Compte rendu: Patrick Boucheron, Marco Folin (a cura di), I grandi cantieri del rinnovamento urbano. Esperienze italiane ed europee a confronto (secoli xiv-xvi), Rome, École française de Rome, 2011 (Jean-Baptiste Delzant)

Patrick Boucheron, Marco Folin (a cura di), I grandi cantieri del rinnovamento urbano. Esperienze italiane ed europee a confronto (secoli xivxvi), Rome, École française de Rome, Coll. de l’École française de Rome 455, 2011, 288 p., 110 ill. (Jean-Baptiste Delzant)

Dans ce volume ambitieux et hétéroclite qu’ils dirigent, P. Boucheron et M. Folin ont rassemblé la plupart des fruits de deux rencontres qu’ils ont organisées. La première a eu lieu dans le cadre de la conférence « Urban Europe in Comparative Perspective » de l’EAUH, tenue à Stockholm en 2006, la seconde s’est tenue dans la capitale italienne en 2007, co-organisée par l’Académie polonaise des sciences à Rome, en lien avec une opération que conduisait alors l’ÉFR sur l’économie de la construction dans l’Italie moderne. Les grands chantiers de la rénovation urbaine, qui donnent son titre à l’ouvrage, sont définis de façon large comme de vastes entreprises par lesquelles est consciemment recherchée une requalification de la ville entière, « l’embellissement de la cité [étant utilisé] comme le pivot matériel et symbolique d’un programme global de régénération de l’État » (p. 1). Des travaux très localisés menés hors de l’intervention publique (la Scuola Grande di San Rocco à Venise, étudiée par G. Guidarelli) n’en voisinent pas moins avec des chantiers aussi importants que celui de l’érection des murailles espagnoles autour de Milan. Cette approche politique revendiquée, devenue classique dans l’historiographie des villes, est doublée par l’attention que porte la majorité des contributions, de façon transversale, aux conditions concrètes dans lesquelles se déroulèrent ces chantiers. Il est rappelé que de telles entreprises se déployèrent le plus souvent dans des espaces structurés de longue date par des usages et du bâti constitutifs de l’identité civique. Le chantier n’est pas la matérialisation d’un projet intellectuel, quoi qu’ait pu en dire la propagande des dirigeants et l’autopromotion des architectes du temps. Il est le produit de rapports sociaux, de confrontations et de compromis, d’interactions entre les différents acteurs, gouvernants et magistrats, concepteurs et artisans, propriétaires privés et institutions religieuses. Il voit les intérêts de chacun l’animer et le faire évoluer, le contrecarrer ou le détourner, rendant poreuse toute délimitation chronologique de chantiers longtemps continués. Sans être propres au cadre spatio-temporel retenu, inscrites au cœur d’une lignée historiographique alors bien établie – pour l’Italie particulièrement –, ces lignes de recherche permettent d’écrire autour d’un objet restreint, une histoire de la ville qui rende compte du concret de ses espaces, ses constructions, ses institutions, ses habitants et ses activités, par des angles tout à la fois politiques, sociaux, économiques et esthétiques.

Cet objectif assigné à un recueil qui en comporte plusieurs est atteint. Des résultats stimulants sont proposés dont ceux d’E. Svalduz qui, fondés sur une documentation cartographique et archivistique, peuvent être brièvement présentés. Traitant successivement de Venise, Vérone et Palmanova dans la seconde moitié du xvie siècle, l’auteur souligne que l’urbanisation planifiée de quartiers nouveaux n’offrit in fine que des lignes d’orientation à des entreprises difficilement réalisées. Dans des zones que les autorités voulurent requalifier, le « comment » de la fabrique de la ville revint aux particuliers. Les grandes parcelles programmées ne trouvèrent pas les acquéreurs aisés qu’elles devaient attirer. Divisées, elles furent achetées par des propriétaires voisins qui profitèrent de l’aubaine pour agrandir des terrains qu’ils possédaient et élaborèrent en conséquence le réseau viaire secondaire. Ce n’est que par des réajustements progressifs que la reconstruction des marges urbaines eut bien lieu.

