Compte rendu : Daniel Courant (sous la direction de), Histoire de Niort, 2 vol., La Crèche, Geste éditions, 2014, 336 et 568 p. (Yves-Jean Riou)

Daniel Courant (sous la direction de), Histoire de Niort, 2 vol., La Crèche, Geste éditions, 2014, 336 et 568 p., 234 ill. (Yves-Jean Riou)

Cet ouvrage est une reprise partielle, mais considérablement augmentée de l’Histoire de Niort des origines à nos jours publiée en 1987 sous la direction de Jean Combes par Projets éditions. Les pages qui concernaient la préhistoire en ont été supprimées, le texte de Christian Gendron sur le Niort gallo-romain et mérovingien a été modestement complété par Claudine Allag, Céline Trézéguet, Michel Ré et Éric Surget, et Robert Favreau n’a guère modifié le sien. Mais le reste de l’ouvrage est profondément remanié et, si l’on retrouve parmi ses auteurs André Benoist, Pierre Arches et Michel Chaumet, d’importants chapitres ont cette fois été confiés à la plume de Jean-Pierre Andrault, Eric Surget et Daniel Courant.

On sait peu de choses des origines de la ville. « Un premier habitat gaulois idéalement placé sur un petit fleuve côtier, à mi-chemin entre les grandes cités du midi et les confins septentrionaux de l’Empire, à peu de distance aussi de la capitale Limonum, a pu apparaître comme un lieu propice au développement local de la pax romana », suggère É. Surget. Ce qui est certain, c’est que depuis les années 1880, on a découvert dans la partie est d’une boucle que dessine la Sèvre niortaise, au nord de l’actuelle agglomération, d’importants édifices (temple du Pain-Perdu, sanctuaire de Saint-Florent) et un intéressant mobilier attestant la brève existence d’une cité gallo-romaine aux ieriie siècles de notre ère (p. 15-23).

Le site n’a pas été totalement abandonné par la suite, comme le prouve la présence des 215 tombes mises au jour dans la nécropole mérovingienne du prieuré Saint-Martin. Mais, selon R. Favreau, il faut attendre le xe siècle pour y voir apparaître un castrum, permettant au comte de Poitou de surveiller le rivage atlantique et ses salines, et une vaste enceinte, contenant à la fin du xiie siècle deux paroisses, Notre-Dame et Saint-André. L’autorisation donnée le 31 août 1199 par Jean sans Terre aux bourgeois niortais de s’organiser en commune, marque la naissance d’une ville commerciale fort active, disposant d’un port pour le transport des marchandises (produits agricoles, vin dit « de Poitou », poissons, métaux, peaux) vers les pays du Nord via Marans et dont les foires étaient réputées – sa halle est dite en 1354 « la plus grande et la plus belle du royaume ». Guerre de Cent Ans, peste noire, mauvais entretien du port mettent à mal ce rôle commercial de la ville, tandis que se développent ses fonctions administratives : à la fin du Moyen Âge, Niort est devenue la deuxième ville du Poitou (p. 27-103), une ville dont D. Courant nous décrit l’imposante enceinte, le célèbre donjon, les édifices civils et religieux (p. 104-126).

Dans un ordre qui aurait peut-être gagné à être inversé, A. Benoist et J.-P. Andrault dessinent à tour de rôle l’évolution de la ville du xvie au xviiie siècle. Le premier s’intéresse à la population, qui oscille alors entre 12 et 15 000 habitants, sa répartition entre catholiques et protestants, entre classes aisées et petits métiers, et il propose la « radioscopie d’une famille bourgeoise » représentative, celle des Chabot, avant d’évoquer la croissance urbaine (naissance de ce qui deviendra la place de la Brèche), la vie du port, où transite désormais le blé plutôt que le vin, les foires, dont le rôle décline au xviiie siècle, l’importance de la draperie et celle, croissante, de la chamoiserie (p. 129-207). L’approche du second, plus institutionnelle, concerne le gouvernement de la cité, l’impact sur celui-ci des guerres de Religion, l’attitude des échevins vis-à-vis de l’État et du bien public (p. 208-284). É. Surget (p. 285-309) et D. Courant (p. 310-333) concluent ce premier volume en évoquant la vie intellectuelle et artistique durant ces trois siècles.

À un bref chapitre dans lequel J.-P. Andrault résume la vie niortaise sous la Révolution et l’Empire (p. 9-50), succèdent, dans le second volume, trois contributions d’É. Surget. Y sont successivement évoqués imprimerie et édition, instruction et éducation artistique, sociabilité, loges maçonniques et sociétés savantes, bibliothèques et cercles littéraires, théâtre, danse, musique et littérature dans le Niort des xviiexixe siècles (p. 51-260).

P. Arches décrit ensuite l’évolution de la cité depuis la Restauration jusqu’à la guerre de 1914 dont il analyse la vie économique, la croissance de la population, l’expansion urbaine, la transformation des structures sociales (p. 263-354), des transformations qui se traduisent entre autres par l’ouverture de nombreux chantiers conduits par de féconds architectes dont D. Courant nous retrace le parcours (p. 355-377).

À M. Chaumet revient le soin d’expliquer la mutation au xxe siècle de la ville radicale en ville socialiste, le développement notable de son tissu industriel et l’implantation de nombreuses caisses d’assurances, qui vont faire de Niort la capitale des mutuelles (p. 381-427). É. Surget reprend alors sa chronique des arts et des lettres de 1870 à nos jours, évoquant longuement les nombreux érudits, écrivains et artistes de tous genres qui ont illustré la vie culturelle niortaise et ont, pour certains, donné de vivants portraits de leur cité (p. 428-517). D. Courant conclut enfin l’ouvrage par un panorama de la création architecturale et picturale de 1900 à nos jours (p. 518-531).

Une importante bibliographie (p. 533-561) complète cette belle réalisation, à l’agréable typographie et à l’abondante illustration : plus de 200 photographies réparties en quatre cahiers de 16 pages (la numérotation du second est cependant bien confuse). On regrettera toutefois l’absence totale de cartographie. À tout le moins, un bon plan de la ville aurait facilité la compréhension de certains chapitres. Malgré tout, ce survol de plus de 2 000 ans d’histoire de la préfecture deux-sévrienne est une indéniable réussite dont on doit féliciter les auteurs et au premier chef, leur coordonnateur.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *