Compte rendu: Anne-Marie Châtelet, Le souffle du plein air, Histoire d’un projet pédagogique et architectural novateur (1904-1952), Genève, MétisPresse, 2011. (Sylvain Pattieu)

Anne-Marie Châtelet, Le souffle du plein air, Histoire d’un projet pédagogique et architectural novateur (1904-1952), Genève, MétisPresse, 2011, 397 p. (Sylvain Pattieu)

Quand elle évoque le cinquième et dernier congrès international des partisans des écoles de plein air, en 1953, Anne-Marie Châtelet, historienne et architecte, le caractérise comme un « échec fécond ». Ce n’est pas le seul paradoxe mis en évidence par son ouvrage : en effet, le mouvement dont elle retrace l’existence est resté très minoritaire, a débouché sur relativement peu de réalisations concrètes, et pourtant les conceptions qu’il défendait sont devenues dominantes dans la construction d’écoles au moment même où il disparaissait. Né au début du XXe siècle, le mouvement des écoles de plein air est porteur de nouveautés médicales, pédagogiques et architecturales. Son évolution repose dès lors sur les efforts pas toujours concomitants de représentants de ces trois corps de métiers. Pour faire cette histoire, l’auteure s’appuie sur les travaux des cinq congrès internationaux du mouvement. Mais elle s’intéresse aussi aux expériences menées et aux écoles construites dans de nombreux pays, n’hésitant pas à consulter les archives municipales et celles des cabinets d’architectes. Il en résulte un travail impressionnant mené dans des archives allemandes, françaises, italiennes, néerlandaises et suisses. L’ouvrage est illustré par de nombreuses photographies et des plans d’un grand intérêt, car ils participent à rendre concrets la compréhension du phénomène et les objectifs de ceux qui le portaient.

Anne-Marie Châtelet distingue les différentes périodes du mouvement et construit sur cette chronologie le plan de son livre. A la fin du XIXe siècle, les écoles de plein air sont tout d’abord portées par des médecins intéressés par l’hygiène scolaire, principalement préoccupés par l’essor de la tuberculose et des autres maladies respiratoires. Ils rencontrent les préoccupations de pédagogues désireux de tenter des méthodes d’éducation nouvelle. Le caractère périphérique des écoles ainsi mises en place leur permet des expérimentations audacieuses. Les uns et les autres sont largement inspirés par l’hygiénisme qui préconise la circulation de l’air et de la lumière pour lutter contre les maladies des villes. C’est d’abord en Allemagne que se développe la première Waldschule, destinée aux enfants pré-tuberculeux. Ces écoles sont situées en périphérie des villes, à la lisière des forêts, avec des baraquements souvent provisoires, car l’important est d’offrir un environnement sain aux enfants et de faire cours en plein air. C’est alors le règne de la baraque Doecker, prévue à l’origine pour les hôpitaux de campagne. Après la Première Guerre mondiale, le mouvement se consolide et les constructions se pérennisent : l’appellation d’école forestière est détrônée, notamment en France, par la notion de plein air, la baraque devient pavillon, les préoccupations de nature et d’hygiène restent très présentes. La présence de douches ou de bains est notamment préconisée, même si elle n’est pas toujours réalisable. Les architectes restent encore très minoritaires dans le mouvement. Dans les années 1930, des écoles de plein air sont créées en-dehors du mouvement, privilégiant dès lors la novation architecturale sur les idéaux pédagogiques. Enfin, dans les années 1950, le traitement de la tuberculose par les antibiotiques met à mal l’idée de la cure d’air sur laquelle reposait le mouvement. Pourtant la conception architecturale et pédagogique d’écoles ouvertes à la lumière et à l’air s’impose largement parmi les normes de la construction (et de la reconstruction dans le contexte d’après-guerre) des établissements scolaires. L’ouvrage de référence sur l’architecture scolaire est dans les années 1950 celui d’Alfred Roth, La Nouvelle école, qui préconise des classes au rez-de-chaussée, ouvertes de plain-pied sur l’extérieur. D’où le paradoxe d’un « échec fécond » cité au début de cette recension. A ce moment, les architectes prennent le pas sur les médecins et les pédagogues pour définir les normes d’une école moderne.

Cette organisation chronologique de l’ouvrage rend très claire les évolutions du mouvement. Elle pèche parfois quand se succèdent de manière répétitive plus que synthétique, dans un même chapitre, des points détaillés sur chaque expérience nationale. On regrette également que les participants aux congrès, les défenseurs du mouvement, n’aient pas été étudiés de façon plus sociographique. On doit se contenter de quelques biographies choisies, certes instructives. Malgré ces quelques réserves, l’auteure fait ressortir plusieurs tendances intéressantes. Tout d’abord, l’évolution de la baraque vers le pavillon témoigne d’une conception initiale dans laquelle l’enseignement doit se dérouler entièrement à l’extérieur, l’intérieur n’étant qu’un refuge. Mais un tel enseignement est difficilement pérenne à toutes les périodes de l’année. Dès lors, le passage à des bâtiments en dur se traduit par de nouvelles conceptions architecturales, dans lesquelles il reste essentiel de laisser entrer dans la classe un maximum d’air et de lumière, mais sans faire de l’enseignement à l’extérieur une nécessité impérieuse. La construction de telles écoles au cœur des villes entraîne l’adaptation du projet de la forêt vers le parc, dans une nature de plus en plus aménagée. Les passages concernant la manière dont les pouvoirs municipaux encouragent ou freinent les expériences sont passionnants et on regrette presque qu’un chapitre entier ne soit pas consacré à cette question.

Autre aspect très intéressant du livre, la manière dont l’idée d’une école de plein air a pu être appropriée à la fois par des courants politiques progressistes et conservateurs. Ainsi l’exemple de la municipalité socialiste de Suresnes, dirigée par Henri Sellier, est richement détaillé. Mais les régimes nazis et fascistes se sont aussi emparés de l’éducation en plein air, propre à forger un homme nouveau au corps sain. De même, si des partisans de l’école en plein air ont voulu accompagner la construction de nouveaux établissements d’une réflexion sur la nécessité de rompre avec la pédagogie traditionnelle, de nombreux cas préservent la place très autoritaire du maître ou une stricte séparation entre les sexes. Dans la commune communiste de Villejuif, on visse même la chaise et le bureau du maître sur le sol pour s’assurer qu’il respecte les prescriptions architecturales et scolaires imaginées.

Dès lors, plutôt que d’influence, Anne-Marie Châtelet préfère parler de « convergences ». Le terme paraît juste pour évoquer les préoccupations hygiénistes communes des différents régimes et des différentes professions engagés dans le développement des écoles de plein air. L’architecture scolaire en a été durablement modifiée. Restent enfin également, quand on ferme le livre, les images des très belles expériences architecturales de ces écoles de plein air.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.