Compte rendu : Susanne Rau, Räume der Stadt. Eine Geschichte Lyons 1300-1800, Frankfurt am Main, Campus Verlag, 2014, 572 p. (Olivier Richard)

Susanne Rau, Räume der Stadt. Eine Geschichte Lyons 1300-1800, Frankfurt am Main, Campus Verlag, 2014, 572 p.

Compte rendu par Olivier Richard.

Le riche ouvrage de Susanne Rau, dont on pourrait traduire le titre par Espaces de la ville. Une histoire de Lyon 1300-1800, est la publication de son mémoire d’habilitation, soutenue en 2009 et qui lui a permis d’obtenir une chaire d’Histoire et cultures des espaces à l’époque moderne à l’université d’Erfurt. Son objet est d’écrire une histoire urbaine non pas dans une simple perspective topologique, ni dans celle des grands récits de l’histoire moderne, comme la construction de l’État ou la confessionnalisation, mais en considérant ensemble urbanisation et processus sociaux, en particulier la sociabilité. Par urbanisation, l’auteure n’entend pas seulement l’évolution du bâti, mais l’ensemble des évolutions produisant des espaces différenciés ainsi que des conduites ou pratiques différentes de celles qui ont cours en milieu rural – étant entendu que les espaces sont des constructions socio-culturelles dynamiques. Ainsi, la ville n’est pas vue comme le simple cadre des processus sociaux qui s’y déroulent, mais comme un acteur à part entière de ces derniers.
Dans sa longue introduction, l’auteure expose avec aisance les différentes théories de compréhension des espaces (signalons ici son excellent manuel sur l’espace à destination des historiens, Räume, Frankfurt am Main, 2013) ainsi que l’état de la recherche, aussi bien dans les pays germaniques qu’en France, et présente ses sources, iconographiques (plans et vues), narratives, guides de voyages, mais aussi de nombreux fonds d’archives inédites, inventaires d’auberges ou cafés, archives des corps de métier et actes de justice. Le livre dépasse la césure chronologique traditionnelle entre Moyen Âge et époque moderne, mais les sources disponibles pour sa problématique autant que le parcours de l’auteure, moderniste, font des XVIe aux XVIIIe siècles, le cœur de l’ouvrage, la fin du Moyen Âge constituant souvent seulement le point de départ de chaque thème abordé.
La première grande partie traite des « transformations d’une ville : Lyon et le Lyonnais entre 1300 et 1800 », dans une perspective macro-historique, en s’intéressant d’abord à la situation de Lyon, zone-frontière tardivement intégrée au Royaume, lieu d’échanges économiques, notamment de foires, mais aussi melting pot. Puis Suzanne Rau étudie la topographie de la ville, les agrandissements de l’enceinte, l’ouverture de l’espace urbain avec la percée de plusieurs places à l’Époque moderne, les ponts, les projets d’agrandissements de la fin du XVIIIe siècle, les faubourgs de la Guillotière et de la Croix-Rousse, ainsi que la topographie religieuse. L’auteure présente alors les grandes institutions de pouvoir, le Consulat, les organes de police, et les institutions ecclésiastiques, avant de s’intéresser aux « gens », c’est-à-dire aux structures sociales, à la topographie sociale, ainsi qu’à la démographie lyonnaise, qui se caractérise par de fortes variations. Par sa population, profitant d’une immigration venant surtout du Nord et de l’Est (Bourgogne, Savoie, Dauphiné), Lyon « n’est pas une ville méridionale » (p. 204-205).
La deuxième grande partie est consacrée aux descriptions littéraires de la ville, l’espace urbain lyonnais étant dès le XVe siècle devenu trop vaste pour être embrassé en entier par une personne : chacun se construisait « son » Lyon. Pour en saisir quelques exemples, Suzanne Rau sélectionne des textes présentant une certaine narrativité. C’est le cas du parcours archéologique de Gabriele Symeoni, vers 1560, qui reconstruit un Lyon antique tout en appréhendant l’espace de son temps de façon géométrique, puis de textes burlesques ou carnavalesques (L’entrée magnifique de Louis Garon de 1627), la description des œuvres d’art marquantes de la ville par André Clapasson en 1741, enfin des récits de voyages des XVIIe et XVIIIe siècle. Les voyageurs pénètrent plus dans la ville, ne se préoccupent plus seulement des fortifications ; au XVIIIe siècle, ils délaissent de plus en plus souvent le côté de Fourvière pour se cantonner à la Presqu’île.
