuses informations. En effet, l’auteur a dépouillé et analysé avec précision les archives des deux côtés de la Méditerranée, objets de l’analyse, Barcelone et la Toscane.

Dans une introduction dense, l’auteur présente les thèmes de sa recherche. Le livre est ancré dans la tradition des études méditerranéennes menées par les historiens italiens, notamment M. Tangheroni, sur les villes et leur insertion dans l’espace méditerranéen. L’ouvrage est construit en trois parties, les deux premières constituant la partie analytique tandis que la troisième est un outil de travail précieux pour les historiens. En effet, cette troisième partie est une prosopographie détaillée des Toscans présents à Barcelone. Cet imposant dictionnaire prosopographique apporte des éléments importants pour les grandes, mais aussi les petites compagnies marchandes toscanes dans leur ensemble puisque ce sont les compagnies que l’on retrouve dans le commerce méditerranéen et européen. Dans les deux premières parties, les modalités d’installation des Toscans et les rapports avec les différents pouvoirs sont examinés. Pour cela, les archives dépouillées ont été nombreuses. Afin de repérer les Toscans, les riches registres des notaires barcelonais ont fourni des éléments importants. De même, les sources législatives et judiciaires de Barcelone et de la Couronne d’Aragon ont permis d’appréhender avec précision les activités des Toscans à Barcelone, tandis que les archives toscanes renseignent sur les compagnies toscanes. De plus, les correspondances entre marchands renferment des informations importantes sur les affaires entre la Toscane et Barcelone. Pour l’ensemble de l’échantillon, un même questionnaire a été établi. Les comptabilités marchandes n’ont pas été conservées à Barcelone, mais cela n’a pas fondamentalement entravé les recherches.

L’auteur prévient qu’il s’agit de prendre le terme toscan comme une facilité de langage puisque son analyse démontre toute la diversité des acteurs économiques, entre ceux qui s’installent pour longtemps, ceux qui considèrent Barcelone comme une simple étape. Ces différences rencontrées dans l’utilisation de la place de Barcelone peuvent souvent s’expliquer par le lieu de provenance en Toscane. Les Toscans présents proviennent principalement de Florence, Pise et Lucques. Les Florentins, avec une cinquantaine de familles recensées, sont les plus nombreux et disposent des moyens financiers les plus importants, c’est pour cela qu’ils sont les moins bien vus parmi les Italiens. En revanche, les Pisans, surtout après la conquête florentine de 1406, sont vus avec plus de bienveillance puisqu’ils représentaient pour les monarques des intermédiaires intéressants. En effet, les Pisans exilés au lendemain de la conquête apparaissent comme des acteurs experts dans les changes de longue distance grâce à la diaspora pisane qui a vu le jour à travers l’Europe.

Il s’agit d’une histoire à la fois économique, sociale, politique et diplomatique. C’est une histoire entre deux entités, les marchands et banquiers toscans et les besoins des territoires investis par ces mêmes marchands. Sont donc examinés en premier lieu l’intégration des Toscans à Barcelone, l’organisation des compagnies marchandes et les produits échangés, sans oublier l’histoire de la famille avec l’analyse des testaments et des dots qui délivrent des informations sur les contacts liés entre Toscans, mais aussi avec les Catalans. En outre, les relations entretenues et tissées avec les pouvoirs constituent un aspect fondamental pour les marchands faisant face aux fluctuations des relations diplomatiques. Ici les Toscans sont les interlocuteurs financiers d’un monarque régnant sur un grand nombre de territoires, notamment avec la conquête de la Sardaigne et du royaume de Naples qui, justement, rend les financiers italiens indispensables. Ils dialoguent également avec des entités communales comme la cité de Barcelone. Cette cité est d’ailleurs un centre de redistribution commerciale mais aussi un important centre de consommation grâce à la présence de la cour et des groupes sociaux du haut de la hiérarchie, donc Barcelone représente pour les marchands un monde d’opportunités économiques.

Pour saisir les opportunités économiques, les stratégies sont différentes. Certains réussissent à s’intégrer totalement à la cité en devenant des citoyens barcelonais de plein droit. C’est le cas des marchands originaires de Florence, les Tecchini et de ceux de Lucques, les Accettanti qui exercent une influence importante durant toute la période. Ils finissent par changer de nom : pour les premiers Taquí et les seconds Setantí. Mais ces cas sont des exceptions, ce sont surtout des va-et-vient permanents qui caractérisent les activités des marchands toscans.

En l’absence d’un consulat les représentant, les marchands toscans tissent eux-mêmes les liens avec les pouvoirs en place. La guerre entre Alphonse le Magnanime et Florence qui éclate en 1447 est un moyen de mesurer la solidité des liens entre les marchands, les institutions catalano-aragonaises et les sociétés « autochtones ».

Lors de l’éclatement de la guerre, un édit d’expulsion est pris par Alphonse le Magnanime. En 1448, il est même interdit de porter des étoffes élaborées sur le territoire de Florence. La dénonciation des Toscans, notamment Florentins, par les marchands barcelonais qui poussent à prendre des mesures de protection face à la concurrence est récurrente. Des traités contre les Florentins sont rédigés, par exemple Arnau de Capdevila en 1437 qui pour une bonne partie accuse les Florentins d’être des experts en fabrication de fausses monnaies au détriment des territoires du « monde entier » et de la Couronne d’Aragon. Des tensions apparaissent à plusieurs reprises concernant la présence des Toscans en Catalogne. La plus ancienne expulsion date de 1265 et une autre est prise encore en 1401. À chaque fois, les Toscans qui ont su tisser des liens forts avec la monarchie ou les institutions locales sont épargnés.

L’auteur démontre une nouvelle fois la réussite des marchands et banquiers toscans qui occupent une place de première importance dans le financement de la Couronne et des institutions des villes. En se concentrant sur les marchands toscans actifs à Barcelone sans omettre l’exercice de la comparaison, en rectifiant de nouveau la thèse de la « crise économique » de Barcelone durant la seconde moitié du xve siècle, le livre est une contribution à une histoire économique et sociale de l’Europe à la fin du Moyen Âge en train de s’étoffer.

Matthieu Scherman


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.