Compte rendu: Violet Soen, Yves Junot, Florian Mariage (dir.), L’identité au pluriel. Jeux et enjeux des appartenances autour des anciens Pays-Bas, XIVe-XVIIIe siècles, Revue du Nord, Hors série,n° 30, 2014. (Vincent Meyzie)

Violet Soen, Yves Junot, Florian Mariage, (sous la direction de), L’identité au pluriel. Jeux et enjeux des appartenances autour des anciens Pays-Bas, XIVe-XVIIIe siècles, Revue du Nord, Hors série, Collection Histoire, n° 30, 2014, 350 p. (Vincent Meyzie)

Ce volume collectif s’attache à la compréhension des « mécanismes de la construction identitaire » (p. 10) dans le cadre des anciens Pays-Bas (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg et nord de la France). Dans l’introduction, les trois directeurs souhaitent placer au centre des analyses « le processus d’identification » et les « appartenances plurielles vécues » (p, 14-15). En excluant la question – déjà largement connue – des représentations, à l’échelle provinciale ou nationale, de ces territoires, ils resituent leur propos dans une perspective historiographique générale, désormais largement admise, qui reconnaît l’aspect construit, complexe, évolutif et pluriel des identités. Toutefois, la prise en compte des critiques émises envers le concept d’identité et des propositions, diverses, visant à en tirer les conséquences par sa décomposition en notions plus maniables, aurait sans doute permis de clarifier plus nettement les deux autres notions mobilisées d’identification et d’appartenance, structurantes de fait pour une large partie des contributions, en regard du terme plus englobant d’identité. L’identification relève, comme les directeurs du recueil y font d’ailleurs référence en conclusion, d’une dialectique entre les logiques des pouvoirs et les pratiques des acteurs, particulièrement travaillée par les historiens influencés par la socio-histoire, tandis que l’appartenance s’inscrit dans un autre registre, proche de la notion sociologique de socialisation et lié aussi à un fort ancrage territorial. Le recueil réunit dix-sept contributions, réparties en trois axes, dont une moitié environ comporte une dimension urbaine affirmée.

Dans le cadre du premier axe, mettant en évidence par des études de cas, les diverses sources mobilisables pour l’appréhension des identités, Bram Caers et Annonciade de Cambolas procèdent à une analyse contextualisée d’écrits manuscrits. Le premier contributeur scrute deux adaptations olographes au XVIe siècle d’une chronique urbaine de Malines rédigée à la fin du siècle précédent, la première par l’édile Jean de Wachtendonck et la seconde par le chapelain Gérard Bénaerts. Révélatrices des appartenances respectives des deux scripteurs, elles manifestent, dans le premier cas, une fidélité politique de la cité envers le prince (notamment avec un point de vue favorable à la politique de Charles le Téméraire) et, dans le second cas, une loyauté avant tout d’essence religieuse. La seconde contributrice étudie les apports des volumineux Mémoires de Jules Chifflet entre les deux conquêtes françaises de la Franche-Comté de 1668 et 1674. Le serviteur d’empire jauge les événements survenus durant la période dans le triple espace politique de la monarchie ibérique (impérial, provincial et local). La mise en place d’une nouvelle cour de justice à Besançon, épisode de la rivalité interurbaine avec Dôle, conduit le conseiller au parlement à une posture de retraite lettrée et de prise de plume, sans pour autant aller jusqu’à la publication de son texte dans le souci probable d’une préservation des positions socio-politiques des siens.

Dans le cadre du second axe traitant des relations entre les identités individuelles et collectives, Florian Mariage présente les appartenances multiples des lieutenants du bailli de Tournai du XIVe au XVIe siècle. Fondée sur un corpus de quarante individus, son approche prosopographique lui permet notamment de repérer une évolution lente, mais nette, dans le profil socio-professionnel. En effet, les lieutenants, rattachés par extension au type de l’officier « moyen », sont de plus en plus titulaires d’un diplôme universitaire et soumis au tropisme nobiliaire ; ils forment progressivement un groupe avec une identité distinctive qui s’inscrit dans un cadre débordant l’ancrage urbain initial. Henri Simonneau étudie du XIVe au XVIIe siècle les rôles multiples du héraut urbain, dénommé Épinette à Lille et Franquevie à Valenciennes en référence aux fêtes renommées, comme « un des principaux vecteurs de l’identité urbaine » (p. 150) et « un reflet de l’honneur de la ville » (p 164). Représentant avant tout les valeurs du groupe élitaire, il connaît durant la période à la fois une élévation de son statut social et une évolution de ses fonctions, marquées par un rôle croissant de messager et de gardien de la mémoire de la communauté urbaine. Attentive aux jeux d’identités et aux présentations variables de soi, Cátia Antunes analyse les usages fréquents de pseudonymes au sein de la Nation portugaise d’Amsterdam entre 1580 et 1654, motivés principalement par les croyances religieuses mais aussi par l’utilitarisme économique.

Le troisième axe envisage les effets spécifiques de la frontière, notamment méridionale des anciens Pays-Bas, et des espaces frontaliers sur les appartenances. Un autre fil directeur relie une partie des contributions : la question, pour reprendre les termes de José Javier Ruiz Ibáñez, d’« une redéfinition des hiérarchies identitaires des bourgeois-sujets » (p. 280) en lien avec les changements de souveraineté et les affirmations étatiques. Dans une dense contribution offrant aussi une utile mise au point bibliographique, ce dernier montre ainsi que le retour ou le passage des villes françaises et flamandes sous domination espagnole à la fin du XVIe siècle, permis par l’existence d’alliés locaux, engendre une reconfiguration des identités urbaines par la primauté affichée par les cités de leur fidélité politique envers Philippe II et de leur adhésion à un catholicisme intransigeant. Pour une période antérieure, Yves Junot et Marie Kervin montrent aussi que la politique religieuse répressive du monarque entre en tension avec la solide culture civique des villes des anciens Pays-Bas et conduit, à partir de la décennie 1560, à un glissement dans la hiérarchie des fidélités en faveur de la loyauté due par les sujets au prince. Envisageant le cas d’Amiens comme « un point de comparaison probant avec ses semblables des anciens Pays-Bas » (p. 252), Olivia Carpi repère les mesures prises par la municipalité, après une réforme imposée par l’autorité royale en 1597, visant à restaurer une communauté citadine fortement fragilisée à la sortie des guerres civiles et de la récente occupation espagnole. Philippe Guignet procède à une relecture des argumentations historiques et juridiques des grands échevinages du Nord (Lille, Valenciennes) lors de leur opposition victorieuse à la réforme Laverdy. Insistant sur leur inscription dans un territoire correspondant à la Gaule Belgique et leur détention de compétences judiciaires, elles révèlent « les fondements identitaires de leur culture politique » (p. 282), pensés dans le cadre d’une civilisation urbaine ancienne et commune.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.