Comptes rendus : Registre des délibérations du corps de ville de Poitiers (éd. R. Favreau), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2015 (Boris Bove)

Poitiers, de Jean de Berry à Charles VII. Registre des délibérations du corps de ville n° 1, 2, 3 (1412-1448), Favreau R. (éd.), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2014, 462 p. ; Poitiers, de Charles VII à Louis XI. Registre des délibérations du corps de ville n° 4 et 5 (1449-1466), Favreau R. (éd.), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2014, 453 p. ; Poitiers sous le règne de Louis XI de 1466 à 1471. Registre des délibérations du corps de ville n° 5 (fin) et 6, Favreau R. (éd.), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2015, 416 p. (Boris Bove)

Les éditions de sources sont si rares en histoire urbaine, qu’il faut souligner le mérite qu’a eu Robert Favreau d’achever, plus de 30 ans après sa thèse sur La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, parue à Poitiers en 1978, l’édition des premiers registres de délibération de la ville. La commune de Poitiers date de 1199 et la ville conserve des titres anciens, mais n’a pas conservé de documents de comptes avant 1387 et de délibérations municipales avant 1412. Il demeure, en dépit de ce décalage classique entre cartulaires et documents de gestion, que les registres de délibération de Poitiers sont parmi les plus anciens des villes de l’Ouest. L’édition porte sur 7 registres, édités en 4 volumes (le dernier étant encore à paraître).

Les registres comprennent les listes des membres du corps de ville, c’est-à-dire 100 personnes désignées à vie parmi lesquelles est élu le maire. On suit de mois en mois la réunion des cent, avec le pointage des présents, des malades et des décès. On retrouve naturellement ces noms au fil des délibérations et il y a là la base d’une étude sociale des notables poitevins, amorcée par des notices biographiques à la fin de chaque volume de l’édition, qui dessinent la prosopographie de l’échevinage. On entrevoit aussi fugitivement les échelons inférieurs de la société urbaine à travers les distributions municipales de nourriture. Mais l’essentiel du volume consiste en des relevés de décisions relatives à la ville.

La série comporte des lacunes mais est relativement complète, ce qui permet de suivre la vie municipale sur un court XVe siècle, de 1412 à 1482, à un moment clé de la vie de la cité poitevine durant laquelle elle doit faire face à la guerre (fortification, ponts, guet, francs-archers), mais s’affirme en même temps comme une métropole régionale avec la fondation de l’université, puis le transfert du Parlement de Bordeaux. L’édition à la fin de chaque volume de pièces justificatives tirées des comptes ou des chartes de la ville apporte un éclairage utile aux délibérations. Mais l’index très précis montre que les registres de délibérations n’évoquent pas que les fortifications, le guet, les francs-archers, l’arsenal ou les impôts ; ils parlent aussi des rues, des paroisses, du chapitre cathédral, du Parlement, de l’horloge municipale, des petites écoles, des bouchers, des moulins, des ponts, de l’aménagement du Clain, etc. Certes ces documents ont servi à Robert Favreau pour faire sa thèse il y a presque 40 ans, mais gageons qu’il reste de la matière pour l’Histoire.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.