Compte rendu: Noémi Lévy-Aksu, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane (1879-1909). De l’Etat au quartier, Paris, Karthala, 2013 (Nora Lafi)

Ce livre, issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’EHESS en 2010, porte sur le dispositif policier de l’Empire ottoman en sa capitale, Istanbul, entre la période des Tanzimat et les lendemains de la révolution jeune-turque, avec une attention particulière à la notion d’ordre public : « plus que les institutions, ce sont leur intégration dans l’espace urbain et ses limites, ainsi que leur contribution à la définition de l’ordre et du désordre » (p.16) que l’auteure a souhaité étudier, dans la lignée des travaux de Ferdan Ergut et de Nadir Özbek. Le travail que propose Noémie Lévy-Aksu se situe ainsi résolument aux confins de l’histoire institutionnelle, de l’histoire urbaine et de l’histoire sociale. Il dialogue aussi bien avec les réflexions contemporaines sur l’interprétation de l’effort ottoman de modernisation administrative pendant les Tanzimat, qu’avec les questionnements sur la nature du régime mis en place par Abdülhamid II, notamment autour de son système de surveillance, ou qu’avec les recherches convergentes d’un certain nombre d’historiens sur l’histoire de la police dans différents contextes urbains, dont Brigitte Marin, Vincent Milliot et Clive Emsley. Dans sa volonté de « lecture dynamique de la société ottomane » (p.21), l’auteure entend promouvoir une histoire sociale et urbaine de l’ordre public dont l’ambition est aussi de saisir la dimension quotidienne des rapports entre population et appareil de surveillance et de répression. Les sources utilisées sont essentiellement issues des archives de l’Etat ottoman à Istanbul (BOA) : ministère de la police et palais de Yıldız puis sûreté générale pour la fin de la période. Une des limites de ce corpus, comme le souligne Noémie Lévy-Aksu elle-même dans son introduction, est de ne donner qu’une vision partielle de l’action de la police, puisque souvent les rapports complets ne se trouvaient pas dans les dossiers concernés. Pour contourner ce biais, une piste était, à la manière de Cem Behar, de partir en quête des chroniques des chefs de quartier (muhtar). L’auteure tente de la suivre dans la dernière partie du livre. Une autre piste aurait été d’étudier plus en profondeur l’inertie, dans la période des réformes ottomanes, des pratiques administratives d’ancien régime : dans les archives, jusqu’à la fin de l’Empire, cette logique a continué à prévaloir. Les rapports complets se trouvent souvent dans les archives relatives au dialogue pétitionnaire. On y trouve non seulement les plaintes, mais aussi les témoignages et les rapports d’enquêtes. Ceci dit, le corpus proposé par l’auteure reste extrêmement cohérent et précieux, d’autant plus qu’il est complété par des sources annexes, comme la presse, les textes réglementaires et les débats au parlement.

Le premier chapitre de l’ouvrage est consacré aux mots de l’ordre et du désordre. Il commence par des considérations sur l’étymologie même de Tanzimat, autour du mot nizâm, ordre. La réforme est ainsi remise en ordre. Suivent des digressions plus ou moins convaincantes sur la notion d’ordre dans les réformes urbaines de l’époque des Tanzimat. Les remarques linguistiques de Noémie Lévy-Aksu sont également discutables en ce qui concerne le mot âsâyiş, l’ordre public. La nouveauté bureaucratique de l’usage du mot est sans doute bien moins grande qu’elle ne l’écrit. On trouve le mot employé avec un sens similaire plusieurs siècles auparavant de manière abondante, notamment dans les rapports de police sur les troubles urbains dans diverses partie de l’empire. En revanche, les réflexions sur l’expression d’époque hamidienne âsâyiş ber-kemal (l’ordre règne) sont plus convaincantes, et au moins significatives du zèle rapporteur des policiers de l’époque. Le chapitre propose aussi d’intéressantes considérations sur les mots du désordre, entre notations morales et jugements politiques.

