Compte rendu: Stefano Simiz (dir.), La parole publique en ville, des Réformes à la Révolution, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012. (Marie Houllemare)

Stefano Simiz (sous la direction de), La parole publique en ville, des Réformes à la Révolution, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012, 280 p. (Marie Houllemare)

Cet ouvrage réunit 15 contributions issues d’un colloque tenu en 2011 à Nancy. Bien que réunies en quatre parties thématiques (prédication, éloquence judiciaire en Lorraine, réception et représentation de la parole, espace politique et social), les contributions apportent toutes, ou presque, des éléments de réflexion croisée autour de plusieurs questions majeures qui traversent tout l’ouvrage.

Un premier fil conducteur est celui des cadres officiels de la parole publique : le choix de s’interroger sur la spécificité urbaine permet de prendre en compte une série de lieux privilégiés, qui sont abordés de manière plus institutionnelle que géographique. On ne trouvera pas ici de réflexion sur les échanges verbaux inter-individuels prononcés dans la rue, au marché ou encore à la taverne : la notion de « parole publique », telle qu’elle est appréhendée ici, répond en effet à une stricte définition, qui renvoie à l’hypothèse, que la plupart des contributions permettent de vérifier, d’un « mouvement d’institutionnalisation des prises de parole » entre XVIe et XVIIIe siècles (p. 11). L’accent est donc porté de manière privilégiée sur les orateurs et sur leurs auditoires. Ainsi I. Brian reconstitue-t-elle avec une grande précision, les enjeux que représente, pour les prédicateurs parisiens, la distribution du public lors des « stations ». La matérialité des espaces de parole est quasiment laissée à l’écart, hormis par P. Martin, qui, pour s’intéresser aux lieux et gestes des prédicateurs, mobilise une production iconographique idéalisée.

De fait, l’ouvrage relève une véritable gageure : décrire et analyser ces prises de parole en interrogeant systématiquement les liens entre oralité et formes d’écriture. Si l’historien moderniste sait qu’il ne peut restituer une oralité définitivement perdue, il dispose cependant d’éclairages indirects, à la fois manuscrits et imprimés, tant textuels qu’iconographiques. Ils permettent de saisir l’effet de certaines paroles publiques, par exemple à travers les échos qu’elles trouvent dans des sources privées, telles le journal de Pierre de L’Estoile (C. Huchard), dans lequel l’écriture forme comme un apaisement, contre la parole passionnée et outrancières des prédicateurs parisiens. Plusieurs contributions interrogent aussi les sources écrites utilisées pour parler en public, par exemple par les prédicateurs des couvents mendiants (F. Henryot). L’écrit est mobilisé par Renaudot pour donner une plus large audience aux conférences du Bureau d’Adresse en prolongeant des séances orales (A. Prévost), ce qui pose d’ailleurs certains problèmes de transposition des débats. Ces questionnements sont d’ailleurs comme mis en pratique dans la contribution « bilan et perspectives » du volume, composée à partir de notes prises sur le vif pendant le colloque initial.

Un troisième thème présent dans l’ouvrage, et qui aurait d’ailleurs pu émerger plus systématiquement, est celui de la circulation des modèles oratoires au cours de l’époque moderne, et de leur impact sur la parole publique urbaine. Les trois contributions consacrées à l’éloquence judiciaire témoignent toutes de l’affirmation d’un modèle parisien, tant dans la cérémonialisation des séances de rentrée que dans les choix rhétoriques des orateurs. L’importance particulière de l’avocat-général est soulignée par S. Simiz, qui donne de précieux éléments de comparaison oratoires. Par ailleurs, P. Martin constate une plus grande retenue et un reflux de la théâtralisation chez les prédicateurs.

Au final, les contributions proposées ici ne forment donc pas une simple collection d’études de cas juxtaposées, mais se font écho entre elles, la proximité entre la chaire et le barreau étant particulièrement éclairée.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.