Compte rendu : Wilmart Mickaël, Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du XIIe au XVe siècle (Boris Bove)

Wilmart Mickaël, Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du XIIe au XVe siècle, éd. Fiacre, Montceaux-lès-Meaux, 2013, 401 p. (Boris Bove)

 

La mode des monographies urbaines est passée, et les petites villes n’en ont jamais bénéficié, aussi peut on saluer l’initiative de Mickael Wilmart qui tente une histoire totale de Meaux au Moyen Âge. L’effort est d’autant plus méritoire que la ville est modeste (peut-être 6 000 habitants ?) et que les sources qui l’éclairent sont très fragmentaires. L’auteur les met cependant en perspective avec minutie et propose des hypothèses cohérentes lorsqu’elles font défaut.

Le fil rouge de l’ouvrage consiste à montrer comment Meaux, « ville du comté de Champagne, glisse progressivement dans l’aire d’influence parisienne tout en gardant sa propre ouverture vers les régions voisines » (p. 11). Le comté de Meaux forme en effet, avec le comté de Troyes auquel il est associé définitivement en 1152, le noyau de la principauté champenoise. La ville appartient donc sans aucun doute à l’espace politique du comté de Champagne. Pourtant les comtes semblent plus s’intéresser à Provins, qu’ils dotent des célèbres foires et d’un bailliage. La fusion des comtés de Meaux et de Provins fait d’autant plus perdre son identité à Meaux que son espace économique n’est pas centré sur la Champagne. Les trésors monétaires comme les dettes des compagnies de Lombards installées à Meaux montrent des liens forts avec la Picardie, mais c’est assurément avec Paris (qui se trouve à 40 km) que les relations sont les plus intenses même si, faute de sources, on les suppose plus qu’on ne peut en analyser la nature profonde.

Ces relations économiques se devinent à l’occasion d’événements politiques ou d’itinéraires biographiques. Ainsi les bourgeois de Meaux sont-ils invités à jouter par ceux de Paris dans les années 1330 et l’étude de la société montre que les Meldois migrent volontiers à Paris pour affaires ou pour y faire carrière tout en gardant un lien très fort avec Meaux, comme ce Jean Soulaz, né à Couilly-en-Brie à proximité immédiate de Meaux, qui devient procureur au Parlement de Paris, qui épouse une riche mercière commerçant de la mercerie en Picardie, des bûches à Paris et du blé en Champagne, et qui prévoit dans son testament trois sépultures possibles en fonction de la localisation de son décès : Paris, Meaux ou Couilly. D’autres exemples montrent que la migration vers Paris, si elle s’accompagne parfois d’une ascension sociale, n’empêche pas un retour à Meaux à la génération suivante, puisqu’on voit des fils de Meldois parisiens placer leurs enfants comme apprentis à Meaux. Cela plaide pour une intégration socio-économique forte qui rend les aller et retours Paris-Meaux ordinaires. On note aussi un nombre important de Meldois qui font carrière au Châtelet et on peut se demander si cette prédilection n’a pas un ressort économique, puisque le prévôt de Paris a la police des métiers dans la capitale.

Les liens forts qui unissent les bourgeois de Paris et de Meaux apparaissent au grand jour lors de la crise de 1358. La ville est en effet un lieu stratégique, car elle commande la Marne et la forteresse du Marché est assez sûre pour que le Dauphin y mette à l’abri les femmes et les enfants de la cour dont il juge qu’ils ne sont plus en sécurité à Paris depuis la révolte d’Etienne Marcel. La fermeture de la Marne et la garnison delphinale irritent les bourgeois de Meaux et de Paris qui unissent leurs forces pour prendre d’assaut le Marché. L’attaque échoue, le maire de Meaux est exécuté, mais la solidarité entre Parisiens et Meldois ne se dément pas : de nombreuses de lettres de rémission obtenues par les insurgés l’ont été par l’entremise de Jean Maillart, un ancien partisan d’Etienne Marcel qui l’assassina pour permettre aux Parisiens de se réconcilier avec le Dauphin. Ce soutien sans faille dans la révolte comme dans la recherche de la grâce royale est d’autant plus remarquable que Meaux est la seule ville de Champagne avec Château-Thierry à avoir suivi Etienne Marcel dans sa révolte, tandis que la plupart des villes du bassin parisien prenaient le parti des insurgés.

