Parution: Journal d’un chanoine du Mans

JOURNAL D’UN CHANOINE DU MANS, Nepveu de La Manouillère (1759-1807),
Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 772 pages (dont 32 planches couleurs).
Edition critique établie par Sylvie GRANGER, Benoit HUBERT, Martine TARONI
(Les trois auteurs de cette édition critique appartiennent au Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO, UMR 6258).


Sylvie GRANGER souligne que les chercheurs en histoire urbaine sont nombreux à avoir lu, et à citer, la version de ce texte éditée à la fin du XIXe siècle, sous le titre erroné de « Mémoires », par un abbé aussi érudit que conservateur.

Ils seront donc heureux de pouvoir dorénavant citer la version intégrale, pour la première fois restituée et publiée, de ce qui est bel et bien un journal, régulièrement tenu à partir de 1759, c’est-à-dire à partir du moment où le jeune Nepveu devient chanoine, et durant près d’un demi-siècle, jusqu’à trois ans avant sa mort.

D’abord cérémonial à l’usage de la cathédrale du Mans, son journal devient peu à peu chronique de la ville et de la province. C’est une mine de renseignements sur les rites et les rythmes des sociétés urbaines provinciales du XVIIIe siècle, vues par un chanoine bien ordinaire, et parfois étrangement myope.

Le texte du journal en lui-même (1 million de signes) est accompagné de 2000 notes de bas de page, d’un glossaire de 22 pages, et d’un index de plus de 2000 noms propres.
Une introduction de 74 pages situe le chanoine Nepveu dans sa famille, son église, sa ville, examine sa position face à la Révolution, et analyse les évolutions de sa pratique d’écriture.

52 illustrations, dont une vue cavalière et un plan légendés du Mans au XVIIIe siècle, s’efforcent d’ancrer le Journal dans le concret.

Préface de Philippe LOUPÈS 
—————————-

Voici le texte de la 4ème de couverture : 

René-Pierre Nepveu est un chanoine bien ordinaire d’une ville de province, elle aussi représentative, durant la seconde moitié du XVIIIe siècle.
À l’âge de 26 ans, il naît à la fois à la vie capitulaire et à l’écriture : intronisé chanoine de la cathédrale du Mans, il entreprend un journal qui ne s’arrêtera qu’à l’extrême fin de sa vie. Héros obscur par excellence, il y parle peu de lui-même mais note ce qu’il observe et entend : cérémonies, mondanités, exécutions publiques, rumeurs ou ragots, la vie qui va dans son chapitre, sa ville et sa province… Du cœur du Mans à sa « campagne » de la Manouillère, on rencontre sous sa plume évêques, dignes confrères et vénérables curés, aussi bien que les élites locales, belles dames d’esprit, magistrats en robes rouges ou négociants enrichis. Quand la Révolution vient dérégler sa vie douillette, le journal passe de l’ironie à la peur et dit les bouleversements survenus, les émotions du « mauvais peuple », les cachettes, la prison. Puis viennent l’apaisement et la réconciliation, en même temps que la vieillesse.
Véritable chronique urbaine et ecclésiale, ces pages fourmillent de détails insolites et offrent une inégalable base de données avant la lettre sur la société du temps.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190 Président du RUCHE (2017-2019 et 2019-2021)

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190 Président du RUCHE (2017-2019 et 2019-2021)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.