La troisième partie, « culture spatiale dans la ville : la culture de l’hospitalité » (au sens d’accueil des étrangers ou des clients dans les auberges), représente le véritable cœur de l’ouvrage, préparé par plusieurs publications de l’auteure sur les « lieux publics ». En effet, si les établissements hôteliers sont présents aussi à la campagne, ils sont dans la ville moderne à la fois plus nombreux et plus diversifiés, si bien qu’on peut les considérer comme une marque d’urbanité. Le point de départ de la réflexion est que les auberges servent non seulement à nourrir et héberger, mais aussi de lieux de rencontre, de sociabilité et de commerce. Lyon, comme ville de passage et de foires, était particulièrement bien dotée, avec à la fin du Moyen Âge des hôtelleries ou auberges, lieux de gastronomie et d’hébergement, et des tavernes ou cabarets, en plus des débits de vin ou des gargotes. Les cafés apparurent tôt, dès les années 1660, dans la capitale des Gaules. Au plus tard au milieu du XVIIIe siècle, ils avaient par leur équipement (grands miroirs, tables en marbre, dans trois à quatre pièces) et leur emplacement en ville une place spécifique à Lyon, signe que la sociabilité avait changé. En effet, la topographie des différents types d’établissements reflète leurs fonctions, avec une « topographie de passage » pour les auberges, de « voisinage » pour les cabarets, et une concentration sur la Presqu’île, le long des quais de Saône et sur la place des Terreaux pour les cafés (p. 349-357). Ces lieux représentent des profils d’« espaces publics » (Öffentlichkeiten différents), avec une accessibilité, des mécanismes d’inclusion/exclusion, des rapports avec la rue, et des types de sociabilité et d’usages qui divergent. Au total, retracer leur histoire permet de suivre l’évolution de la ville du XIVe au XVIIIe siècle, qui change de centre, s’agrandit, et que les différents groupes sociaux s’approprient chacun à sa façon. Finalement, conclut l’auteure, c’est peut-être dans le fait que les espaces urbains connaissaient des usages autres que ceux qui étaient prévus à l’origine que réside, pour une part, l’urbanité (p. 412).
Ce livre est important à plusieurs titres. D’abord parce qu’il présente une thèse intéressante et bien appuyée théoriquement sur les constructions des espaces urbains, qui s’appuie sur un travail minutieux et original sur les sources (voir notamment p. 392 l’étude du nombre de personnes présentes dans les tavernes à partir d’un procès-verbal de contrôle du ban sur le vin en 1769) ; il est par ailleurs doté de riches annexes, dont une chronologie et plusieurs index. D’autre part, l’auteure propose ici une nouvelle histoire de Lyon, corrigée et modernisée, par exemple pour les chiffres de population (p. 199 sq) ou lorsqu’elle présente la Croix-Rousse non pas seulement comme « la colline qui travaille », mais aussi comme « une colline qui prie », périphrase d’habitude associée à Fourvière. C’est peut-être un inconvénient de l’ouvrage, puisqu’il oblige l’auteure à des développements sur les institutions ou la démographie qui ne servent pas directement sa problématique et alourdissent l’ensemble, mais assurément également une de ses richesses. Nul doute que ce livre sera désormais la référence en langue allemande sur Lyon à l’époque médiévale et moderne, mais il faut espérer aussi sa traduction en français. Enfin, ce travail constitue un relais rare entre les historiographies et les concepts francophones (la production de l’espace d’Henri Lefebvre) et germanophones (l’espace public habermassien, la sociologie de l’espace autour de Martina Löw), l’auteure étant parfaitement à l’aise dans les deux.  Il reste un étonnement, celui de la faible utilisation des cartes, qui sont nettement le parent pauvre de l’ouvrage, parfois peu lisibles, voire incomplètes, et ne servent presque jamais à produire du discours mais seulement à l’illustrer, si bien qu’on a l’impression qu’il ne s’agit pas là de négligence ou de malhabileté, mais plutôt d’une prévention épistémologique à leur égard. Cela n’enlève rien aux grandes qualités de l’œuvre.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.