Danielle Tartakowsky et Joël Biard, La Grange-aux-Belles. Maison des Syndicats 1906-1989, préf. de Georges Séguy, Paris, Creaphis, 2012, 279 p. (Jean Lorcin).

Ce nom poétique désigne, à deux pas du canal Saint-Martin et de l’Hôtel du Nord, au cœur des faubourgs ouvriers de l’Est parisien, un édifice et une institution, la « Maison des Syndicats » de Paris et de la Région parisienne. De 1906 à 1989, elle a incarné « l’affirmation du syndicalisme dans la capitale »1, abrité la Confédération Générale du Travail (CGT), dont le siège est maintenant établi, depuis 1982, à Montreuil.

C’est l’exhumation de ses archives qui a légitimé une monographie marquée par un dépouillement exhaustif, au risque de sacrifier une vue plus synthétique d’une évolution institutionnelle riche en tournants et en soubresauts. Les auteurs, Danielle Tartakowsky, historienne des mouvements sociaux, et Joël Biard, l’ont bien compris, d’où une introduction et une conclusion qui visent précisément à replacer l’événement local dans le grand courant de l’histoire ouvrière nationale.

Cela n’interdit pas les sentiments. À bien des égards, en effet, ce livre fait figure d’hommage à une institution encore bien vivante, la CGT, dont on pense retrouver l’âme, au prix d’une apparente continuité, à travers les linéaments d’une histoire en réalité bien tourmentée. Préfacé par Georges Séguy, ancien secrétaire général de la CGT, coécrit par un membre dudit syndicat, Joël Biard, ce livre risquerait de paraître sacrifier à un culte quelque peu dépassé : l’histoire ouvrière, depuis la publication du « Maitron », n’est plus aussi monolithique, « sainte », que dans les années 1950, au cœur de la Guerre froide. En réalité, Georges Séguy est le premier à en prendre conscience, témoin qu’il est d’une évolution à laquelle il a sinon contribué, du moins participé : sa préface témoigne d’une prise de distance par rapport à l’histoire d’une institution dont il connaît de l’intérieur les contradictions qui en font précisément un objet d’histoire. C’est ainsi que la Maison des Syndicats a épousé toutes les fluctuations des rapports du mouvement syndical avec les partis ouvriers, de la bolchevisation des années 20 qui en faisait un prolongement du « conglomérat communiste » (p. 112 et 260) sur fond de rupture entre unitaires et confédérés (p. 122-123) comme entre communistes et anarchistes – on va jusqu’à se disputer les cadavres des victimes d’un règlement de comptes en plein meeting syndical (p. 126) – au Front populaire. Dans les années 1920, la Banque ouvrière et paysanne subventionne la coopérative (p. 112), le Groupe Octobre joue du Prévert dans les meetings qu’abritent les salles de la Maison des syndicats. En 1931, les surréalistes, en réponse à l’exposition coloniale, y organisent une exposition anticolonialiste. Cette exposition, organisée par Aragon et Eluard, n’est pas seulement l’occasion pour les artistes d’y présenter leur collection d’art nègre : on y dénonce, à partir des témoignages d’André Gide et Albert Londres, le travail forcé sur le chemin de fer du Congo-Océan, la conquête de l’Algérie… (p. 116-117).

Cette histoire n’est pas seulement institutionnelle, ce qui suffirait déjà à faire du livre une importante contribution à l’histoire du mouvement ouvrier. Comme le souligne la conclusion, elle s’inscrit aussi dans le champ de l’histoire urbaine. C’est en effet l’histoire d’un bâtiment quelque peu oublié qui a abrité la plupart des éléments d’une authentique Maison du Peuple. Cette institution d’inspiration anarcho-syndicaliste porte la marque de l’époque de sa fondation. Elle est fondée en 1906, l’année de la Charte d’Amiens et d’un Premier Mai illustré par la répression de Clemenceau, onze ans après la fondation de la CGT, deux ans avant la sanglante échauffourée de Draveil, autre manifestation de l’autoritarisme du « premier flic de France » que voulait être le « Tigre ». La « journée sanglante » 2  de Draveil valut d’ailleurs à la Maison des Syndicats d’être envahie par des agents qui y arrêtèrent Griffuelhes. La Maison des Syndicats n’a-t-elle pas abrité une soirée théâtrale en hommage à la bande à Bonnot : les « Bandits » sont « présentés comme de “braves gens morts au champ d’honneur” (p. 32) » ?

D’une Maison du Peuple, la Maison des Syndicats avait la plupart des attributions, à l’instar du futur Palais du Travail de Villeurbanne, inauguré par Albert Thomas en 1928, de la Bourse du Travail de Saint-Etienne, inaugurée par Jean Jaurès en 1904, ou la Maison du Peuple du Chambon-Feugerolles. Elle n’abritait pas seulement des salles de réunions syndicales, à l’instar d’une Bourse du Travail – elle avait été fondée pour suppléer à la fermeture de la Bourse du travail de Paris à la CGT et aux syndicats qui s’en réclamaient par le conseil municipal de Paris : il jugeait que les manifestations du syndicalisme révolutionnaire donnaient à la Bourse un caractère politique étranger à sa vocation initiale. La Maison des Syndicats offrait aussi aux ouvriers les aménités d’une vie sociale intégrale, bibliothèque, théâtre, bar, clinique – bien utile pour la reconnaissance et le traitement des accidents du travail. Elle abritait même une imprimerie, évidemment vouée à la presse syndicale, une coopérative de consommation, voire des logements bon marché. On est d’ailleurs en droit de regretter que les auteurs n’aient pas fait une plus large place à ce volet d’une institution inscrite dans la vie quotidienne de la classe ouvrière : on sait par exemple la place que tenait le mouvement coopératif dans la pensée d’Albert Thomas.

Cette multiplication des fonctions qui obligeait à des agrandissements coûteux finit par poser problème. L’imprimerie souffrait de revendications syndicales qui tendaient à faire des typographes des privilégiés au sein de la classe ouvrière. La clinique se ressentait d’un mélange des genres qui risquait d’en faire, en toute illégalité, une simple clinique privée (p. 95-96).

Ces contradictions ne sont pas étrangères aux difficultés financières qui ont, à plusieurs reprises, menacé l’existence de l’institution.

Mais elle a succombé surtout à l’évolution du quartier, jadis ouvrier, dans lequel elle s’inscrivait. Il a été victime d’une « gentrification » que dénoncent pieusement les auteurs (p. 259). Le transfert du siège central de la CGT à Montreuil en est une autre manifestation symbolique.

Cette inscription dans un ancien quartier ouvrier de la capitale fait de la Maison des Syndicats un témoin de l’évolution urbanistique de l’Est parisien, voire une contribution à l’histoire de l’architecture. Témoin la place faite au pavillon soviétique de l’exposition de 1925, témoin d’un constructivisme (p. 257) auquel le retour stalinien au néoclassicisme ne tarda pas à mettre un terme.

Cette dimension urbanistique du sujet à laquelle la conclusion fait une large place fait d’autant plus regretter l’absence, comme trop souvent dans les publications historiques, d’un plan du quartier, voire de la capitale, qui permît au lecteur provincial de s’orienter – tout le monde ne peut pas être de Paris, dirait la mère Cotivet !

1 Préface de Georges Séguy, p. 5.

2 Le Matin, 31 juillet 1908, cité p. 33.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.