Ces comportements individuels et collectifs trahissent des liens forts entre Meaux et Paris, qu’il est cependant difficile d’étudier plus précisément, faute de source. L’approvisionnement de Paris en pondéreux (blé, vin, bois) par voie d’eau en est un, à coup sûr, mais il est probable aussi que Meaux appartienne à l’espace de production drapier parisien. L’auteur le déduit de l’existence d’une industrie drapière dans la ville depuis les années 1230 et de la richesse de certaines dynasties bourgeoises issues de ce métier comme celle des Rose qui sont – en filigrane – les héros de ce livre. Jean II Rose a ainsi les moyens de financer en 1331 la construction d’une chapelle dans la cathédrale de la ville, qui servira de nécropole familiale, et de fonder en 1356 un hôpital pour 47 pauvres ! Ce personnage n’est pas maire de la ville, mais il est au cœur du réseau de bourgeois qui se révoltent en 1322 contre le prieuré Saint-Céline, et contribue activement, avec ses enfants, à la révolte de 1358 : son fils Jean Rose le jeune, avocat au Parlement qui résidait à Paris en 1358 a joué un rôle actif dans l’engagement d’Etienne Marcel aux côtés des Meldois qui ont attaqué le Marché de Meaux, parmi lesquels on trouve d’ailleurs ses frères. L’opulence des drapiers contrastant avec l’absence de mention de « draps de Meaux » dans les sources, l’auteur en déduit que la production meldoise destinée à la commercialisation est envoyée à Paris pour être apprêtée ou teinte (les premières mentions de foulons ou de tondeurs de drap datent du XIVe, le premier cardeur apparaît fin XVe siècle) et qu’elle est exportée sous le nom de « drap de Paris ».

Mais la proximité de Paris profite aussi aux Meldois sur le plan politique, sans qu’on puisse déterminer s’il y a un lien entre économie et politique : pour affaiblir leur puissant vassal, les rois de France s’appuient sur l’évêque de Meaux qui est lui-même en rivalité avec le comte pour défendre ses droits dans la ville. Le comte Henri le Libéral accorde une commune aux bourgeois en 1179 avant de partir en croisade pour réduire l’influence de l’évêque sur le marché et pour s’assurer de la fidélité des bourgeois en échange de quelques privilèges personnels et commerciaux. Lorsque la Champagne entre dans le domaine royal en 1284, Meaux devient chef-lieu de bailliage, ce qui offre aux habitants des perspectives de carrière dans l’administration, tandis que la commune affirme ses droits. La révolte de 1358 sonne cependant son glas et les institutions municipales renaissent seulement en 1443 à la faveur de la reconquête de Charles VII qui accorde à la ville une taxe sur le vin pour financer la réparation des remparts. La gestion de cet impôt suppose une organisation municipale qui ne tarde pas à l’employer à des fins édilitaires (égouts, pavage, halles) plutôt que militaires. Le quartier fortifié appelé le Marché garde cependant son autonomie juridique jusqu’en 1509 (d’où une situation originale de « bimunicipalisme », p. 183) et se désolidarise du reste de la ville à plusieurs moments de son histoire (ses habitant pillent la ville après l’échec de l’attaque du Marché en 1358, puis versent dans le protestantisme au XVIe siècle alors que le catholicisme domine à Meaux).

L’étude montre tout l’intérêt qu’il y a à étudier de petites villes, en dépit des lacunes des sources, car cela permet d’appréhender l’espace parisien par ses marges, qui ont leur propre logique de développement socio-économique – on regrettera cependant le décalage entre les ambitions géographiques de l’ouvrage et la médiocrité de l’apparat cartographique proposé.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190 Président du RUCHE (2017-2019 et 2019-2021)

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190 Président du RUCHE (2017-2019 et 2019-2021)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.