Cyril Courrier, La Plèbe de Rome et sa culture (fin du IIe siècle av. J.-C – fin du Ier siècle ap. J.-C.), Rome, École française de Rome, BEFAR 353, 2014 (Noëlle Géroudet)

Cyril Courrier, La Plèbe de Rome et sa culture (fin du IIe siècle av. J.-C – fin du Ier siècle ap. J.-C.), Rome, École française de Rome, BEFAR 353, 2014, 1031 p., 12 ill., 25 tableaux (Noëlle Géroudet).

Si la plèbe de Rome a fait l’objet de nombreuses études que Cyril Courrier rappelle dans une bibliographie copieuse et récente (jusqu’en 2011 ; p. 919-974), aucune jusque-là ne l’avait envisagée sous un angle aussi original. C’est une vraie thèse que le nombre de pages ne rend pas indigeste. Elle se lit aisément tant l’empathie de l’auteur avec son sujet est évidente et se présente comme un outil de travail avec une annexe copieuse (p. 745-916) qui correspond à une base de données répertoriant 295 actions collectives de la plèbe (accès libre http://actoz.db.huma-num.fr/fmi/webd ; mode d’emploi p. XI). Chaque action fait l’objet d’une fiche avec les indications de lieu, motif, caractères, modalités, terminologie, sources, bibliographie afférente. Cinq indices rendent la consultation aisée (979-1023) : index des sources, des noms propres, des toponymes, des matières (par thèmes, très utile), des actions collectives. Trente sept tableaux, croquis, plans, photos appuient la démonstration (p. 975-978).

L’auteur veut démontrer que pendant la période cruciale de la fin du IIe s. av. J.-C à la fin du Ier s. ap. J.-C., la plèbe de Rome, présentée essentiellement par une aristocratie méprisante comme un tout immature, affamé, prompte aux soulèvements, n’est pas ce lumpenproletariat totalement dominé, voire un antimonde privé d’identité, de culture, d’opinion politique. Cyril Courrier développe à cette fin une argumentation en trois parties. Dans la première (p. 21-293) il faut prouver qu’il existe bien une plèbe enracinée dans la Ville, pas seulement des immigrés permanents aux conditions de vie trop précaires pour se reproduire et par là, incapables de se forger une identité, a fortiori une culture. Le rôle des frumentationes est souligné dans la constitution d’un noyau favorisé : la plèbe frumentaire. Au quotidien, les plébéiens ont un horizon culturel limité au quartier d’un hectare environ, regroupant de 600 à 1 000 personnes, où l’on mène une vie de village, routinière, faite de solidarités et de mesquineries. La pratique d’un métier sert à mettre en valeur une forme d’honorabilité par le biais de la compétence pratique et théorique (1 470 inscriptions dépouillées dans le tableau 17). On voit se dessiner une plèbe complexe et stratifiée.

Aussi la seconde partie s’intéresse-t-elle plus précisément (p. 295-421) au groupe que les sources nomment plebs media. L’auteur démontre de façon convaincante qu’il ne s’agit pas d’une couche moyenne au sens actuel, mais d’un groupe « au milieu », entre les aristocrates et les autres, y compris les bénéficiaires des frumentationes dont son aisance l’exclut. Cette fraction a assimilé les normes et les valeurs aristocratiques en les modifiant pour en faire sa chose (p. 409 intéressante étude du motif du banquet couché) « incomplètement plébéienne, imparfaitement aristocratique ».

La troisième partie s’interroge logiquement sur le comportement politique de ces différents groupes (p. 423-726) pendant la période républicaine (chap. 6) et au début de l’Empire (chap. 7). Elle se lit en parallèle avec la base de données. À l’époque républicaine, la plèbe utilise les cadres légaux pour des révoltes essentiellement dirigées contre le Sénat et les magistrats. Par une sorte de pacte social, « la plèbe avait intégré les contraintes et les exigences d’une organisation sociale dans une norme de comportement ». Il est évident que l’instauration de l’Empire modifie les paramètres. Plus encore que sous la République, les sources sous-estiment et mésestiment (Juvénal) le rôle de la plèbe qui devient une entité floue (« foule », « peuple ») face au Prince et ajoutent à la construction du stéréotype « bon ou mauvais prince » un peuple calme ou en effervescence. L’auteur étudie comment se substitue progressivement au trio sénat, Prince, peuple, un face à face prince-peuple dans des lieux nouveaux mais avec un attachement précoce et sincère. Les différents moyens d’action du peuple et leur cause sont finement étudiés à travers toutes les manifestations : acclamations, rituels, cérémonies, violences, rumeurs. Dans cette partie, Cyril Courrier substitue au cliché habituel une image de la plèbe ayant une conscience politique, « elle avait un rôle à jouer et savait qu’elle avait un rôle à jouer ».

L’ampleur du travail ne saurait se résumer à ces quelques lignes. Aussi allons-nous mettre l’accent sur les principales caractéristiques qui en font la richesse, outre l’importance et la qualité des notes. L’historiographie du sujet est parfaitement maîtrisée ; non seulement l’auteur résume les différents points de vue d’une façon qui montre qu’il les a lus, mais il s’insère dans le débat (pas toujours élégamment, péché de jeunesse !). On citera entre autres (p. 7-125) la controverse sur l’UGE1 selon laquelle Rome ne serait qu’un tombeau insalubre et surpeuplé dont la population n’augmenterait que par immigration constante de ruraux. On citera aussi (p. 303-367) la discussion sur la plebs media lancée par Paul Veyne dès 2000 ou la nature de la République romaine (p. 431-437).

Le deuxième point fort de cette thèse est le recours à d’autres disciplines que l’histoire en particulier la géographie sociale, la sociologie, en recourant au concept de culture parfaitement défini (p. 4), aux comportements collectifs (p.123, 430), en étudiant la plèbe comme un groupe hétérogène mais avec une conscience « de classe » pourrait-on dire, incomplètement soumis à la culture dominante des aristocrates et qui développe ses propres codes. Le recours à l’informatique pour la constitution de la base de données permet seule de maîtriser l’ensemble des divers renseignements et de les croiser.

Il faut relever l’efficacité de l’exploitation des sources traditionnelles connues ou négligées : les tableaux pour tenter d’évaluer la part de « pouvoir d’achat » que libèrent les frumentationes (p. 50), le tableau 10 qui permet d’évaluer la quantité d’eau par habitant/jour. Le croisement des textes et de l’épigraphie produit de remarquables pages sur la structure des tribus (p. 316-335). L’auteur fait preuve d’une extrême prudence dans le maniement des sources en rappelant leurs spécificités : faible nombre, hostilité toute aristocratique des auteurs et fréquente reconstruction des événements. L’iconographie n’est pas oubliée : étude des gestes du travail (p. 367 et suiv.), du thème du Totenmahl (p. 411). On peut s’étonner d’ailleurs de l’absence de photos.

On regrettera que les affranchis citoyens romains ne soient pas plus clairement associés à la culture de cette plèbe ou que le rôle du patronat soit mieux pris en compte. De même aurait-il fallu ne pas nier complètement la possible manipulation de ce groupe (juste évoquée). Ces restrictions n’enlèvent rien au plaisir que l’on prend à côtoyer et mieux connaître les « Romains ordinaires ». N’est pas ce qui fait le bon historien ?2

1 Urban graveyard effect

2 « Le bon historien ressemble à l’ogre de la légende. Là où il sent la chair humaine, il sait que là est son gibier » Marc Bloch€

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.