Compte rendu: Leona Rittner, W. Scott Haine et Jeffrey H. Jackson , The Thinking Space : The Café as a Cultural institution in Paris, Italy and Vienna, Ashgate, 2013 (Peter Clark)

Leona Rittner, W. Scott Haine et Jeffrey H. Jackson , The Thinking Space : The Café as a Cultural institution in Paris, Italy and Vienna, Ashgate, 2013 (Peter Clark)

Les historiens de l’urbain qui connaissent le livre de W. Scott Haine The World of the Paris Café: Sociability among the French Working Class 1789-1914 (1996), un travail très important et intéressant, vont être déçus par la nouvelle étude qu’il a dirigée. Bien sûr une étude des cafés et coffee-houses à Paris, Vienne et en Italie à l’époque moderne et contemporaine est un sujet pertinent. Malgré quelques études spécialisées sur les cafés et coffee-houses d’Angleterre, de France et d’ailleurs aux périodes susdites, nous manquons d’une vision comparative et européenne. Une telle étude pourrait discuter l’architecture, la géographie, la typologie et la hiérarchie urbaine, en plus de l’origine des propriétaires, de la variété des clients et de la multiplicité des fonctions – le loisir, la sociabilité, la consommation, la vie intellectuelle et littéraire. Mais seul le dernier thème, la vie des écrivains et des artistes, est discutée par ce livre. Aucune explication non plus sur le choix des villes retenues.

L’introduction générale de Scott Haine insiste sur la créativité culturelle et intellectuelle du café européen qui découle du brassage social, mais aussi de l’espace pour l’introspection solitaire. Bien que les cafés aient commencé au XVIIe siècle, ils eurent leur âge d’or dans la deuxième moitié du XIXe siècle, quand ils sont devenus le centre de la vie des grands boulevards de Paris, Vienne, Berlin et Saint-Pétersbourg (aucune discussion sur l’absence des cafés importants à Londres).

Trois chapitres sont consacrés au café à Vienne. Herbert Lederer décrit l’arrivée de l’institution dans la ville. En 1839, il y en avait plus de 80 au centre, et 50 en banlieue. Il discute aussi (mais sans explication) du rôle du café pour les réunions littéraires. Egon Schwarz se concentre sur les réseaux culturels à Vienne vers 1900, mais il oublie rapidement la problématique du café pour l’histoire bien connue des écrivains juifs. Shachar Pinsker maintient que pendant la période 1900-1930, les juifs, souvent exclus des tavernes et des clubs, regardaient le café urbain comme un espace accueillant et attirant, si bien que le modèle européen a été exporté dans les quartiers juifs aux Etats-Unis. Pour Pinsker, le café est un troisième espace entre l’espace public et privé, entre l’immigrant et le natif, l’élite et le populaire.

Tabitha Ewing évoque l’importance du café parisien au XVIIIe siècle comme espace de représentation, et ses liens avec le théâtre et la politique. Ce pouvait être un espace de loisir innocent, un espace de débat des idées des Lumières, de bavardage politique, mais c’était aussi un espace dangereux où l’on pouvait se faire piéger, car il était soumis à la surveillance de la police. Pour la même période Franco Fido, l’un des rares contributeurs du livre qui souligne la grande variété des cafés à Paris, suggère une importance un peu exagérée du café dans la littérature. « Les yeux des pauvres » de Baudelaire, qui est situé dans un café parisien du temps de Haussmann, est discuté par Edward Ahearn, mais cet article n’apporte rien d’important concernant le monde du café. Gérard-Georges Lemaire examine le Café Certa près de l’Opéra, un centre dadaïste après la Grande Guerre, quand Paris reprend de l’importance comme capitale culturelle. Léona Rittner poursuit l’histoire du cabaret parisien, Le Boeuf sur le Toit (1922-1927) et son réseau de musiciens, d’artistes et de clients riches ou bien connus. Jeffrey Jackson rapporte comment le jazz américain, populaire dans les cafés entre les deux guerres mondiales, a divisé les clients, car il était aimé par les noirs et les Français, critiqué par les blancs américains. Enfin, Scott Haine considère la vie de Jean-Paul Sartre et ses liens avec les cafés pendant et après la deuxième guerre mondiale, avec quelques mots sur le déclin du café après les années soixante.

La dernière partie du livre porte sur les cafés italiens. Á Venise ou il y avait 200 cafés pendant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, Florin Berindeanu se concentre sur Il Caffe Florian, établi en 1720, et montre comment la sociabilité y était mêlée aux ragots, jeux d’argent et divertissements. Casanova dans l’Histoire de ma vie condamne le monde du café comme une dystopie de l’immoralité et de l’anti-sociabilité, mais Ted Emery explique que ce dénigrement sert, par contraste, à valoriser les réunions de l’élite à la mode, prisée par celui-ci. Pour l’époque contemporaine Ernesto Livorni décrit le Giubbe Rosse Café à Florence qui est devenu le siège des écrivains et des artistes futuristes dans les années 1913-1915 et un bastion de la résistance contre Mussolini avant la deuxième guerre mondiale. Une autre contribution par Stefano Giannini considère l’image du café provincial dans les travaux de Piero Chiaro, dont les clients sont flâneurs et paresseux (il n’explique pas cependant le rôle du flâneur dans une petite ville).

A mon avis le livre présenté ici n’est pas un travail très intéressant pour un historien de l’urbain. Trop de sujets essentiels pour comprendre l’institution sont ignorés. Peu de nouvelles idées ou de nouvelles informations sont présentées. Nous attendons encore une bonne étude comparative sur les cafés européens.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.