Compte rendu: Jean-Louis Robert, Plaisance près Montparnasse. Quartier parisien 1840-1985, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012. (Loïc Vadelorge)

Jean-Louis Robert, Plaisance près Montparnasse. Quartier parisien 1840-1985, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, 626p. (Loïc Vadelorge)

Une trentaine d’années après la publication de la thèse de Gérard Jacquemet sur Belleville, le Plaisance de Jean-Louis Robert réactive de belle manière la monographie de quartier, témoignant, après l’étude plus récente de Charlotte Vorms sur la Prosperidad de Madrid de la fécondité heuristique du genre. Faubourg aux limites incertaines, situé sur les communes de Vaugirard, Montrouge et Vanves, Plaisance est défini administrativement comme le 56e quartier de Paris après l’annexion de 1860 et rattaché, en partie, au 14e arrondissement. Le titre de l’ouvrage « Plaisance près Montparnasse » synthétise sa problématique. Si le quartier de Plaisance partage un certain nombre de caractéristiques avec celui voisin de Montparnasse (quartier longtemps populaire, immigration bretonne, forte présence d’artistes, impact de la rénovation urbaine dans le dernier tiers du XXe siècle) il n’en demeure pas moins dans l’ombre de celui-ci. À la différence d’autres quartiers populaires de Paris (Montmartre, Belleville), Plaisance a longtemps formé un angle mort de l’historiographie de la capitale pour deux raisons essentielles. Sa position périphérique le destine longtemps à demeurer un quartier de services (zone des fortifications, cimetière, hôpital Broussais, usines) à l’identité d’autant plus incertaine que l’organisation de la voierie puis des ilots d’habitation est confuse. En dépit du rêve des promoteurs qui sous la Monarchie de Juillet lui donne son nom champêtre, Plaisance, qui apparaît sur les cartes en 1847, devient dès le Second Empire un quartier populaire, fiché et stigmatisé par la Préfecture de la Seine aussi bien en raison de son insalubrité qu’en raison de sa criminalité. Jean-Louis Robert s’attache donc à lui restituer une histoire en suivant les fils de la construction du stigmate et de la légende qui se nouent et se dénouent sur la longue durée.

Dans la continuité de ses travaux antérieurs, Jean-Louis Robert s’appuie sur les méthodes de l’histoire sociale pour proposer une histoire totale de Plaisance en six séquences chronologiques : les débuts du lotissement du quartier sous la Monarchie de Juillet, son essor relatif sous l’Empire (20 000 habitants en 1860, 30 000 en 1870), son industrialisation et sa prolétarisation aux débuts de la Troisième république (80 000 habitants en 1900), la formation de son encadrement religieux et politique à la Belle Époque, le temps de l’équilibre social, économique et culturel qui fixe l’identité populaire et artistique du faubourg malgré les deux guerres et la crise entre 1914 et 1958, le temps de « l’assassinat » par la rénovation urbaine pompidolienne (60 000 habitants en 1982) que l’auteur met à plat plus qu’il ne le met à distance.

La puissance de l’érudition frappe le lecteur de cette somme de 600 pages, qui est sans nul doute appelée à demeurer le livre de référence sur l’histoire de Plaisance. Jean-Louis Robert a dépouillé toute la presse du 14e arrondissement (politique comme associative), repéré toutes les œuvres littéraires mentionnant Plaisance (de Verlaine à la Brigade mondaine), décortiqué toutes les séries des Archives de Paris relatives au quartier (permis de construire, voierie, assistance, commissions d’hygiène,…), lu les mains courantes et les collections d’affiches électorales des archives de la Préfecture de police, exploité les archives de la Société historique et archéologique du 14e arrondissement, faisant du passé de Plaisance table pleine. Si le fil conducteur propre à chaque chapitre (la construction du quartier, la lutte entre Boulangistes (puis gaullistes) et socialistes pour son contrôle, la brutalité de sa rénovation dans les années 1960-1970) conduit à positionner le corpus de manière différente d’un chapitre à l’autre, l’auteur n’en passe pas moins par les mêmes séquences classiques de l’enquête historique. L’histoire sociale du quartier est ce qui l’intéresse au premier chef : caractériser la population et la population active (via la liste électorale de 1867 ou l’enquête au 1/10e du recensement de 1936), décrire les activités et la manière souvent ambivalente dont elles sont perçues (commerces, usines Bréguet, ateliers de la Belle Jardinière, Société des bitumes), décrire les formes de la misère et ses représentations (misères du logement, bandes, jeunes, prostituées, zonards, squatters). Vient ensuite l’histoire politique d’un quartier fortement engagé dans la Commune et que se disputent ensuite l’abbé Soulange-Bodin, fondateur de l’église Notre-Dame du Travail, le boulangiste Georges Girou, les radicaux puis les socialistes à partir de 1912 avant que Plaisance ne devienne une forteresse communiste dans l’Entre-deux-Guerres. Le retour de la droite derrière Christian de la Malène, redoutable député du 14e arrondissement de 1958 à 1978, rapporteur général du budget de Paris de 1965 à 1977, lie le destin de Plaisance à celui de la capitale et de la rénovation de la rive gauche (projet Maine-Montparnasse). L’histoire culturelle est également mobilisée en permanence, moins pour rappeler que de grandes figures artistiques ont séjourné/travaillé à Plaisance (le douanier Rousseau, Gauguin, Verlaine, Arthur Miller, Jacques Villeglé, Ernest Pignon-Ernest, Jean-François Bizot) que pour souligner la contribution des artistes à l’image ambivalente du quartier, tant sa phase d’expansion (essuyer les plâtres) que dans sa phase de rénovation (squats d’artistes, street art, politisation de l’espace urbain). C’est au prisme de la ville comme cadre d’histoire sociale, économique, politique et culturelle que Jean-Louis Robert traite du quartier comme objet, ce qui différencie, au final, ce travail des propositions sur la « fabrique ordinaire de la ville ». La quête de l’identité du quartier qui sous-tend toute l’analyse de Jean-Louis Robert passe davantage par les structures de sa population que par l’évolution de la forme urbaine. En témoigne les deux chapitres centraux de l’ouvrage qui couvrent sur 260 pages la période 1900-1960, période que l’auteur présente comme celle du quartier à son point d’équilibre. L’analyse au 1/10e du recensement de 1936 permet de décrire un quartier mixte où les 74% de salariés se répartissent entre ouvriers (principalement métallos) et employés du public et du privé. Cette configuration socio-professionnelle qui reste stable jusqu’aux années 1970 n’en interdit pas moins des représentations contradictoires de Plaisance, tantôt nostalgiques (village), tantôt avant-gardiste (phalanstère surréaliste).

L’histoire urbaine reprend ses droits dans le dernier chapitre qui forme une contribution importante – mais sans doute pas définitive – à l’histoire de la rénovation urbaine du 14e arrondissement. L’évocation du rôle ambivalent de la SEMIREP et des pouvoirs publics qui font venir Bofill (actuelle place de Catalogne) pour donner au quartier une nouvelle monumentalité et plus encore la chronique des luttes urbaines contre la radiale Vercingétorix, abandonnée à la fin des années 1970, témoignent de la possibilité d’une histoire sociale des résistances à la rénovation, sujet aujourd’hui central pour l’histoire contemporaine de l’urbain.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.