Compte rendu : Peter Clark (ed.), The Oxford Handbook of Cities in World History, Oxford University Press, 2013, 882 p. (Jean-Luc Pinol)

Peter Clark (ed.), The Oxford Handbook of Cities in World History, Oxford University Press, 2013, 882 p. (Jean-Luc Pinol)

A la suite de la publication de son ouvrage sur les villes européennes de 400 à 2000, Peter Clark vient de coordonner la publication chez Oxford University Press d’un handbook, Cities in World History. Oxford University Press a d’ailleurs donné un dynamisme incontestable depuis les années 2010 à sa collection The Oxford Handbook, abordant au cours de la seule année 2013, des domaines aussi différents que les études postcoloniales, l’histoire de l’Afrique contemporaine, celle des femmes et du genre dans l’Europe médiévale ou du Monde Atlantique de 1450 à 1850, de la religion et de la violence ou de la médecine, celle de la guerre froide ou de la révolution américaine… et fin 2013 est paru l’ouvrage consacré à l’histoire de la consommation sous la direction de Frank Trentmann.

Ce précis des villes du monde est organisé en trois grandes périodes chronologiques, de l’origine des villes aux années 600, du début du 7e siècle à 1800 et la troisième période, enfin, de 1800 à nos jours. Pour répondre aux multiples questions qu’aborde l’ouvrage, pas moins de 55 contributeurs ont uni leurs efforts pour traiter les 43 chapitres qui sont répartis de manière assez inégale entre les trois grandes périodes : dix chapitres pour les premières cités (des origines à 600), treize pour les villes de l’époque pré-moderne (600-1800) et, donc, vingt chapitres pour la ville contemporaine (après 1800). Chaque partie associe synthèses régionales et approches thématiques, ces dernières permettant de d’aborder des thèmes transversaux. Ces derniers sont d’ailleurs nettement plus développés pour la troisième période chronologique, consacrés par exemple aux relations ville industrialisation en Orient et en occident, à rôle du cinéma ou, encore, à l’impact de la ville sur l’environnement. Pour la première et la seconde périodes chronologiques, les thèmes transversaux reprennent en mobilisant les synthèses régionales les thématiques de l’économie, du pouvoir ou des migrations.

A la fin du chapitre d’introduction, Peter Clark reconnaît très honnêtement : « In sum, this Handbook cannot hope to offer a definitive or comprehensive view of global urban history, as was made clear at the start. Rather through the following chapters spanning from ancient times to the present, the aim is to establish a framework for analysis, to open up an arena for comparative discussion and debate, to foreground big issues and questions for further research, to highlight the infinite complexities of urbanisation over the longue durée, and to shed a bright , multicoloured spotlight on a subject that will never go away. »

La plupart des chapitres comptent entre 50 et 60000 signes (notes et bibliographie comprises) ce qui, bien sûr, semble d’une envergure limitée quand le sujet est bien connu du lecteur mais qui permet de disposer d’un cadre pour qui découvre une thématique ou une nouvelle région du monde. On peut cependant légitimement se poser la question du lectorat d’un tel ouvrage à l’aune de la manière dont fonctionne aujourd’hui la recherche mais il est certain que ce type d’ouvrage incite à voir large et à relativiser les spécificités que d’aucun voit dans leur propre recherche.

Les chapitres les plus stimulants correspondent aux approches thématiques où la dimension comparative est plus développée mais ils ne peuvent fonctionner qu’en se fondant sur les acquis présentés dans les vastes synthèses régionales. Certains de ces chapitres, faute de place, sont trop généraux – tel est le cas de celui consacré aux banlieues pour la période contemporaine – mais d’autres sont vraiment stimulants tel celui sur l’industrialisation qui revient sur la grande divergence Est/Ouest et sur les analyses de Kenneth Pomeranz ou encore celui sur les villes créatives. Dans le premier cas, deux jeunes chercheurs comparent les étapes de l’industrialisation en Angleterre et dans la Chine du XIXe et du XXe siècles, et s’interrogent sur les conditions d’émergence d’un groupe d’entrepreneurs dynamiques dans le monde urbain. Dans le second, ce sont deux chercheurs confirmés – dont Peter Clark lui-même qui avaient déjà abordé le thème dans European Cities and Towns – qui s’interrogent sur la pertinence du concept de villes créatives tel qu’il a émergé dans les années 1980 et sur son caractère opérationnel pour l’analyse des villes depuis le XVe siècle. Ce chapitre fonctionne d’ailleurs comme une série de case studies fondés sur l’analyse concrète de Londres, Paris, New York ou… Helsinki. Et les auteurs de distinguer les global creative cities, les niches culturelles (comme Stockholm ou Kingston à la Jamaïque, pour la production musicale), les centres technologiques spécialisés comme Bangalore, la « Silicon Valley » de l’Inde où Texas Instruments s’est installé dès le milieu des années 1980 ou, enfin, les villes, souvent de taille plus modeste, qui tentent, tant bien que mal, de prendre en marche des trains lancés par d’autres dans le domaine culturel pour pallier le déclin industriel comme Hull ou Huddersfield en Angleterre…

Pour la période 600-1800, le chapitre consacré au rôle des migrations en Europe et en Chine montre bien en quoi ce type d’analyses globales peut aider à repenser les problématiques de recherche. En dépit des différences de sources disponibles, il apparaît que les migrations imposées par le pouvoir central, dans un but de repeuplement, sont plus prégnantes en Chine que dans l’Europe médiévale et moderne, à l’exception, sans doute de la Russie. De même les restrictions à la mobilité liées au « second servage » en Europe orientale renvoient à la limitation des déplacements qui résulte du système d’enregistrement des ménages dans la Chine impériale des Ming (1368-1644) même si la réglementation est assouplie à la fin de la domination Han. Enfin, mais cela découle de ce qui vient d’être dit, la politique d’immigration est moins déterminée par les cités chinoises que par les villes d’Europe qui bénéficient, globalement, d’une plus grande autonomie politique. Les conséquences sont importantes : dans le monde chinois, l’administration impériale s’organise par district sans distinguer le rural et l’urbain ; les sources distinguent rarement les migrations vers les villes ou vers leur hinterland.

A la lecture des bibliographies des différents chapitres, on note la très fréquente mention des ouvrages de Lewis Mumford, et en particulier, de City in History, alors que les ouvrages de James Dyos et Stephan Thernstrom qui ont, de part et d’autre de l’Atlantique, pesé sur les manières d’aborder l’histoire urbaine ne sont pas, sauf erreur, mentionnés. Quand on se souvient de l’impact de la New Urban History dans les années 1970 et 1980 ou de l’influence de la revue Urban History Yearbook –devenu Urban History – qui fut initiée par H.J. Dyos, force est de constater que des pages entières des manières de pratiquer l’histoire urbaine semblent passées sous silence.

Comme d’autres domaines, l’histoire urbaine est entrée, ou est en train d’entrer, dans l’ère du numérique. Les deux premières références données par Peter Clark dans son introduction générale sont des sites web, le premier dépend des Nations-Unies, le second fournit des données sur les agglomérations urbaines actuelles et propose des cartes ; ce site web, localisé en Allemagne1, est bien le signe que le numérique transforme les manières de faire de l’histoire, et de l’histoire urbaine, en particulier.

Pour reprendre Peter Clark lui même, ce Handbook ne présente pas encore la synthèse d’une histoire urbaine globalisée mais sa lecture, très stimulante, ouvre de vastes perspectives pour y parvenir.

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.