Compte rendu : Michel Bochaca et Jacques Micheau, Fortaney Dupuy, un marchand de Bordeaux à l’aube de la Renaissance ; Michel Bochaca et Jacques Micheau, présentation et édition Livres de comptes de Fortaney Dupuy, marchand et bourgeois de Bordeaux (1505-1523), Les Editions de l’Entre-deux-Mers, 2014 (Denis Menjot)

Au sortir de la guerre de Cent Ans et durant les premières décennies du XVIe siècle, Bordeaux connaît un vif essor n’ayant comme rivale sur la côte atlantique du royaume de France que le port de La Rochelle. C’est dans cette cité que va faire une belle carrière de marchand, Fortaney Dupuy que Michel Bochaca et Jacques Micheau nous font revivre à travers l’étude de ses trois registres de comptes qui nous ont été conservés, un livre de raison (septembre 1505- février 1522) qui compte 312 folio, un livre-mémoire (août 1512-novembre 1521) de 53 folio et un livre de créances tenu par son employé, Odet de Minbielle en l’an 1523, de 41 folio.

Dans le tome 2 de cette publication, les auteurs présentent une édition critique en tous points remarquable de ces 406 folio de lecture difficile étant donné la dégradation de certains feuillets et le peu de soin apporté à la tenue des registres. Pour faciliter la lecture et la compréhension de ces textes, les éditeurs ont multiplié les notes infra-paginales sur les lieux, les dates – mises en nouveau style – et sur certaines personnes citées dans les comptes. Ils ont élaboré les indispensables index des noms de personnes, de lieux et des matières, et un glossaire très complet et fort utile des mots gascons car tous ces documents sont écrits dans cette langue alors parlée à Bordeaux et dans le Bordelais.

Ces registres qui sont les plus anciens conservés pour un marchand bordelais, ce qui en fait tout leur intérêt, nous plongent au cœur des affaires et de la vie quotidienne d’un marchand. Aucune autre source bordelaise ne permet d’approcher avec autant de précision, notamment d’un point de vue quantitatif, sur une période aussi longue d’une vingtaine d’années, soit la plus grande partie de sa carrière, un marchand et ses activités ainsi que les petites gens, ruraux et citadins qui forment le gros de sa clientèle. Au-delà de la figure de Fortaney Dupuy, c’est le monde des marchands bordelais des premières années du XVIe siècle qui nous est donné de connaître, et à travers ses clients et partenaires commerciaux, de larges pans de la société de Bordeaux et du monde des affaires qui l’animait. Michel Bochaca et Jacques Micheau nous les révèlent dans une étude rigoureuse et détaillée de 301 pages, enrichie de 35 illustrations, graphiques et cartes parfaitement réalisées, qui constitue le tome 1 de cette publication.

Ce marchand bordelais est un bel exemple de réussite économique et sociale d’un immigrant monté à Bordeaux de sa Chalosse natale pour se former. L’apprenti gravit rapidement les échelons avec des méthodes d’ascension classique, d’abord facteur d’un marchand, il se marie avec la nièce de celui-ci, ce qui témoigne du rôle de l’endogamie professionnelle et de la force des liens familiaux dans le développement des affaires commerciales. Il s’établit ensuite à son compte dans le quartier Saint-Michel où il a commencé et qui est le cœur de l’activité économique à Bordeaux. Signe de sa réussite économique, il engage à son service des employés indispensables à la bonne marche des affaires. Le premier d’entre eux est son beau-frère, ce qui montre une fois encore que l’endogamie professionnelle joue à plein dans la consolidation des réseaux de relations.

