Luca Gabbiani, Pékin à l’ombre du Mandat Céleste. Vie quotidienne et gouvernement urbain dans la capitale impériale chinoise sous la dynastie des Qing (1644-1911), Paris, Editions de l’EHESS, 2011 (CR Xavier Paulès).

Luca Gabbiani, Pékin à l’ombre du Mandat Céleste. Vie quotidienne et gouvernement urbain dans la capitale impériale chinoise sous la dynastie des Qing (1644-1911), Paris, Editions de l’EHESS, 2011 (Xavier Paulès).

 C’est l’un des tristes exploits accomplis par la Chine depuis 1949. Le pouvoir communiste chinois est parvenu, au terme de soixante années d’efforts, à rendre presque banale l’une des plus belles villes du monde, Pékin.

A l’époque des Qing (1644-1911) où Luca Gabbiani l’étudie, Pékin avait encore tout pour susciter l’admiration des voyageurs à qui il était donné de la parcourir. Extraordinaire, elle l’était à bien des égards. Par sa population, tout d’abord. Comptant, avec ses faubourgs, un million d’habitants, elle pouvait à la fin du XVIIe siècle disputer à Londres, le titre de ville la plus peuplée du monde. Son plan rigoureux était souligné par un urbanisme marqué du sceau d’un gigantisme majestueux. Des murailles colossales délimitaient quatre ensembles urbains encastrés les uns dans les autres : Cité interdite, ville impériale, ville intérieure (mandchoue), ville extérieure (chinoise). L’enceinte extérieure, qui totalisait une longueur de plus de 30 km, englobait un espace de 60 km².

Dans ce livre, Gabbiani nous donne une autre raison d’admirer le Pékin des Qing. En recourant à une très large panoplie de sources, il montre en effet l’étendue et la sophistication de ce qu’il appelle son gouvernement urbain. La dynastie prêtait, pour des raisons politiques bien compréhensibles, une attention toute spéciale au cadre urbain et aux conditions de vie des habitants de sa capitale, et la ville de Pékin est globalement administrée de façon remarquable jusqu’aux premières années du XIXe siècle. Sa sécurité garantit celle de la dynastie, ce qui justifie que près de 33 000 hommes y sont chargés du maintien de l’ordre. Autre gage de paix sociale, l’organisation de la charité publique se concrétise, par exemple, par des distributions de nourriture. La voirie (le réseau des égouts est très perfectionné) est un autre domaine dans lequel se fait sentir l’action de la puissance publique.

Tout cela coûtait évidemment fort cher et les difficultés financières croissantes dans lesquels se débattent les Qing dans la première moitié du XIXe siècle, se traduisent à Pékin où on essaie de réduire autant que possible la voilure. A partir de la révolte des Taiping (1850-1864), qui assèche les finances publiques, la donne change encore plus complètement. Non seulement les impôts rentrent mal, mais l’effort militaire pour anéantir les rebelles s’impose en priorité absolue. Il se produit donc à Pékin un certain effacement de l’administration. Les milices privées suppléent la défaillance des forces publiques à partir de la fin des années 1850. Des associations s’affirment dans le domaine des œuvres charitables. Malgré tout, l’Etat reste maître du jeu : d’une part, les grands philanthropes sont généralement d’importants fonctionnaires métropolitains, et d’autre part, les initiatives privées sont coordonnées avec l’action publique.

Une bonne part du livre est consacrée à l’expérience cruciale des « nouvelles politiques », xinzheng (1901-1911). Comme on le sait maintenant, la dynastie Qing n’a pas succombé en 1911 en raison d’une incapacité à se réformer, mais au contraire des suites de cet ensemble d’initiatives particulièrement hardies, qui ont miné son assise politique, sociale et intellectuelle. Les xinzheng s’attaquent à tous les domaines : réforme profonde du système éducatif (abandon du système des examens mandarinaux en 1905), refonte du droit, plan de lutte contre l’opium, réorganisation de l’armée, etc. Sur le plan politique, l’horizon devient celui d’une monarchie constitutionnelle. Aucun doute n’est plus permis : l’Occident est devenu le modèle dont il faut s’inspirer. Quant aux villes chinoises, il faut les amener à pouvoir soutenir la comparaison avec les grandes métropoles du monde occidental.

Pour ce faire, après une éclipse d’un demi-siècle, les xinzheng se concrétisent à Pékin par le retour d’une administration performante dont le bras armé est une force de police totalement nouvelle qui, sur le modèle japonais, s’attribue un domaine d’intervention extrêmement large. Apparaissent des préoccupations hygiénistes tout à fait nouvelles (pas moins de 23 règlements relatifs à des questions d’hygiènes sont promulgués entre 1906 et 1910). Leur application est évidemment bien difficile car ces notions sont peu compréhensibles non seulement par la population, mais aussi par ceux à qui il revenait de les faire respecter. Il est intéressant de constater que, même pour sa capitale qu’elle a toutes les raisons de vouloir tenir bien en main, la dynastie est en phase avec le mouvement en faveur de l’autonomie locale (zizhi) etfait le choix d’impliquer les élites dans la mise en œuvre des réformes. La consultation des populations est organisée à travers des institutions ad hoc.

Enfin, la thèse de l’immobilisme atavique de l’administration Qing ne résiste pas à l’examen des faits, à Pékin comme ailleurs : même si on a recours à des conseillers étrangers, parmi lesquels émerge la figure du Japonais Kawashima Naniwa, l’auteur souligne que c’est le personnel politique et administratif déjà en place qui s’évertue à mettre en œuvre cette politique. Au total, malgré un contexte financier plus que jamais précaire, l’action accomplie lors des xinzheng est considérable et s’impose l’impression d’une rupture radicale autour de 1901.

Ce très beau livre, bien servi par une édition impeccable, permet de démentir la thèse selon laquelle, avant les années 1920, les villes chinoises auraient été dépourvues d’un appareil administratif calqué sur le cadre urbain et organisé en fonction de lui. Gabbiani montre qu’un tel gouvernement urbain était bien présent à Pékin dès l’époque impériale et ne devait strictement rien aux influences occidentales (du moins avant le XXe siècle). Il démontre aussi que son efficacité et sa sophistication étaient remarquables. Même si la question de l’exceptionnalité de Pékin en raison de son statut de ville-capitale se pose, cette monographie est une contribution majeure au champ des études urbaines chinoises.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.