Lionel Rougé, Christophe Gay, Sylvie Landriève, Anaïs Lefranc-Morin, Claire Nicolas (sous la direction de) Réhabiliter le périurbain. Comment vivre et bouger durablement dans ces territoires ? Editions Loco/Forum « Vies Mobiles », 2013, Viadana (Italie) (Perrine Michon)

Lionel Rougé, Christophe Gay, Sylvie Landriève, Anaïs Lefranc-Morin, Claire Nicolas (sous la direction de) Réhabiliter le périurbain. Comment vivre et bouger durablement dans ces territoires ? Editions Loco/Forum « Vies Mobiles », 2013, Viadana (Italie) (Perrine Michon)

Cet ouvrage est une synthèse, sous forme de courts articles et de photographies d’artistes, des deuxièmes Rencontres Internationales, organisées par le Forum « Vies mobiles » les 24 et 25 janvier 2013, autour de la question suivante : « Des mobilités durables dans le périurbain, est-ce possible ? Quels modes de vie dans l’alter-urbain/suburban rural/citta diffusa/Zwischenstadt ? ».

Le Forum « Vies mobiles » est l’Institut de recherche et d’échanges créé par la SNCF en 2011 pour explorer les mobilités de l’avenir. Ce Forum, placé sous la direction scientifique de Vincent Kaufmann (LaSUR – Ecole Polythecnique fédérale de Lausanne), rassemble dans une optique transdisciplinaire, des chercheurs, des acteurs opérationnels du transport et des artistes pour comprendre comment évoluent nos modes de vie, largement fondés sur les déplacements et les communications, et préconiser des actions susceptibles de préparer la transition mobilitaire.

La question qui a rassemblé 300 chercheurs, artistes et professionnels des transports consistait à s’interroger sur l’existence et les modalités de développement de mobilités durables dans les espaces périurbains. Le parti pris de ces rencontres, affirmé dès l’introduction par le Président du Forum « Vies Mobiles », Bernard Emsellem, était de « réhabiliter le périurbain » : ces rencontres ont en effet cherché à interroger et critiquer l’idée et l’image d’un périurbain « pollueur », écologiquement non soutenable, sans qualité, marqué par le gaspillage d’énergie, d’espace, la dépendance automobile, l’uniformité paysagère et l’entre-soi, pour s’interroger sur les potentiels en termes de développement durable de ces espaces aux multiples visages qu’il apparait nécessaire de considérer sous une forme plurielle. Paradoxalement, c’est peut-être dans ces espaces périurbains, qui se sont initialement développés grâce à la généralisation de la mobilité automobile, que les « bonnes vies mobiles de demain » peuvent être inventées, faisant potentiellement de ces espaces « des territoires d’avenir » (L. Rougé).

Pour ce faire, ce livre propose une synthèse des interventions et des échanges qui ont eu lieu au cours de ce Forum, accompagné d’une collection de photographies d’artistes donnant à voir les visages et les transformations à l’œuvre dans ces espaces périurbains.

L’ouvrage s’articule en trois chapitres, illustrés par des portfolios d’artistes différents. Le premier chapitre insiste sur la gageure que représente la tentative de définition de ces espaces hybrides qui ne sont ni vraiment urbains, ni plus vraiment ruraux et encore plus sur la difficulté à élaborer une définition commune à l’échelle européenne – chaque pays ayant son appréhension propre pour distinguer ce qui relève de la ville et de la campagne et des normes statistiques qui en découlent différentes. Les contributions de ce premier chapitre insistent également sur la diversité des modes de vie et des paysages de ces espaces périurbains, qui se sont complexifiés au cours du temps et qui entrent pour certains dans une phase de « maturité », caractérisée par une forme d’autonomie croissante et un ancrage local plus fort des résidents, évolutions qui invitent à revisiter le modèle de dépendance initiale centre-périphérie qui a structuré l’essor de ces territoires. L’ouvrage s’attache ensuite à remettre en question l’image – essentiellement médiatique et politique – qui tend à faire des rurbains « d’affreux pollueurs », en montrant que la capacité d’adaptation face aux crises et la « résilience » de ces territoires leur confèrent certaines qualités, qui obligent à dépasser l’opposition urbain-rurbain. Dans un troisième temps, cet ouvrage s’attache à voir, dans quelle mesure, ces territoires peuvent être appréhendés comme le laboratoire de modes de déplacements plus durables, en montrant que certaines solutions de mobilités alternatives, initiées localement, peuvent être réappropriés et adaptés en fonction des contextes.

Chaque chapitre est illustré par des portfolios qui présentent des visages variés des espaces périurbains européens, avec un regard qui se veut souvent neutre et peu analytique. Ces portfolios montrent des personnes dans leur vie quotidienne, des intérieurs vides de présence humaine, ou des environnements qui semblent ne relever ni du rural ni de l’urbain mais qui cherchent peut-être avant tout à s’affirmer comme des espaces à part entière, qui ne se définiraient pas de manière antithétique ou dichotomique, mais se donneraient à voir comme un référent en tant que tel.

Enfin, chaque chapitre est ponctué d’une ou plusieurs interviews d’acteurs du monde de l’urbanisme et de l’aménagement qui donnent leur point de vue sur le périurbain et les modalités d’action à engager pour changer les modes de vie et les mobilités dans ces espaces périurbains.

L’angle de vue choisi par ce Forum, restitué synthétiquement dans cet ouvrage et l’approche croisée des regards scientifiques et artistiques, permet une lecture qui dépasse l’approche parfois stigmatisante et prisonnière de la grille de lecture radio-concentrique, du périurbain. L’évolution de ces territoires dont l’organisation se complexifie et se diversifie avec l’émergence de polarités secondaires et surtout l’existence d’une diversité de modes de vie et de paysages justifie cette approche plurielle.

On peut toutefois s’interroger sur le titre de l’ouvrage et l’entreprise sous-jacente de ce forum : on peut in fine se demander aux yeux de qui la « réhabilitation » du périurbain est à entreprendre ? Est-ce aux yeux des périurbains qui, de manière plus ou moins choisie, ont opté pour ce mode résidentiel paré de certaines vertus, dont la véracité se trouve plus ou moins confirmée dans la réalité des pratiques et des modes de vie (rêve de la maison individuelle, retour à la « nature », mode de vie plus proche d’un environnement « sain ») ou est-ce aux yeux des chercheurs et des acteurs qui portent un regard et une action sur ces territoires, qui se sont développés dans un premier temps de manière largement spontanée et non planifiée, par une conjonction de facteurs socioculturels, sociotechniques et socioéconomiques ? La réhabilitation à l’œuvre est peut-être celle du regard de ces catégories d’acteurs qui ne vivent pas forcément dans ces territoires mais qui en font un objet de recherche, d’études et d’action. A moins que ce terme de réhabilitation ne soit à prendre au sens propre, dans son acception urbanistique première : quelles réhabilitations et mutations sont possibles, sur le plan architectural, urbanistique comme paysager, dans ces territoires encore relativement jeunes ?

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.