Le deuxième chapitre est consacré à un panorama de la question de la sécurité publique dans la capitale ottomane, autour de deux enjeux principaux : d’une part les conséquences de l’abolition du corps des janissaires en 1826, et d’autre part celles du développement des flux migratoires. Pour chacun de ces aspects, l’auteure parvient à situer avec finesse son objet en rapport aux tendances récentes de l’historiographie. Le chapitre suivant est consacré à l’émergence de la thématique de l’ordre public dans le discours et les pratiques du pouvoir. « Notre hypothèse est que le règne hamidien et le début de l’époque jeune-turque sont marqués par une tentative d’objectivation du concept d’ordre public » (p.89) annonce Noémie Lévy-Aksu en ouverture. Elle suit ensuite cette piste au travers de l’idée d’une standardisation des rapports de police. Malheureusement cette idée n’est en rien convaincante : d’une part l’auteure n’a pas trouvé les rapports en question, et d’autre part ce qu’elle décrit correspond à des pratiques et des instructions que l’on peut retrouver sous des formes très comparables pour l’ancien régime : définition bureaucratique d’un style de rédaction, instruction de la hiérarchie en vue de l’obtention d’une production convergente en contenu et en forme. Il n’y a là guère de nouveauté que l’on pourrait attribuer à la modernité administrative de l’époque. Il en va en revanche différemment pour ce qui concerne le développement de l’usage des instruments statistiques : dans ce cas en effet le rapport entre appareil de surveillance et société en est modifié. Le chapitre apporte de précieux éléments à cet égard. C’est aussi le cas pour ce qui concerne le traitement des faits divers dans la presse stambouliote. L’auteure élabore à partir de cette ressource une typologie des désordres et des réponses qui y sont apportées, entre morale et répression. Les paragraphes sur l’insécurité nocturne, la marginalité telle que présente au cœur du quartier de Galata, la présence de groupes de célibataires en ville, vue comme potentialité de désordre, et la volonté de dissimuler la prostitution sont particulièrement convaincants. Dans le chapitre 4, le cœur de l’attention est apporté aux étapes de la réforme de la police d’État sous Abdühamid II, avec en toile de fond la question de la spécificité de la capitale, notamment par rapport aux attributions de la police municipale. Seule une étude plus précise des compétences et actions de celle-ci aurait cependant pu permettre de faire avancer les débats historiographiques, qui ne sont qu’évoqués. Se pose aussi la question de la répression de l’agitation révolutionnaire arménienne, qui mène aux massacres de 1895. Le soin que met l’auteur à rechercher les traces d’une opinion publique sur le rôle de la police est en revanche très appréciable. Le chapitre 5 se confronte au rôle de la police pendant les événements de 1908. L’analyse des conséquences politiques et relatives à l’ordre public d’une amnistie promulguée à l’été de cette année permet de suivre les événements sous un jour original. Il en va de même pour la narration de l’épuration opérée au sein de la police après ceux-ci. Mais ce que Noémie Lévy-Aksu parvient à mettre en évidence, c’est surtout, au-delà des vicissitudes de carrière, une certaine continuité dans les méthodes avec le règne d’Abdülhamid II, ainsi que la « criminalisation croissante des marginalités sociales » (p.184). Ces pages s’inscrivent dans la veine actuelle d’un renouveau de l’histoire sociale ottomane, illustrée par exemple par les travaux de Florian Riedler ou de Malte Fuhrmann. Après un bref chapitre sur l’expertise étrangère à Istanbul, dans lequel on suit le parcours dans la capitale ottomane des inspecteurs français Bonnin puis Lefoulon, deux chapitres importants sont consacrés à l’échelle du quartier. Ils permettent de refaire le lien avec l’espace de la ville et avec son histoire héritée de l’ancien régime. On y retrouve des figures connues pour cette période et suit leur évolution au cours des différentes réformes étudiées : c’est là que la démarche du livre prend tout son sens. Le choix de cette échelle permet en effet de se rapprocher du quotidien de l’ordre public, en mettant en lumière le rôle des chefs de quartier, des veilleurs de nuit et des notables communautaires. Cela débouche sur un passionnant chapitre 9 consacré aux kabadayı, ces voyous parfois utilisés par la police secrète comme hommes de main ou agents provocateurs. Toutes ces dimensions sont illustrées par un dernier chapitre consacré au cas du quartier de Tophane.

Ce livre constitue donc au total une ressource précieuse pour le chercheur, non seulement par son positionnement dans une historiographie en plein renouvellement, mais aussi par sa capacité à proposer des décalages d’interprétation qui permettent d’avoir de l’ordre urbain à Istanbul au tournant du 20e siècle une vision plus articulée.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.