L’ouvrage réunit douze contributions précédées d’une introduction programmatique puis redistribuées dans trois parties : la première et principale (6 textes) s’attache aux projets de rénovation urbaine, traitant principalement de stratégies globales de requalification des espaces ; la deuxième resserre la focale sur des quartiers ; la troisième s’intéresse aux pratiques et instruments de la rénovation. La langue italienne est majoritairement employée (9 articles), indice de la place laissée à l’analyse des villes de la péninsule. Plus présente au cours de la réunion de 2006, la perspective comparatiste européenne s’est estompée lors de l’attelage à la rencontre de 2007 et le titre de la publication finale ne rend que partiellement compte de cette évolution. Un recentrage net s’est effectué sur les cas italiens (les trois quarts des contributions) et sur les plus brillants d’entre eux : Rome, Venise ou Milan (M. Barbot et L. Mocarelli, la Fabrique de la cathédrale), Florence, Naples (B. De Divitiis, le largo de San Domenico Maggiore à Naples) ou Mantoue (A. Calzona, l’intervention de L. B. Alberti dans les projets de Ludovic II Gonzague). Dautres fenêtres n’en sont pas moins ouvertes par les exemples de petites villes où les conceptions humanistes de la cité idéale rencontrèrent les réalités politiques et militaires du xve siècle (M. Bevilacqua), ainsi que par ceux des minuscules centres urbains qui furent développés le long du Pô dans la seconde moitié du xvie siècle (F. Ceccarelli). Le rapprochement avec d’autres expériences est réduit, pour l’Europe, aux cas du Paris de François Ier (F. Bardati) et d’un groupe de quatre cités d’Empire où émergea un pôle spatial et social de domination sous la poussée d’une oligarchie puissante (P. Monnet), puis, hors d’Europe, à une étude comparée du Caire et d’Istanbul (J. Loiseau).

Si des références chronologiques peuvent être trouvées du xiiie au xviiie siècle, le centre de gravité du recueil est placé à la charnière du Moyen Âge et de la première modernité. L’un des liants proposés entre les éléments de l’ouvrage (p. 3-4) est en effet le réexamen de la primauté italienne tôt revendiquée, tant sur le plan de la chronologie que sur ceux de la théorie architecturale ou des capacités organisationnelles, au sein de cette séquence des Quattro et Cinquecento qui vit le paysage européen des villes modifié en profondeur. Il est dès lors regrettable que d’autres espaces fortement urbanisés (tels les Pays-Bas méridionaux ou le sud de la péninsule ibérique) n’aient pas été repris dans le volume. Les contrepoints extra-péninsulaires rappellent cependant que les structures économiques, sociales et politiques, cours ou bureaucraties, développées en Italie par des pouvoirs autocratiques parfois présentés comme des embryons de « l’État moderne » ne furent les conditions sine qua non ni de l’ampleur matérielle des rénovations ni de la tendance alors observable à l’homogénéisation socio-fonctionnelle de fractions de l’espace urbain. Le Caire et Istanbul furent transformées à grande échelle grâce au waqf, institution pluriséculaire dans les villes du monde islamique. Une seule de ces fondations pieuses qui « procéda[ie]nt à l’immobilisation légale de biens de rapport au profit d’une œuvre utile à la communauté » (p. 61) pouvait couvrir plusieurs opérations urbaines sur de longues périodes. Utilisées massivement au xve siècle, elles furent le levier légal et financier de la réurbanisation des deux capitales à vocation impériale.

La moitié des contributions emprunte la voie de la mise en regard, comparant des pratiques observables dans deux villes ou plus. Aux articles mentionnés, il faut ajouter le texte que C. Conforti dédie aux degrés d’implication du commanditaire dans les grands travaux de Rome et Florence au xvie siècle et celui que N. Soldini consacre à Milan et Naples où, à la même époque, le pouvoir vice-royal parvint à imposer une nouvelle physionomie à la ville en marginalisant ses élites locales. Tantôt juxtaposant des études de cas distants autour de questions partagées, tantôt proposant la comparaison serrée de situations voisines au sein dune même contribution, le recueil reflète les mouvements contrastés d’un paysage historiographique que travaillent le souci de la synthèse et l’attention aux objets particuliers. Il offre des matériaux utiles à la réalisation des plans que ses différents lecteurs pourront tracer.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.