Compte rendu: Judith Förstel dir., Meaux patrimoine urbain, Paris, Somogy (Cahiers du Patrimoine – 104), 2013 (Mickaël Wilmart)

Judith Förstel (sous la direction de), Meaux patrimoine urbain, Paris, Somogy (Cahiers du Patrimoine – 104), 2013, 285 p.

Ce livre est le résultat de cinq ans d’enquête menée sous la direction de Judith Förstel dans le cadre de l’Inventaire général du patrimoine culturel. Bien que réunissant 23 auteurs, qui mettent chacun leur spécialité au service du projet collectif, le volume proposé ici est conçu comme un bloc et non comme un recueil d’articles. Le travail éditorial a permis une fluidité du propos tout en conservant l’exigence d’un discours pointu qui devrait faire de l’ouvrage une référence sur l’histoire de Meaux prise dans sa longue durée, de l’Antiquité à nos jours. En dehors de quelques études universitaires portant sur la période du bas Moyen Âge et des publications autour de l’archéologie antique, l’historiographie de la cité briarde souffrait jusque-là d’un manque évident de renouvellement. Les dernières histoires généralistes de Meaux avaient été rédigées au XIXe siècle et au début du XXe siècle avant de connaître une réédition à la fin du XXe siècle. Si elle met à la disposition de tous des œuvres épuisées, cette mode, assez répandue, a finalement des résultats fâcheux car elle donne aux non-initiés l’impression d’une histoire immobile et favorise la répétition sans critique de conclusions erronées ou historiographiquement dépassées. On ne peut donc que se féliciter de l’initiative prise par le Service Patrimoine et Inventaire de la région Ile-de-France, en partenariat avec les municipalités, de concentrer le travail d’une équipe sur une localité pendant un temps suffisant pour s’approprier données de terrain et d’archives et en tirer une solide monographie.

Site de méandre, la ville de Meaux se développe dès l’Antiquité au pied des coteaux qui l’entourent. La ville antique s’installe d’abord dans la plaine alluviale septentrionale avant de s’enfermer dans de solides murs un peu plus au sud au cours du IVe siècle. Les fouilles archéologiques menées depuis quarante ans ont permis de mettre au jour des éléments importants pour la compréhension de l’espace urbain antique : temple, édifices de spectacles, nécropoles, thermes, mais aussi réseau viaire et habitat. La ville médiévale s’appuie dans un premier temps sur le castrum dont une partie des courtines sont encore en élévation au nord et dont le tracé de l’enceinte se repère sans difficulté dans le parcellaire actuel. S’étendant progressivement à l’ouest et à l’est des murailles, la ville se voit dotée de nouveaux murs au cours des XIVe et XVe siècle. Au cours du XIIIe siècle, l’emprise urbaine traverse également la Marne vers le sud et la fortification du quartier du Marché par les comtes de Champagne vient renforcer les défenses militaires d’une cité fruit de toutes les convoitises.

Située non loin de la frontière du comté de Champagne et du domaine royal, le siège épiscopal est au centre d’une lutte d’influence entre Capétiens et Thibaudiens jusque dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Puis vient le temps où l’évêque est définitivement un proche du roi, résidant régulièrement à Paris. Meaux est d’abord une ville épiscopale. La cathédrale (XIIIe-XVIe s.), bien sûr, le palais épiscopal (XIIe-XVIIIe s.), le bâtiment du chapitre (XIIIe s.), les maisons du cloître canoniale (XVIIe-XVIIIe s.) témoignent, par leur emprise dans le paysage urbain, de l’importance de cette fonction ecclésiale de premier plan. A côté de ces dignitaires religieux, toute une élite marchande s’impose au cours des XIIIe et XIVe siècles. Après la guerre de Cent ans, marchands drapiers et officiers royaux se partagent le rôle de relancer l’économie et la vie municipale. Toutefois, progressivement, comme tant d’autres villes moyennes, l’administration (royale et ecclésiastique) devient la première raison d’être de la cité.

Au cours de l’Époque moderne, le paysage urbain se modifie. L’enceinte, pourtant modernisée sur certains points au XVIe siècle, s’efface peu à peu pour laisser place à des promenades. Le XIXe siècle voit aussi d’importants changements : creusement des canaux de l’Ourcq et de Chalifert, construction de la ligne de chemin de fer, plan d’alignement progressivement appliqué, construction de nouveaux bâtiments publics (hôtel-de-ville, tribunal, théâtre). Tout ceci s’accompagne d’un nouveau développement économique. Des industries s’installent (usine électrique, sucrerie, moutarderie, filature etc.). L’habitat se renouvelle également. L’évolution de celui-ci est bien décrite, soulignant les liens de son évolution avec l’histoire sociale, des nouveaux hôtels pour les élites aux lotissements financés par des employeurs (comme la Caisse d’épargne) qui préfigurent le logement social. Ce dernier prend son essor au cours des années 1950 et 1960 donnant définitivement à la ville son caractère bi-polaire entre quartiers périphériques, très excentrés, et centre ancien.

L’ouvrage fourmille de détails dont une recension ne peut rendre compte. Il réussit la gageure de parvenir à lier histoire institutionnelle, religieuse, sociale et architecturale.

Mickaël Wilmart

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.