Compte rendu: Marc Boone, Martha Howell (eds) The Power of Space in Late Medieval and Early Modern Europe. The cities of Italy, Northern France and the Low Countries, Studies in European Urban History n°30, Turnhout Brepols, 2013 (Cléo Rager)

Marc Boone, Martha Howell (eds) The Power of Space in Late Medieval and Early Modern Europe. The cities of Italy, Northern France and the Low Countries, Studies in European Urban History n°30, Turnhout Brepols, 2013 (Cléo Rager)

Depuis la parution de La Production de l’espace en 1974, les travaux d’Henri Lefebvre irriguent les recherches des historiens et particulièrement des historiens de l’urbain. Dans ce contexte, cet ouvrage, issu de deux ateliers qui se sont tenus en 2008 à Lyon et en 2010 à New York, revient sur les liens entre pouvoir et espace dans les villes européennes. Édité par Marc Boone et Martha Howell, ces 13 contributions s’inscrivent dans la lignée des études comparatives entre les villes du Nord de l’Europe et d’Italie à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. L’histoire des villes y est d’abord l’histoire des contestations, de l’appropriation et de l’interprétation de l’espace.

En introduction, M. Boone rappelle la distinction due à H. Lefebvre concernant notre rapport à l’espace entre le perçu (la pratique sociale de l’espace), le conçu (les théories de l’espace) et le vécu (les représentations de l’espace associant usages et images), autant de notions qu’il articule aux questionnements d’Henri Pirenne sur les politiques ayant donné naissance aux villes : comment l’espace produit, contraint et définit le pouvoir, politique et économique ? M. Boone précise ensuite les cinq parties structurant le volume : l’appropriation de l’espace, la production d’usages et de significations spatiales par les pratiques économiques et sociales, l’enjeu politique du contrôle des espaces, les liens entre rituels et espace et, enfin, la création et la mobilisation de l’espace par les fictions.

En premier lieu, Marco Vencato montre que la production de l’espace est également une production de perceptions et d’expériences à travers les stratégies spatiales princières à Naples depuis le pape Nicolas V (1447-1455). Le désordre apparent de la ville n’est en rien le résultat d’une absence de projets urbanistiques mais une construction des princes qui peuvent ainsi mieux contrôler la population urbaine. La production de l’espace ne peut alors se comprendre que dans la complexité des rapports de pouvoir. Chloé Deligne, étudiant la constitution des places centrales dans les Pays-Bas, rappelle quant à elle que les marchés étaient souvent détenus et contrôlés par des acteurs privés. La centralisation et l’élaboration de places de marché sont tout autant le résultat du succès d’une élite politique et économique qu’une consolidation du pouvoir communal.

Les luttes pour le pouvoir dans la ville sont ainsi nécessairement des luttes pour le contrôle des espaces, parfois selon des modalités violentes. Ainsi en est-il aux Pays-Bas où les citadelles construites dans la ville par les ducs de Bourgogne et les premiers Habsbourg sont comparés par M. Boone à des « œufs de coucou » dans un nid étranger ; l’insertion du prince dans la fabrique de la ville se fait par la construction, la destruction ou l’appropriation des signes de l’autonomie urbaine. Jean-Baptiste Delzant met à jour un processus similaire lorsqu’il décrit les efforts des princes pour s’imposer comme fondateurs des cités qu’ils dominent. Grâce à l’invention d’une origine qu’elle dit partager avec la ville gouvernée, la famille dominante prétend exercer sur cette dernière un pouvoir naturel, à l’exemple des Trinci à Foligno. L’auteur observe également le réinvestissement seigneurial de lieux communaux : les Trinci élisent résidence dans le palais des chanoines, près de la place de la commune. Toutefois, cette affirmation ne se fait pas sans résistance et la communauté protège ses lieux symboliques et ses institutions, obligeant les seigneurs à en prendre soin : à Fabriano, le podestat ne doit ni affaiblir l’édifice du palais communal ni en changer l’agencement intérieur.

Ainsi, l’ouvrage rappelle à juste titre le rôle joué par l’espace urbain dans ces évolutions. Il n’est en rien un décor, un donné malléable que les gouvernants pourraient modeler à leur guise. À Lucques à la fin du XIVe siècle, Diane Chamboduc de Saint Pulgent montre que si l’espace économique, cadre de l’expression de l’autonomie des différents acteurs, devient un enjeu politique primordial pour les autorités urbaines, ces dernières ont toujours un temps de retard sur les acteurs du commerce et de l’industrie. Leur tentative de rationalisation d’un espace économique en crise se heurte à la multiplication des juridictions concurrentes et à l’internationalisation des processus de production. De même, Élisabeth Crouzet-Pavan et Élodie Lecuppre-Desjardin mettent en lumière dans leurs articles les renouvellements interprétatifs permis par l’étude de la dimension spatiale des rituels judiciaires. L’espace n’est jamais secondaire dans les châtiments et il peut même être un acteur à part entière dans la cérémonie, comme lors des rituels de réparation après la profanation d’une image sainte à Venise : c’est le lieu même du crime qui est concerné car, directement ou indirectement, c’est l’espace qui a été touché. L’étude du bannissement aux Pays-Bas par É. Lecuppre-Desjardin révèle le rôle de ce dernier dans la cohésion de l’espace urbain. La prononciation et l’exécution du jugement ne relèvent pas seulement de l’exercice de la justice mais permettent aussi l’expression symbolique de la communauté dans son espace.

Les rituels religieux jouent une fonction similaire et l’espace devient alors porteur de fictions que mobilisent le langage et les actes. Henk van Nierop étudiant la procession du Saint Sacrement à Amsterdam au XVIe siècle montre comment les rituels religieux donnent à l’espace un sens sacré et civique, utilisé ou rejeté par chaque communauté religieuse. Du côté français, l’espace décrit par Denis Crouzet est saturé de significations religieuses : pour les catholiques, la représentation de leur ville renvoie autant à la cité assiégée par l’hérésie qu’à l’espace de la cité terrestre où se joue le devenir de la Cité de Dieu, dont la puissance de mobilisation entraîne l’appel à la vengeance et la théâtralisation de la mise à mort de l’hérétique : son corps est déplacé dans la cité, rendant ainsi publique la réappropriation sacrale de l’espace. C’est alors toute la ville qui devient langage, cité « vivante » où la violence anime l’espace en des manifestations destinées à Dieu. La hiérarchie des lieux repose aussi sur des fictions. L’histoire de la translation de la Vierge d’Anvers à Bruxelles est l’instrument de légitimation de la domination de Bruxelles sur les autres villes du Brabant (puis des Pays-Bas) et Claire Billen révèle ainsi les mécanismes narratifs permettant l’accession de cette ville à une centralité symbolique créatrice.

Le grand mérite de l’ouvrage est par conséquent de combiner points d’observation, échelles, temps et espaces pour aboutir à une réflexion stimulante sur les rapports entre espace et pouvoir. Les défauts d’édition n’en sont que plus regrettables : nombreuses coquilles, reproductions médiocres, absence d’index, de résumé des communications, de table des illustrations et de conclusion, qui auraient pourtant aidé la lecture d’un ensemble aussi foisonnant.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.