Compte rendu : Martine Boiteux, Marina Caffiero, Brigitte Marin (sous la direction de), I Luoghi della città. Roma moderna e contemporanea, Rome, Ecole française de Rome, 2010 (Albane Cogné).

Martine Boiteux, Marina Caffiero, Brigitte Marin (sous la direction de), I Luoghi della città. Roma moderna e contemporanea, Rome, Ecole française de Rome, 2010.

Compte rendu par Albane Cogné

Nourri par les approches de la géographie, des sciences sociales et de l’anthropologie, l’ouvrage s’attache à étudier la fabrique des lieux dans la ville de Rome et leurs usages historiques et mémoriels. Ces « lieux » sont définis comme des « portions d’espace profondément marqués par leur histoire et empreintes de sens et d’usages qui se distinguent à l’intérieur de la ville comme des objets identifiables, étroitement circonscrits et collectivement construits » (p. 1). Il peut s’agir d’un quartier de la ville administrativement délimité ou encore d’espaces marqués par le déroulement d’un événement, par l’exercice d’une activité, par le passage de flux. Les onze contributions réunies dans cet ouvrage sont issues d’un séminaire commun de l’École française de Rome et de l’Università di Roma-Sapienza, tenu entre 2001 et 2004, présentant les recherches de jeunes chercheurs italiens. Elles s’appuient sur des sources variées, de nature littéraire (descriptions de la ville, récits de voyage, journaux intimes), iconographique (cartes, gravures, photos) et archivistiques, qui permettent souvent de souligner les décalages existants entre les représentations et les réalités spatiales. Les trois historiennes qui ont assuré la publication de l’ouvrage ont notamment étudié les divisions administratives de l’espace urbain (Brigitte Marin), les rituels et cérémoniels dans la ville de Rome (Martine Boiteux), les relations entre Juifs et Chrétiens à Rome et la période révolutionnaire (Marina Caffiero).

Une première série de contributions porte sur un quartier de la ville, démontrant que ces divisions de l’espace ne sont pas des circonscriptions administratives neutres. Elles se caractérisent par des identités singulières, forgées au cours des siècles qui se transforment au fil des évolutions sociales, économiques et politiques. A travers le cas du Trastevere, Massimo Cattaneo analyse le décalage entre l’identité réelle et fictive d’un quartier et ses conséquences politiques. Il présente le paradoxe d’un rione dont les sources littéraires et iconographiques mettent en évidence le caractère populaire et violent alors que les sources archivistiques témoignent d’une réalité sociale plus diversifiée et moins négative. Ce décalage entre mythe et réalité a des conséquences politiques lors des événements de 1789-1799 car, contrairement aux attentes des Français, les comportements des habitants s’orientent rapidement en faveur de la contre-révolution. Les transformations d’un quartier sur la très longue durée sont envisagées par Mario Rosa Protasi qui montre comment l’identité de l’Esquilin évolue à travers des phases alternées d’inclusion et d’exclusion de la zone habitée et à travers des processus de déqualification et requalification de l’espace. Après avoir été largement abandonné au Moyen-Age, l’Esquilin se transforme au XVIe siècle en une colline de jardins où l’aristocratie pontificale construit ses villas puis en une zone densément peuplée, à la fin du XIXe siècle, dans un contexte de forte spéculation édilitaire. L’implantation de la Gare de Termini, qui devient rapidement une plateforme des transports publics, métamorphose la zone résidentielle en quartier commercial dont la déqualification progressive aboutit à faire de l’Esquilin un quartier ethnique où les immigrés représentent près du quart de la population en 2008. A la différence des rioni précédents, San Lorenzo est un quartier créé à la fin du XIXe siècle qui se construit en peu de temps une identité propre (Lidia Piccioni). La provenance géographique commune de ses habitants, essentiellement originaires du Latium voisin, son identité précoce de quartier rouge puis le bombardement de 1943 participent au renforcement du sens communautaire et identitaire, fixé ensuite par la littérature et le cinéma néoréaliste. A travers le cas du rione Regola, marqué par la présence de tanneurs et pelletiers, Emanuela Parisi montre enfin comment l’exercice d’un métier construit l’identité d’un quartier, influant sur sa configuration sociale, sa typologie immobilière et les activités économiques qui s’y déroulent.

Une deuxième série de contributions envisage des lieux de nature variée qui ne correspondent plus à des divisions administratives mais se caractérisent par une présence architecturale, une activité spécifique ou un événement. Claudio Canonici s’intéresse aux portes de la ville qui perdent leur rôle défensif pour acquérir une fonction symbolique croissante. Dans l’exercice du « théâtre de la peine », les lieux où appliquer celle-ci sont choisis selon leur aptitude à constituer de véritables caisses de résonance auprès de la population. Roberto Benedetti effectue une typologie de ces lieux qui peuvent correspondre ou non avec les centres de la vie économique et sociale, produisant une série de cartes intéressantes. Lieux d’habitation, lieux de production d’œuvres d’art, lieux d’exposition, les ateliers d’artistes romains sont aussi des pôles de sociabilité, mettant en contact artistes étrangers et italiens, voyageurs et clients princiers. Serenella Rolfi Ozvald s’intéresse aux typologies immobilières spécifiques qui permettent d’assurer ces multiples fonctions, révélant l’existence d’un marché immobilier particulier à travers l’étude des contrats de location. On retrouve l’opposition entre la ville réelle et la ville représentée avec l’étude de Massimiliano Ghilardi sur les catacombes romaines, objets de topoi dès leur redécouverte à la fin du XVIe siècle. La ville des défunts se transforme progressivement en refuge pour les hors-la-loi et les marginaux, demeurant un sujet d’intérêt pour la littérature puis le cinéma. La belle contribution de David Armando retrace enfin les étapes du phénomène d’identification réciproque entre la brève République de 1849 et l’espace du Janicule. Le processus de condensation de la mémoire dans ce lieu passe par la toponymie des rues, l’apposition de plaques, l’érection de bustes des héros de la République. Il culmine avec l’installation du monument équestre de Garibaldi en 1895 qui témoigne du choix du gouvernement Crispi d’orienter la construction mémorielle en faveur d’une ligne politique modérée visant à démontrer l’impossibilité d’une solution républicaine pour le jeune État italien. Deux contributions à l’échelle de la ville entière encadrent l’ouvrage. Martine Boiteux envisage d’abord l’évolution des divisions administratives de la ville, de leur nomenclature et de leurs usages. Elle souligne la permanence remarquable du terme de rione, propre à Rome et porteur du mythe de la continuité avec l’Antiquité. La dernière contribution de l’ouvrage s’attache à analyser le rôle de la mobilité et, en particulier, des transports publics dans la hiérarchisation des lieux : Grazia Pagnotta étudie les conséquences de l’évolution du réseau de transport en commun qui s’adapte au développement urbain et érige certains lieux de la ville en carrefours incontournables. L’ouvrage offre ainsi un éclairage tout à fait intéressant sur les processus de construction identitaire des lieux à travers des exemples divers qui mettent en évidence la variété des facteurs intervenants.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.