Compte rendu: Circulation des idées et des pratiques politiques. France et Italie (XIIIe-XVIe siècle), études réunies par Anne Lemonde et Ilaria Taddei, École française de Rome, 2013 (Laurent Baggioni)

Circulation des idées et des pratiques politiques. France et Italie (XIIIe-XVIe siècle), études réunies par Anne Lemonde et Ilaria Taddei, École française de Rome, 2013 (Laurent Baggioni)

Penser la productivité historique de schèmes et de pratiques hybrides de la politique, tel est l’objectif de cet ouvrage. Se réclamant d’« une posture résolument empirique », les directrices de ce volume ont souhaité récuser l’usage de « notions figées et prédéfinies ». L’introduction, les dix-sept articles ainsi que la conclusion de Riccardo Fubini, explorent, à partir de problématiques diverses, presque autant de facettes de la pensée et de la pratique du pouvoir médiéval et offrent ainsi un témoignage de son inépuisable richesse.

Une première partie, « penser le pouvoir : la perception d’une altérité politique », affirme à la fois la communication et la relative imperméabilité des modèles politiques français et italiens. Élisabeth Crouzet-Pavan démontre, par une confrontation de sources italiennes et françaises, et à travers une attention particulière aux hiatus et aux décalages, que contrairement à une idée tardive, la République de Venise ne nourrit pas la réflexion politique française avant le XVIe siècle ; Patrick Gilli met au jour les caractères communs et les points de divergence, en France et en Italie, des lectures d’Aristote, autour des notions de cité et de citoyens ; de son côté, Guido Castelnuovo montre que les emprunts au De dignitatibus de Bartole dans le Songe du Vergier et le Somnium viridarii d’Evrart de Trémaugon ne vont pas sans de multiples adaptations à la réalité nobiliaire française. Deux articles portent enfin sur la pénétration des idées politiques italiennes dans la France du XVIe siècle : le premier, d’Ariane Boltanski, concerne la réponse de Louis de Gonzague aux accusations de machiavélisme et la façon dont elle définit une pratique anti-machiavélienne du pouvoir ; le second, de Joseph Balsamo, analyse dans les Essais l’intérêt critique porté par Montaigne à Guichardin du point de vue de sa vision du monde et de sa pratique d’écriture.

La seconde partie, « les dynamiques de l’échange », s’intéresse aux combinatoires institutionnelles qui permettent l’imbrication ou la friction de différents modèles politiques parfois antagonistes. Trois articles illustrent le caractère puissant et novateur des expérimentations politiques angevines entre le XIIIe et le XIVe siècle. Giuliano Milani développe ainsi l’idée que les relations de Charles d’Anjou avec les Communes italiennes, guidées par le souci de drainer des ressources économiques, ont conduit à un renouvellement des élites citadines à travers un processus d’aristocratisation, matériel d’abord, puis culturel. Anne Lemonde met en lumière la pluralité des modèles utilisés dans l’élaboration du cadre institutionnel du Dauphiné entre 1226 et 1349, en étudiant notamment l’inspiration napolitaine puis française à l’œuvre dans la politique d’Humbert II. Dans sa lecture du Journal de Jean Le Fèvre, Marion Chaigne-Legouy restitue l’acuité des tensions entre différents modèles politiques dans les négociations autour de l’inféodation du royaume de Sicile à Louis d’Anjou puis de la régence de Marie de Blois. Deux articles traitent ensuite du cas milanais : Pierre Savy évalue la prégnance du modèle français à Milan aux XIVe et XVe siècles, et éclaire la tension entre l’élaboration juridique de la souveraineté milanaise et les efforts diplomatiques d’un pouvoir sans cesse confronté à la possibilité d’une inclusion dans le royaume de France ; Letizia Arcangeli analyse de son côté les enjeux liés à la création d’un sénat par Louis XII en interrogeant le fonctionnement d’une institution censée garantir la liberté de Milan sous l’égide de la monarchie. Enfin, Sylvie Deswarte-Rosa démontre que l’usage du motif iconographique de la trinité tricéphale dans une édition lyonnaise de Pétrarque témoigne de la fidélité à Savonarole des marchands lucquois et florentins installés dans la cité française.

Après une première partie consacrée à la pensée politique et une deuxième partie centrée sur les questions d’élaboration institutionnelle, la troisième, « les discours du pouvoir », s’appuie d’abord sur les formes officielles d’expression du pouvoir. Les articles renforcent l’idée selon laquelle la complexité du langage politique médiéval interdit toute lecture taxonomique des modèles. Benoît Grévin, dans une ample étude, démontre que l’abondance des transferts de motifs rhétoriques d’une chancellerie à l’autre détermine un système référentiel commun, susceptible d’infinies variations, à l’image des mythes grecs. Enrica Salvatori, dans son étude des documents publics de Marseille au XIIIe siècle, montre qu’en dépit de nombreux échanges avec les marchands et les juristes venus d’Italie, le langage des institutions marseillaises répond à une recherche d’originalité. La fonction idéologique de certaines resémantisations culturelles apparaît par ailleurs dans l’étude de Laurence Ciavaldini Rivière où la tradition napolitaine de représentation de l’Apocalypse est analysée à partir de la construction politique d’un modèle de royauté sacrée. Les trois derniers articles abordent le discours du pouvoir par des voies autres que ses formes les plus solennelles : les peintres-magistrats siennois étudiés par Rosa Maria Dessì inventent, sous le gouvernement des Douze (1355-1385), une nouvelle forme de communication visuelle, accessible au plus grand nombre, dont on trouve un écho dans les fresques de la chapelle Saint-Martial à Avignon ; le parcours de Luigi Marsili retracé par Lorenzo Tanzini donne un nouveau relief à l’engagement politique et religieux du frère augustin : son expérience des milieux parisiens en a fait l’agent d’une vision autonome de l’Église florentine sur le modèle des ambitions gallicanes. L’analyse, par Ilaria Taddei, des lettres d’instruction émanant de la chancellerie florentine entre 1380 et 1430 révèle que ces textes en langue vulgaire réinvestissent certains motifs rhétoriques humanistes pour établir les termes d’un rapport contractuel entre Florence et la France, redéfinissant ainsi l’idéologie guelfe sur laquelle s’appuie l’oligarchie.

L’ensemble de l’ouvrage, fidèle à l’objectif annoncé, dresse un tableau infiniment plus complexe que le simple constat d’une influence réciproque entre deux aires culturelles. Riccardo Fubini complète le parcours en récapitulant les catalyseurs de l’échange : chancelleries, conseils, recherche de légitimités nouvelles. La matière historique est subtile mais décisive ; elle traverse les multiples entités politiques et les cadres communs de la culture européenne ; elle agit indubitablement sur les décisions des hommes et la destinée des États. Aux confins de l’histoire politique et de l’histoire culturelle, la recherche conduite dans ce volume contribue à renouveler non seulement notre vision de l’histoire politique italienne mais également la place qui doit être accordée à la culture dans l’écriture de l’histoire.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.