Fortaney Dupuy acquiert un important patrimoine immobilier à Bordeaux composé d’un bel hôtel situé dans la paroisse Saint-Michel qui est le siège de ses affaires, d’autres locaux annexes et de quelques immeubles de rapport. Dans la campagne proche, il achète des parcelles de terres et de vignes et deux exploitations agricoles, qui témoignent de sa réussite économique et sont des signes de prestige social. Ce patrimoine foncier qu’il gère aux dires des auteurs en ne prenant guère de risques, en « bon père de famille », n’est pas celui d’un homme d’affaires exceptionnel de l’envergure d’un Jacques Cœur mais d’un honnête marchand. Tant par sa composition que par sa localisation et ses fonctions, il est comparable à celui des autres marchands et, de façon plus générale, au patrimoine des élites urbaines bordelaises que d’autres sources notariées nous font connaître. Les comptes fournissent aussi des compléments intéressants sur la gestion quotidienne et les travaux effectués dans les immeubles, ce qui montre à quel point la conduite des affaires commerciales de Fortaney Dupuy et la gestion de son patrimoine s’entremêlent étroitement.

Ses livres de comptes, peu soignés, montrent que les techniques comptables qu’il utilise sont rudimentaires – il ignore le comptabilité à partie double – pour ne pas dire archaïques, à tout le moins bien éloignées de celles les plus développés par ses contemporains toscans, vénitiens ou flamands. Elles sont à la mesure d’un marchand d’envergure modeste qui s’inscrit probablement dans une autre culture que celle du chiffre d’affaires.

Comme la plupart des marchands bordelais de son époque, Fortaney Dupuy n’est pas spécialisé et s’en tient à la vente de draps à la coupe et de blés, froment et seigle surtout, et à des opérations de prêts. Seul le commerce des grains le conduit à opérer sur un marché sensible. Il prend appui sur les foires locales et régionales de Bayonne, Dax et Saint-Sever pour élargir le rayon géographique de ses affaires. Il pratique aussi d’autres activités complémentaires, notamment le commerce du vin et de vêtements tel que des chausses et des manteaux et à l’occasion de la viande salée, du poisson séché, des arbalètes et du pastel. Il travaille en fonction des besoins de ses clients auxquels il procure les marchandises et les services nécessaires à leur quotidien. Pour compenser le manque de numéraire, il procède avec ses clients et ses fournisseurs, à des opérations de troc. Faire crédit à un client n’apparaît pas seulement comme un acte à caractère économique mais aussi comme un moyen d’établir une relation sociale avec cette personne. L’honneur et la renommée du marchand se nourrissent de la dépendance des débiteurs envers lui.

La clientèle de Fortaney Dupuy était constituée de citadins principalement de sa paroisse et surtout de ruraux résidents dans les paroisses situées dans un rayon de quelques kilomètres autour de Bordeaux que les auteurs cartographient. Dans la documentation on voit défiler au fil du temps des familles entières. Au-delà du client titulaire d’un compte, les garants et les témoins, souvent choisis parmi les parents et les amis, dessinent un deuxième cercle de sociabilité. Les livres de compte permettent d’observer de façon relativement détaillée la répartition géographique, la composition socioprofessionnelle, les goûts et les comportements de sa clientèle.

La vie privée de ce marchand reste malheureusement dans l’ombre car les documents, et on peut le regretter, sont tout aussi avares en confidence sur ses clients que sur lui-même et les siens. Il ne fait pas œuvre de chroniqueur et n’a pas voulu ou n’a pas su se faire le témoin de son temps mais il est vrai que les documents qui nous sont parvenus étaient avant tout destinés à garder la trace de ses activités commerciales et financières, le livre dit de raison est en fait un livre de comptes.

Grâce à l’exceptionnelle richesse de ce dossier unique en son genre pour cette période, Michel Bochaca et son complice Jacques Micheau font donc sortir de l’anonymat Fortaney Dupuy que l’on peut désormais ajouter à la courte liste d’une douzaine de marchands de la fin du XVe et du début du XVIe siècle qui dans le royaume de France ont laissé une comptabilité qui a fait l’objet d’une étude. Ce bel ouvrage, parfaitement écrit et structuré, enrichit très sensiblement nos connaissances de l’histoire économique et sociale de Bordeaux.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.