Compte rendu : Marc Saboya, avant-propos de Bernard Lachaise, Chaban le bâtisseur 50 ans d’architecture et d’urbanisme à Bordeaux, La Mémoire de Bordeaux Métropole, Le Festin, 2015. (Sylvain Schoonbaert)

Marc Saboya, avant-propos de Bernard Lachaise, Chaban le bâtisseur 50 ans d’architecture et d’urbanisme à Bordeaux, La Mémoire de Bordeaux Métropole, Le Festin, 2015, 160 p., ill. (Sylvain Schoonbaert)

S’il manquait un ouvrage consacré à l’œuvre édilitaire de Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux pendant près d’un demi-siècle : la lacune est comblée. À l’occasion du centenaire de la naissance de l’homme illustre (1915-2000), Marc Saboya nous offre aux éditions Le Festin et grâce aux riches fonds d’archives de la Mémoire de Bordeaux un opus qui replace justement les chantiers majeurs (certains bien mineurs cependant), qui ont profondément bouleversé le visage de l’agglomération bordelaise dans la seconde moitié du XXe siècle.

Le livre introduit par l’historien Bernard Lachaise revient sur la carrière de l’homme politique et son passé de résistant : « Être élevé à la dignité de ‘’Compagnon de la Libération’’ par de Gaulle est sûrement le titre dont Chaban a été le plus fier : c’est le seul figurant sur sa tombe à Ascain. »

L’homme de tous les records, député pendant près d’un demi-siècle, président de l’Assemblée nationale pendant près de 16 années discontinues, a surtout exercé de 1947 à 1995 la fonction de maire de Bordeaux et de président de la Communauté urbaine qu’il a créée de toutes pièces, de 1968 à 1977 puis de 1983 à 1995, et c’est à ce titre que l’ouvrage retrace sa carrière de « bâtisseur ». On se souviendra ici de l’assertion célèbre de Maurice Halbwachs1 en s’appliquant à discerner ce qui ressort précisément de la carrière édilitaire du « duc d’Aquitaine » de ce qui n’est peut-être que du ressort de la société tout entière et du destin de la ville en particulier.

L’introduction de Marc Saboya campe le décor de ces mutations urbaines avec le retour au monument des Girondins, des chevaux de bronze, aux Quinconces en 1983. Un acte d’une importance symbolique évidente, surtout pour un résistant républicain, mais immédiatement suivi du rappel de la « véritable » politique d’aménagement urbain du maire, elle-même bien plus violente symboliquement : construire vite, beaucoup et à des prix raisonnables. Ainsi ressortent les zones à urbaniser (sic : p. 15) en priorité mais aussi tous les quartiers profondément aménagés selon des principes aussi variés que ceux de la cité jardin à la charte d’Athènes et ses avatars, le Grand Parc, la Benauge, Mériadeck, les Hauts de Garonne, le Lac, le campus universitaire ainsi que les principaux ouvrages d’infrastructure qui marquent durablement l’ère Chaban, la rocade, les ponts Saint-Jean et d’Aquitaine. On regrette que ne soient pas plus explicitement mentionnés les travaux titanesques d’adduction d’eau et d’égout, les digues contre les inondations, l’amélioration considérable des réseaux et de la fourniture énergétique. Ces derniers, en lien avec le projet de métro VAL qui est le grand échec de la politique d’aménagement territorial de Chaban, comptent en effet parmi les améliorations et les compétences techniques majeures mises en place grâce à la création de la Communauté urbaine en 1968.

Il se dessine un « retour à la ville centre » lorsque durant les années 1980 le vieux Bordeaux revient à l’attention des historiens et des savants : création d’un secteur sauvegardé en 1967 (il est approuvé en 1988, p. 101), rachat par la mairie de l’entrepôt Lainé (CAPC, p. 115), un acte fort qui consacre à la fois l’architecture, industrielle qui plus est, du XIXe siècle, et les arts plastiques. Il faut ici souligner l’importance de Micheline Chaban-Delmas qui œuvre à la défense des arts contemporains et du patrimoine. En somme on se souviendra qu’être moderne dans la seconde moitié du XXe siècle, c’est pour ce couple d’une énergie incroyable, accepter la table rase d’un côté, la ville du tout automobile et de l’autre, la sacralisation d’un patrimoine (bien avant une quelconque reconnaissance par l’Unesco), la restauration du Grand-Théâtre (p. 140), du théâtre du Port de la Lune (p. 131), qui n’entend pas cependant céder aux propositions pastiches d’un Ricardo Bofill pour l’aménagement de la rive droite (p. 147).

L’ouvrage proprement dit est organisé en fiches classées chronologiquement. Il s’ouvre en 1948 avec la cité de la Benauge (p. 20) et se clôt en 1996 avec la nouvelle halle de l’aéroport de Mérignac (p. 150). Ce panorama architectural qui couvre, nous dit-on, trois générations d’architectes et d’urbanistes, reflète en effet une plongée stylistique dans une architecture toujours dans les archaïsmes de l’art déco après-guerre, plus proprement fonctionnaliste lorsqu’elle bat son plein dans les années 1960-1970 ou encore post-moderne ou high-tech dès les années 1980.

Se pose alors inévitablement à l’historien de l’art, la question d’un « style Chaban » (p. 17). Lorsque j’ai interrogé l’auteur à ce sujet2, je voulais lui faire dire qu’en réalité, l’évolution des marchés publics initiée Après-Guerre a profondément modifié (et détruit) la tradition d’une architecture municipale voire nationale. Je n’ai eu pour seule réponse, loquace, que celle d’un maire infidèle et flagorneur avec ses architectes. Fini le charme des projets de Paul Volette ou de Pierre Mathieu qui ont vu Jean Royer, Jacques Carlu, Jean Willerval… imposer des architectures d’une qualité incontestable, sans compter l’école locale dont les Ferret, Arsène-Henry et Brochet ont perpétué la tradition.

Combinée à l’adoption d’un style international, devenu par tous les paradoxes celui de qui parlera le plus fort et gesticulera sans aucune vergogne pour se faire remarquer, la question de l’unité de style qui a pu faire la gloire de l’édile et de l’architecte depuis le XVIIIe siècle à Bordeaux, semble bien se reposer à l’aune de ses transformations les plus récentes.

1 « […] les tracés de voie, et les changements de la structure superficielle de Paris s’expliquent non point par les desseins concertés d’un ou plusieurs individus, par des volontés particulières, mais par des tendances ou des besoins collectifs auxquels les constructeurs, architectes, préfets, conseils municipaux, chefs d’Etat ont obéi, sans prendre, de ces forces sociales, une conscience bien claire, et, quelquefois, avec l’illusion qu’ils s’inspiraient de leurs conceptions propres. » Halbwachs, Maurice, « Les plans d’extension et d’aménagement de Paris avant le XIXe siècle », La Vie urbaine, n° 2, 1920, p. 28.

2 On ne trouvera pas ma question sur ce podcast de la librairie Mollat : http://www.mollat.com/rendez-vous/marc_saboya_marc_lajugie_bernard_lachaise_et_xavier_rosan-65200094.html

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.