Daniel Bontemps, Jacques Asklund, Marie-Anne Sarda (dir.), « Beaugency, l’évolution d’une ville du Val de Loire », Cahiers du Patrimoine, n°103, Lyon, LieuxDits éditions, 2013 (Dominique Hervier).

Daniel Bontemps, Jacques Asklund +, Marie-Anne Sarda (sous la direction de), Mariusz Hermanowicz, François Lauginie et Robert Malnoury (photographes), « Beaugency, l’évolution d’une ville du Val de Loire », Région Centre, Cahiers du Patrimoine, n°103, Lyon, LieuxDits éditions, 2013, 272 p., 304 ills, (Dominique Hervier).

Beaugency, entre Beauce et Sologne, peut s’enorgueillir d’une belle reconnaissance patrimoniale : en 2000, elle est incluse dans le périmètre ligérien inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO, en 2007, la société française d’archéologie lui consacre un dossier « Beaugency. Monuments du Moyen Âge et de la Renaissance » dans le Bulletin monumental (t.165-1, p. 3-108), enfin en 2013, le présent volume paraît dans la collection nationale des Cahiers du Patrimoine. La Région Centre qui préside depuis 2004 aux destinées de «  l’inventaire Malraux » a soutenu les engagements de la municipalité et ceux du conseil général en commanditant ce bel ouvrage.

D’emblée, l’équipe de l’inventaire du patrimoine exprime sa dette de reconnaissance pour Abel Adam, instituteur qui dépouilla au XIXe siècle les archives notariales de la ville, et pour Jacques Asklund, ancien président de la société historique et archéologique de Beaugency ; sans leurs apports érudits ce livre n’aurait pu être nourri de tant de précisions et de faits inédits. La ville est abordée en sept chapitres où l’exposé historique précède une analyse architecturale concise. Les trois quart de l’ouvrage sont consacrés à un « long Moyen Âge » (de l’époque carolingienne à la fin du XVIe siècle, en insistant comme il se doit dans cette région sur les phases de la Guerre de Cent Ans), puis aux guerres de Religion. Les auteurs réservent à juste titre la portion congrue aux XVIIe et XVIIIe siècle (p. 173-194) où il se passe peu d’évènements, mais nous regretterons cependant que la stéréotomie de la superbe voûte du grand escalier de l’ancienne abbaye Notre-Dame ne soit pas étudiée plus en détail. En revanche, les XIXe et XXe siècle font l’objet d’une étude architecturale et urbanistique novatrice et livre le rare tableau de Kupka (l’artiste est réfugié à Beaugency pendant la Seconde Guerre mondiale) qui garde le souvenir de la partie de la ville détruite par le bombardement de juin 1944. Envisager l’histoire de la ville dans ses temps forts et ses périodes de stagnation constitue la dynamique de l’ouvrage dont le sous-titre est ainsi pleinement justifié.

En préambule, les auteurs, sensibles aux données géologiques et géographiques, rassemblent ce que l’on sait du Paléolithique à la fin de l’Antiquité. La présentation dense de la ville médiévale, renvoie à bon escient aux études monographiques des spécialistes – Christian Corvisier, Eliane Vergnolle, Pierre Garrigou Grandchamp, Vincent Droguet, Daniel Bontemps également – parues dans le dossier du Bulletin monumental. Le donjon, l’église Notre-Dame, ancienne collégiale, l’église Saint-Etienne mais également l’architecture civile (Maison dite des Templiers, maison seigneuriale de la Bellonnière), les nombreuses maisons médiévales, le bâti vernaculaire sont les éléments attendus de cette ville. Daniel Bontemps livre quantité d’informations inédites sur la distribution, les caves où la mise en œuvre des matériaux, telles ces rares solives posées sur arêtes attestées dans le Dictionnaire raisonné de Viollet le Duc. L’enquête systématique de l’inventaire (conduite de 1994 à 2008 sur l’ensemble du canton), attire aussi le regard du lecteur vers les ports, les moulins, les puits publics, l’hôpital Saint-Ladre, les péripéties de l’installation des abattoirs, et situe Beaugency dans son environnement ligérien. Le chapitre consacré aux constructions du milieu du XVe siècle à 1562, offre la part belle à l’analyse architecturale, avec l’ancien hôtel Dieu et l’hôtel de ville.

Cet ouvrage offre donc une vision très complète de l’histoire de cette ville si anciennement popularisée dans le Carillon de Vendôme – Orléans, Beaugency, Notre-Dame de Cléry, Vendôme, Vendôme ! – et permet d’analyser les liens entre urbanisme et architecture, les aménagements successifs et les agrandissements bien mis en évidence par des schémas cartographiques d’une grande efficacité (Myriam Guérid). Soulignons enfin, la très grande qualité de l’illustration : la beauté des prises de vue et l’intérêt des documents et photographies d’archives sont mis en valeur par le recours à la bichromie ; à la pertinence des cadrages répond une mise en page qui suit et enrichit la lecture (Mariusz Hermanowicz, Robert Malnoury, photographes à l’inventaire, François Lauginie, photographe indépendant). La photogravure et l’impression sont d’une haute tenue. A partir de ce travail d’équipe où la démarche de terrain est en permanence soutenue par les données archivistiques, la ville de Beaugency peut désormais poursuivre et organiser son évolution en connaissance de cause et utiliser avec pertinence les nouveaux outils de gestion urbaine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Stéphane Frioux (7 septembre 2015). Daniel Bontemps, Jacques Asklund, Marie-Anne Sarda (dir.), « Beaugency, l’évolution d’une ville du Val de Loire », Cahiers du Patrimoine, n°103, Lyon, LieuxDits éditions, 2013 (Dominique Hervier). Histoire Urbaine. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4b4


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190 Président du RUCHE (2017-2019 et 2019-2021)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search