Olivier Ratouis (dir.), La construction d’une agglomération. Bordeaux et ses banlieues, Genève, Metisspress, coll. vuesDensemble, 2013, 606 p., (Thibault Tellier)

Olivier Ratouis (sous la direction), La construction d’une agglomération. Bordeaux et ses banlieues, Genève, Metisspress, coll. vuesDensemble, 2013, 606 p., (Thibault Tellier)

Comme le souligne dans un propos liminaire le maitre d’œuvre de l’ouvrage, Olivier Ratouis, professeur d’urbanisme à l’université Bordeaux 3, la conception du présent ouvrage s’inspire de celui publié en 2007 chez Créaphis : Paris / Banlieue. Confits et solidarités. Ses directeurs éditoriaux, Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger et Mathieu Flonneau avaient alors esquissé, avec succès il faut le souligner, une approche globale des relations entre Paris et ses banlieues entre 1788 et 2006. Ils avaient ouvert une voie féconde à de nouvelles approches comme en témoigne, ces dernières années, bon nombre de travaux publiés sur la banlieue parisienne, notamment par des jeunes chercheurs. Jusqu’à maintenant, il faut également souligner que l’historiographie a été plutôt dominée par des recherches concernant la région parisienne. La médiatisation du dossier du Grand Paris n’y est sans doute pas pour rien. Le projet éditorial porté par Olivier Ratouis n’en apparaît donc que plus judicieux dans la mesure où il prend pour objet l’une des principales agglomérations de province, Bordeaux. Avant d’en venir à l’analyse de l’ouvrage lui-même, il faut ici souligner avec force le soin apporté à l’édition. On notera en particulier la profusion documentaire rehaussée par une maquette qui sait, à propos, les mettre en valeur. Le principe général de l’ouvrage est en effet de soumettre au lecteur des documents originaux rehaussés par une introduction qui restitue le contexte de sa production. La variété des sources permet à ce propos un balayage extrêmement large, qu’il s’agisse des approches historiques, géographiques, urbanistiques.

A l’heure où s’élabore l’acte III de la décentralisation qui devrait donner davantage de poids aux agglomérations, les études visant à mieux connaître ces territoires métropolitains tendent à se multiplier. En revanche, rares sont ceux qui mettent l’accent sur la longue durée et valorisent les processus de fabrication et de transformations de ces territoires urbains. Le livre dirigé par Olivier Ratouis a précisément pour objectif d’expliciter la construction urbaine de Bordeaux et des territoires périphériques depuis le xviiie siècle, date à laquelle s’élabore un plan de développement qui dépasse les limites traditionnelles de la ville ancienne. Grâce à une prospérité économique acquise grâce au commerce atlantique, Bordeaux peut alors envisager la reconstruction de ses quartiers centraux (ce qui lui permettra de justifier une inscription en 2007 au patrimoine mondial de l’UNESCO), ainsi que son extension.

Si la révolution de 1789 prive la ville des paroisses environnantes qui deviendront alors des communes à part entière comme Bègles ou Talence, l’essor urbain de Bordeaux ne se démentira pas au cours du siècle suivant. S’en suit alors, comme pour la banlieue parisienne, un jeu très complexe de relations entre la ville centre d’une part, et les communes périphériques d’autre part. De même, on voit alors se développer certains mécanismes similaires à ceux qui se produisent dans la banlieue parisienne durant la même période, comme par exemple les effets de stigmatisation dont est victime la banlieue, ou bien encore les débats autour de l’épineuse question des transports au sein de l’agglomération.

Les textes originaux qui ponctuent les contributions des auteurs de l’ouvrage confèrent la plupart du temps un poids supplémentaire à la démonstration. On lira par exemple avec intérêt l’étude réalisée en 1862 par un conseiller municipal de la banlieue bordelaise visant à démontrer que les projets de nouvelle délimitation urbaine de Bordeaux se feront naturellement au détriment des communes périphériques. L’élu local se plaint en effet de la mainmise de la ville centre sur sa périphérie immédiate : « Que vous ont donc fait ces pauvres communes qui forment la ceinture de Bordeaux et que vous mutilez à votre profit, pour que vous leur disputiez, comme un vol, les avantages dont jouiront quelques-uns de leurs habitants ? » (p. 137). On pourrait, à ce propos, rapprocher cet extrait de ceux qui émergent de la grande enquête publique à Paris en 1859 qui vient d’être rééditée par Nathalie Montel en 2012. On voit par là que les annexions ne se sont ni faites dans le consensus, ni dans le silence des édiles concernés.

Ces conflits n’empêcheront toutefois pas l’agglomération bordelaise de s’affirmer au-delà de ses murs, grâce au développement économique qui justifie l’expansion territoriale de Bordeaux en direction de la périphérie. C’est alors que le mot banlieue prend d’ailleurs son sens moderne. Tout en gardant évidemment des liens étroits avec la ville centre, les communes périphériques parviennent à trouver la voie de l’autonomisation, en particulier après l’instauration de l’élection des premières municipalités au suffrage universel en 1884.

C’est aussi l’essor de l’intercommunalité qui préfigure bien souvent le démarrage d’une véritable réflexion sur un plan d’aménagement urbain à l’échelle de l’agglomération. Dans le cas de Bordeaux, cette évolution prendra toutefois une tournure quelque peu originale dans la mesure où durant la période majorale de Jacques Chaban-Delmas (1947-1995), Bordeaux fait plutôt le choix de grands projets municipaux, ce qui tend à opérer un repli sur elle-même alors même que la banlieue est en plein essor. Durant cette période en effet, cette dernière voit sa population doubler, tandis que celle de Bordeaux stagne. Pour Olivier Ratouis, il faut attendre l’arrivée d’Alain Juppé à la tête de la municipalité en 1995 pour que le projet d’agglomération connaisse un nouvel élan, y compris en terme de frontières. L’ultime texte clôturant le volume fait état de l’intégration en 2013 d’une 28e commune au sein de la Communauté urbaine de Bordeaux, permettant ainsi à cette dernière de disposer sur son propre territoire de nouvelles activités en matière aéronautique.

Ainsi s’achève une histoire de 312 années retracées au travers de documents qui donnent une vision très précise d’une histoire territorialisée dans le bon sens du terme et qui montre à quel point l’analyse historique peut s’avérer pertinente lorsque l’on aborde des études dont l’objet scientifique n’est guère défini clairement. Ainsi, il est question de Grand Paris, de Grand Lille ou bien encore de Grand Bordeaux, mais sans que l’on sache vraiment ce à quoi cette échelle du « toujours plus grand » renvoie exactement. Les termes « agglomération » et « banlieue » ne sont parfois pas beaucoup plus explicites. Il est donc urgent de se saisir de cette histoire qui ne consiste pas à relier des monographies les unes aux autres, mais bien d’envisager une histoire urbaine conduite à l’échelle d’un bassin de vie qui correspond la plupart du temps à l’agglomération. Comme l’explique Olivier Ratouis, il est tout à fait envisageable, au vu des ressources documentaires, de faire de l’agglomération l’objet central de recherches. Si des thèses comme celles de Jean-Claude Perrot sur Caen ou de Jean-Luc Pinol sur les mobilités à Lyon ont tracé de nouvelles voies à l’histoire urbaine, nul doute que cet ouvrage incitera des chercheurs à s’engager désormais sur celles qui doivent conduire à mieux connaître l’histoire métropolitaine qui est également déjà dans une large mesure la nôtre en tant qu’usagers de la ville du xxie siècle.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.