Compte rendu: Beatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014. (Clara Chevalier)

Beatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. « Genre à lire… et à penser », 2014, 249 p. (Clara Chevalier)

Issu d’une recherche post-doctorale, ce livre se situe dans la lignée d’une historiographie italienne marquée notamment par les travaux des modernistes Renata Ago, Angela Groppi et Anna Bellavitis, qui conjugue histoire des femmes, histoire sociale et approches juridique et économique. L’ouvrage se propose d’étudier l’action économique des femmes en analysant ensemble deux objets ordinairement peu associés dans l’historiographie : les propriétés et le travail des femmes. Il s’agit en particulier des femmes mariées du monde de l’artisanat et de la boutique dans la ville de Turin au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, soit dans un contexte de crise lié au déclin du secteur alors essentiel de l’économie piémontaise : l’artisanat de la soie. Cette recherche a également pour objectif de comprendre comment ces ressources économiques des femmes jouent sur les relations sociales au sein de la famille, dans la mesure où leur utilisation par les couples constitue un enjeu, a fortiori en cette période où ce groupe social est menacé par la paupérisation, et alors que le chômage et la cherté des vivres renforcent les mécanismes structurels d’endettement.

L’ouvrage, partagé en deux sections, aborde successivement les deux objets annoncés. La première partie porte sur les propriétés – en fait sur le patrimoine – des femmes, plus précisément sur les usages dans le cadre de l’économie familiale des ressources que sont la dot et le trousseau de mariage. Si l’enjeu de la constitution de la dot est dans un premier temps pour les femmes l’accès au marché matrimonial, elle se trouve durant la vie maritale au cœur de stratégies économiques déterminées par son statut juridique : la dot demeure propriété de la femme, sa gestion appartenant au mari. Mais surtout, la dot est inaliénable. Or, durant la période de crise, un nombre croissant de couples s’engage devant la justice civile dans des procédures d’aliénation dotale, dans le but de défaire les biens dotaux de leur statut de biens inaliénables, autrement dit d’obtenir la dot en argent. La procédure est semblable à celle qui permet l’aliénation de biens de mineurs, du fait de l’incapacité juridique qui frappe les femmes mariées. Elle ne peut avoir lieu sans l’accord explicite de chacun des conjoints, et est initiée par une supplique qui doit mettre en avant l’état de nécessité dans lequel ils se trouvent. L’aliénation de la dot sert à s’acquitter de dettes touchant à l’activité économique du couple comme à la vie quotidienne. La volonté d’aliéner la dot se comprend bien mieux dès lors que l’on conçoit la dot comme une dette : la décision judiciaire autorisant l’aliénation s’avère alors être l’unique moyen légal d’obtenir le paiement de la dot, promis mais souvent différé pendant de longues années, voire jamais concédé.

Une autre ressource économique se trouve, à la différence de la dot, pleinement possédée et gérée par les femmes : les biens paraphernaux, au premier rang desquels le trousseau. L’analyse de listes détaillées d’objets mis en gage, puis vendus aux enchères, montre que si les hommes sont majoritaires parmi les débiteurs, les objets engagés sont pour la plupart des vêtements féminins, c’est-à-dire des pièces du trousseau. Celui-ci, véritable « richesse en tissu », constitue donc une ressource cruciale puisqu’il permet l’accès aux réseaux de crédit.

La seconde section, consacrée au travail des femmes, aborde en premier lieu le problème de leur formation. L’accès des femmes aux corporations de métiers étant limité, celle-ci passe moins par la voie formalisée de l’apprentissage que par des parcours où les relations familiales jouent un rôle central. Ici, le genre conditionne sans équivoque la formation des femmes, dont l’enjeu est la possibilité d’accéder ou non à un métier qualifié.

