Compte rendu: Stéphane Frioux, Les batailles de l’hygiène. Villes et environnement, de Pasteur aux Trente Glorieuses, PUF, Paris, 2013 (Isabelle Parmentier)

Stéphane Frioux, Les batailles de l’hygiène. Villes et environnement, de Pasteur aux Trente Glorieuses, PUF, Paris, 2013, 388 p., ill., (Isabelle Parmentier)

L’auteur de cet ouvrage, Stéphane Frioux, n’est pas un inconnu en histoire urbaine et environnementale : maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lumière-Lyon 2 et ancien élève de l’ENS de Lyon, il est représentant pour la France et membre du bureau de la Société Européenne pour l’histoire environnementale (ESEH) et secrétaire du Réseau universitaire de chercheurs en histoire environnementale (RUCHE). Il a également à son actif plusieurs ouvrages, dont Hygiène et santé en Europe de la fin du XVIIIe siècle aux lendemains de la Première Guerre mondiale, SEDES, 2011, publié en collaboration avec Patrick Fournier et Sophie Chauveau.

Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2009, ce livre, préfacé par Jean-Luc Pinol et François Walter, entend présenter les processus scientifiques et politiques d’amélioration de l’environnement en France, de la fin du 19e siècle à l’après Seconde Guerre mondiale. Le propos de l’auteur est d’analyser, à partir d’archives et d’imprimés particulièrement dispersés, les débats – parfois houleux et passionnés – qui ont entouré l’évolution des techniques et des équipements sanitaires en milieu urbain. Ce faisant, c’est à une histoire des grands systèmes d’approvisionnement en eau potable et à une histoire de l’assainissement et du traitement des déchets que nous convie Stéphane Frioux. L’approche n’est cependant pas restreinte aux seuls éléments techniques et économiques qui jalonnent ces histoires : l’auteur aborde cette problématique sous un angle également social, politique et environnemental. Sans le dire explicitement, il a fait sien un questionnement correspondant résolument aux quatre piliers du « Développement durable », témoignant ainsi du caractère fécond de cet outil conceptuel pour la recherche historique.

Voulant dépasser – sans la renier – l’échelle de la monographie, l’auteur propose une large étude transversale, à l’échelle nationale, qu’il mène de façon synchronique et diachronique. Stéphane Frioux n’hésite pas non plus à franchir les frontières, envisageant le problème sanitaire dans une perspective transnationale. Ainsi, Londres, Berlin, Bruxelles, Genève, Glasgow, Hambourg, et bien d’autres localités situées en dehors de la France, sont évoquées et servent à mettre en perspective les villes de l’Hexagone. Cette dimension internationale est renforcée par l’utilisation d’une bibliographie très ouverte sur le monde anglo-saxon. Le récit de l’auteur oscille continuellement, et avec bonheur, entre le niveau local, le niveau national et la comparaison internationale. De nombreuses villes de province sont explorées, inscrivant autant de cas non parisiens dans le paysage historiographique, ce qui est le bienvenu, tant la capitale a focalisé jusqu’ici les études et réduit la compréhension des processus à l’œuvre à un cas hors norme. Dans ce panel de localités, Lyon et les villes de la Région Rhône-Alpes constituent un terrain largement exploré, tandis que les villes du Nord, chères à Emile Verhaeren cité en exergue du chapitre 1, le sont moins. Ces choix reposent-ils sur une nécessaire limitation du cadre de la recherche – déjà fort vaste ! –, sur des contraintes documentaires et heuristiques, ou sur un état des lieux de la situation sanitaire française et des avancées techniques observables, faisant des villes septentrionales des cas moins emblématiques ?

Après un prologue relatant les tribulations d’une petite ville du nivernais, Cosne-sur-Loire, révélant ce qui fera la trame du récit tout au long de l’exposé (acteurs, dynamique politique, etc.), l’ouvrage se structure en cinq chapitres. Le premier traite de l’environnement urbain comme défi sanitaire vers 1890-1900. C’est l’époque de la consécration d’une nouvelle représentation du monde, « où s’affirme un discours hygiéniste conforté par les acquis de la bactériologie » (p. 15). Les deuxième et troisième chapitres se focalisent sur les acteurs : les entreprises, l’Etat et les municipalités (chap. 2) ; les experts et les citadins (chap. 3). Les ambitions, les attitudes engagées, les tergiversations des uns et des autres sont passées au peigne fin et mises en relation avec les enjeux tant technologiques que politiques et sociaux de l’hygiène publique. Un quatrième chapitre est celui du bilan : les résultats de la recherche sont contextualisés et traités en parallèle avec les expériences menées dans les pays voisins. Quant au cinquième et dernier chapitre, il opère judicieusement un retour sur les temporalités, sur les rythmes, sur les rapports de force et les initiatives pionnières ou non des uns et des autres. Entre ces chapitres, Stéphane Frioux a inséré des études de cas « qui permettront de se rapprocher de certains terrains de recherche, comme la grande ville enjeu de l’hygiénisme (Lyon), la petite cité dont l’assainissement est un prétexte à des règlements de comptes politiques (Privas), ou encore les réseaux tissés par un inventeur de procédé d’épuration de l’eau (Philippe Bunau-Varilla) » (p. 16).

Montrant avec brio la complexité des processus décisionnels et le phénomène non linéaire de diffusion des dispositifs chargés de sécuriser l’environnement urbain, l’auteur conclut au retard des municipalités de France, confrontées à l’éventualité du tout-à-l’égoût au tournant des XIXe et XXe siècles, par rapport aux expériences britanniques en la matière. Les configurations locales expliquent les avancées à géométrie variable des villes françaises, conscientisées par la loi de 1902 et par d’éventuelles circonstances locales (épidémies, etc.), mais soumises à bien des aléas. « Les champs d’expérimentation de la modernité hygiéniste – nous dit Stéphane Frioux (p. 317) – n’ont pas été les villes les plus dotées en capital d’expertise (Paris, Lyon, Lille, notamment) et la diffusion n’a pas été un processus vertical, descendant depuis les capitales économiques et culturelles vers les modestes bourgades provinciales ». Ce que l’auteur met particulièrement bien en évidence, c’est le combat mené par les élites des petites municipalités – leurs « batailles » – dans cette culture de la modernité dont elles ne maîtrisent pas toutes les dimensions : « quête de la vérité pour réduire l’incertitude pesant sur des techniques au centre de flux d’informations contradictoires ; lutte contre les lourdeurs des procédures administratives pour pouvoir poser la première pierre de leur usine ou distribuer de l’eau sûre avant l’expiration de leur mandat municipal ; superposition des polémiques partisanes aux controverses scientifiques, au sein de l’assemblée municipale et sur la scène médiatique locale » (p. 318).

L’étude porte sur une « moyenne durée » (p. 13), un long demi-siècle, justifié par le fait que les changements concrets qui découlent du nouveau paradigme caractérisant la fin du 19e siècle sont lents à apparaître. Il s’agit d’un processus séculaire, que les deux guerres mondiales, constituant de réels temps d’arrêt dans la réflexion et l’implémentation des projets sanitaires, vont encore retarder.

Enfin, notons que l’ouvrage est doté d’annexes fort utiles : illustrations cartographiques et iconographiques, retranscription de la loi du 15 février 1902, chronologie, liste des affaires étudiées, tableau de suivi des projets, index onomastiques.

Bref, il s’agit d’un très bel opus où l’auteur a réussi le tour de force de manier tout autant l’art de la synthèse que celui de l’analyse locale. Une référence pour l’histoire urbaine, et, plus largement, pour l’histoire contemporaine.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.