Compte rendu : La Maison de la culture de Firminy, ouvrage collectif, éd. La passe du vent, Vénissieux, coll. Patrimoine pour demain, 2013, nombreuses illustrations. (Richard Klein)

A la fin de l’année 1966, quand la revue L’Architecture d’Aujourd’hui consacre un numéro spécial aux édifices culturels, la partie dévolue aux Maisons de la culture est introduite par des extraits d’un rapport d’Émile Biasini. Á la fois bilan des premières Maisons de la culture ouvertes au public et énoncé des perspectives pour les prochaines réalisations, le texte insiste clairement sur l’objectif de flexibilité du programme qui implique même la conscience de l’imprévisibilité des usages et ses incidences architecturales : « Quelles sont les activités à prévoir dans une maison de la culture. La réponse est : toutes, et même celles qui ne sont pas encore inventées. S’il est difficile d’imaginer ces dernières, il faut pourchasser toutes les servitudes que l’architecture peut imposer à l’exercice d’une activité culturelle, (…) Ces exigences techniques sont à résoudre en tenant compte non seulement du présent, mais de l’avenir »1. Dans cette livraison de la revue qui paraît une année seulement après le décès de Le Corbusier, la fonction de modèle de la Maison de Firminy qui vient de s’achever est manifeste alors qu’elle n’est pourtant pas une Maison de la culture au sens ou l’entendait la définition du programme phare de la politique culturel qui naît avec le secrétariat d’Etat d’André Malraux à partir de 1959.

Le livre La Maison de la culture de Firminy est la deuxième livraison d’une collection intitulée « Patrimoines pour demain » dont l’objectif est de faire connaître à un public le plus large possible un édifice restauré. C’est donc l’ambition de cet ouvrage, assez richement illustré comprenant plusieurs contributions et essais de Gilles Ragot, Sophie Omère et Michel Kneubühler.

Dès son élection, en 1953, le Maire de Firminy, Eugène Claudius Petit, met en chantier un nouveau plan d’urbanisme en appelant d’anciens collaborateurs du ministère de la reconstruction qui sont chargés de créer le nouveau quartier de Firminy Vert, sur des terrains vallonnés au sud de la ville ancienne. Le centre civique de Firminy Vert est confié à Le Corbusier en 1955 à partir d’un programme comprenant une église, un stade, une piscine et une « maison de la culture et de la jeunesse ». Première réalisation du centre civique, l’œuvre est le produit d’une genèse mouvementée. Un premier projet d’associe la maison de la culture aux tribunes du stade (1956-1958). Le profil de l’ensemble tire de cette double fonction une toiture mono-pente et une façade biaise tournée vers le terrain de sport qui protège les gradins des tribunes. Le second projet proposé en juillet 1958 repose sur une dissociation entre les deux équipements, mais garde du dispositif initial quelques caractéristiques essentielles. Même si Le Corbusier prévoyait d’associer à la Maison un théâtre en plein air et une « boîte à miracle » devant permettre d’assurer des pratiques théâtrales dans de bonnes conditions, le programme de la Maison de la culture de Firminy est celui d’une grande maison des jeunes. Une largeur relativement faible (18 mètres) et la longueur importante (112 mètres) du plan conditionnent le fonctionnement de l’équipement envisagé comme une promenade linéaire ponctuée d’espaces d’activité absorbant au besoin les doubles hauteurs. Le système structurel de la couverture associant des plaques de béton cellulaire à des câbles tendus et l’articulation des trois niveaux avec la topographie distinguent fortement cette réalisation du corpus des Maisons de la culture qui reposent toutes sur des solutions compactes. Les 16 travées rythmées par des pans ondulatoires expriment la filiation directe du projet avec celui du couvent de la Tourette dans lequel Iannis Xenakis avait développé ces dispositifs harmoniques de partitions menuisées. Le Corbusier visite le chantier le 21 mai 1965, et meurt la même année avant que la construction ne soit entièrement achevée. André Wogenscky termine le chantier et Pierre Guariche conçoit les aménagements intérieurs ainsi qu’une grande partie du mobilier. La Maison est inaugurée le 15 octobre 1966.

Gilles Ragot, dans l’essai intitulé Firminy toute une histoire, évoque les liens amicaux et intellectuels qui lient Eugène Claudius Petit, Ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU), à l’architecte Le Corbusier puis relate la genèse du projet urbain de Firminy envisagé comme une illustration des préceptes de la charte d’Athènes et la place de la Maison des jeunes de Firminy dans l’ensemble de logements et d’équipement culturels et sportifs de Firminy vert. Dans un récit précis et documenté l’auteur insiste sur les hésitations programmatiques qui feront que la Maison de Firminy est plus qu’une Maison des jeunes et moins qu’une Maison de la culture, mais également sur l’attention à la topographie et au paysage, l’origine de certains choix techniques comme celui de la toiture ou encore les péripéties du chantier (1961-1969) que révèlent les archives. Sophie Omère envisage l’examen du mobilier de Firminy comme un révélateur significatif du design des années 50 et 60. La conception du mobilier spécifique de travail ou pour le spectacle, la fourniture de mobilier sont assurées entre 1966 et 1969 par Pierre Guariche et se poursuivent entre 1969 et 1972 sans lui. L’analyse des appareils d’éclairage qui méritaient sans doute de plus amples développements ou la restauration du mobilier sont traitées sous la forme d’images commentées. Jean-François Gange-Chavanis, dans un entretien, rappelle que les architectes en chef des monuments historiques sont des généralistes mais souligne néanmoins quelques singularités de la restauration et de la « préservation de l’identité » de l’édifice. Michel Kneubüleher revient sur les hésitations du programme et sur ce qu’elles révèlent de la politique culturelle Française, celle des maisons de la culture à partir de 1959, l’héritage des maisons du peuple et celle des tiraillements entre culture et éducation populaire. La reproduction d’une note personnelle d’Eugène Claudius Petit, Eléments de réflexion sur la maison de la culture de Firminy, éclaire justement le point de vue de l’acteur principal du côté de la Maîtrise d’ouvrage sur les hésitations, les tentations d’ordonner les activités humaines, et les tentatives de concilier éducation populaire et politique culturelle.

L’ouvrage ne s’attarde pas trop sur les années sombres de la Maison de la culture qui s’est fait tristement connaître pour un délaissement et des sinistres matériels à la fin des années 1980. On passe donc rapidement de la genèse à la restauration et au processus qui fait maintenant de cette Maison une des pierres d’un ensemble devenu patrimonial. L’oubli de quelques ressources bibliographiques et de quelques références notables au sujet des Maisons de la culture, l’ordre des contributions qui va de l’urbanisme et de l’architecture en passant par le mobilier pour arriver et à la politique culturelle et aux programmes qu’elle génère pourront étonner le lecteur savant qui peut cependant piocher avantageusement dans l’ouvrage, au gré des besoins ou des curiosités, sans craindre de chahuter une savante construction éditoriale.

Le guide de visite, dernière partie du livre est peut-être ce qui permet le mieux d’appréhender l’édifice à plusieurs échelles : celles du site et de l’ensemble urbain, la construction dans la globalité, dans ses composants programmatiques, les aménagements intérieurs et le détail. Servi par un récit descriptif et pédagogique, par des images contemporaines, cette partie renforce la compréhension de l’histoire mouvementée de l’édifice mais également de l’enchaînement des espaces et de la plastique corbuséenne.

1 « Les Maisons de la culture en France », L’Architecture d’Aujourd’hui n°129, édifices culturels, décembre 1966-janvier 1967, p. 66.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.