Le travail des femmes mariées, vu comme secondaire, est quant à lui largement occulté dans les sources de l’époque moderne. Elles prennent part à l’activité familiale comme épouses sans pour autant être mentionnées, par exemple dans le recensement de la population turinoise de 1802, où sont indiqués les métiers des seuls chefs de famille – hommes, veuves, voire femmes célibataires. Beatrice Zucca se tourne donc vers d’autres documents : les registres de demandes d’aide adressées à l’Ospedale di Carità, principale institution de charité de la ville. La finalité de l’hôpital étant de prévenir la mendicité, le risque de chute sociale, le travail est valorisé dans la définition des « bons pauvres ». Formuler une telle demande nécessite alors de faire explicitement état de l’activité économique de l’ensemble des membres de la famille. Le croisement nominal des deux sources permet ainsi de découvrir l’identité professionnelle de certaines femmes. S’il est difficile de circonscrire le rôle des femmes mariées au sein de l’économie familiale autant que de distinguer les activités, souvent proches, des conjoints, la figure juridique de la « marchande publique », habilitée à répondre de tout ce qui regarde son propre commerce, confère en revanche aux femmes mariées une certaine liberté économique. Dans une économie d’Ancien Régime caractérisée par l’incertitude, le travail des femmes constitue une ressource décisive pour tenter d’enrayer le risque d’appauvrissement.

L’auteure montre enfin que la présence d’enfants n’écarte pas les mères, du travail rémunéré. Elles peuvent se tourner vers des travaux de couture, de filage ou de tissage effectués à domicile, dans le cadre du système de production proto-industriel, plutôt que vers des emplois d’ouvrière ou de journalière qui ne leur permettraient pas d’assurer le travail reproductif. Les enfants peuvent également être pris en charge par le réseau familial ou par l’hôpital, permettant aux mères de poursuivre leur activité. L’aide de l’Ospedale intervient à différents degrés : distributions de rations de pain, mises en nourrice, hospitalisations temporaires des enfants n’ayant pas atteint l’âge de travailler. Contrairement aux garçons, les filles internées se voient dispenser une formation davantage tournée vers la préparation au mariage que vers l’accès à un métier qualifié. Mettre en regard recours aux secours institutionnels et au réseau familial permet par ailleurs d’interroger une idée souvent admise : la primauté des solidarités familiales dans l’Europe du Sud.

L’étude de Béatrice Zucca cherche à démontrer que les ressources économiques des femmes ont « une valeur en soi », indépendamment de l’économie familiale dans laquelle elles s’inscrivent. Elle souligne le fait que leurs propriétés y sont indispensables : le capital qu’elles apportent joue un rôle décisif dans l’accès aux ressources nécessaires pour entreprendre puis maintenir une activité économique. Leurs ressources ne représentent donc pas un apport secondaire : leurs propriétés – dont le mari peut être dépourvu – et leur travail – souvent qualifié mais non reconnu – sont néanmoins maintenus dans une position marginale par un discours qui les présente avant tout comme épouses et mères.

Le second objectif du livre, qui visait à déterminer si ces ressources économiques confèrent aux femmes une marge de manœuvre au sein du couple, un poids dans le choix des stratégies économiques à mener, s’avère plus difficile à atteindre car une telle question pose nécessairement un problème de sources. Si Béatrice Zucca insiste par exemple sur le fait que le consentement formel de la femme est nécessaire pour solliciter l’aliénation de la dot, on ignore à qui revient la décision – il en est de même en ce qui concerne l’engagement des biens du trousseau. Ici, le propos du livre convainc moins car l’auteure, en affirmant l’existence de « complicités conjugales », que tout laisse supposer mais que rien n’étaye, tient pour évidentes des propositions qui demeurent des hypothèses.

Cette recherche soulève une question majeure pour les études de genre en histoire : il y a un véritable intérêt à prendre pour objet le travail, qui constitue en sociologie l’enjeu des rapports sociaux de sexe – notamment selon la sociologue Danièle Kergoat. Un vaste travail d’historicisation de la division sexuelle du travail reste à mener. La recherche de Béatrice Zucca engage à cette tâche, en pointant la nécessité de ne pas dissocier la question du travail de celle de la propriété, centrale dans l’économie d’Ancien Régime puisque c’est bien elle qui conditionne la possibilité d’accéder au crédit, déterminant dans la construction des hiérarchies sociales.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.