Compte rendu : Source(s), Cahiers de l’équipe de recherche Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe, 2013 (Dominique Hervier)

Source(s), Cahiers de l’équipe de recherche Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe, 2013, n°3-ISSN : 2265-1306 (Dominique Hervier)

Jeune revue conçue et éditée au sein de la faculté des sciences historiques de l’université de Strasbourg par l’équipe ARCHE-EA 3400, Source(s) organise chacun de ses deux numéros annuels en trois parties : un dossier ; autour d’une source ; travaux des doctorants et chantiers en cours (les numéros sont désormais consultables en ligne à : www ea3400.unistra.fr). Ce numéro présente un dossier de 80 pages « Strasbourg, une ville et ses architectes » composé de quatre articles. Selon les termes de Laurence Buchholzer qui l’a dirigé, il témoigne « [d’]un intérêt partagé pour les acteurs de la ville […], leurs influences et leur positionnement dans une ville qui forme un cas modèle pour l’étude des transferts culturels ».

Catherine Xandry dans un article à l’érudition impeccable retrace et compare la formation à l’époque médiévale de deux faubourgs. À Strasbourg, la Krutenau, vaste espace situé entre la zone d’inondation du Rhin et la ville, déjà occupé à l’époque romaine, ne devient un quartier intra-muros qu’en 1401. L’urbanisation de ce territoire marécageux d’abord cultivé et progressivement colonisé par des couvents (dominicaines de Sainte-Catherine, dominicains de Saint-Nicolas-aux-Ondes, Guilhelmites) ne semble pas être le résultat de la volonté municipale ou de celle de l’évêque. Dépourvue d’une trame viaire régulière, encore parsemée de jardins et d’espaces vides, il accueille les lieux de réunions de corporations et les dépendances des couvents d’ordre mendiants. L’auteur établit alors la comparaison avec le développement organisé et maîtrisé de La Couture à Reims, autre faubourg à la destinée très différente : il se retrouve en effet à l’intérieur dans une grande enceinte lorsque Reims décide d’englober tous ses faubourgs. Grâce à la Prisée, on peut restituer la présence des métiers (tonneliers, charrons, charpentiers) interdits dans la cité. Spécialisé dans le commerce et l’artisanat, La Couture n’accueille pas de couvent et conserve très peu de jardins. Il faut souhaiter que cette double analyse très pertinente pour l’étude des mécanismes de formation des villes médiévales trouvera la possibilité d’élargir le champ de ses comparaisons avec d’autres faubourgs de grandes villes (À Paris, dans le Marais, La Couture Sainte-Catherine, le faubourg Saint-Antoine) et ainsi de les affiner à l’instar des travaux de Bernhard Metz et Monika Escher sur Trèves.

« Construire à Strasbourg : architectes et avatars (1824-1914) », le titre de l’article de Shahram Hosseinabadi laisse présager de la complexité du traitement d’un corpus d’un millier de noms. Recueillis dans les annuaires d’adresses de la ville (Adressbücher), publiés au cours d’un siècle environ où l’Alsace connaissait plusieurs changements de régime, l’étude s’inscrit dans le projet METACULT (Métissages, Architecture, culture) dont l’objectif est la mise en évidence des transferts culturels en architecture et en urbanisme entre la France et l’Allemagne. Le développement urbain considérable de Strasbourg à cette période s’opère dans un contexte professionnel en formation. Les hommes et les métiers du bâtiment (pourvoyeurs de matériaux, entrepreneurs, architectes) sont observés sous l’angle statistique et classés pour dégager des typologies en fonction de leur origine et de leur formation. On voit ainsi se dégager des dynasties et la naissance de réseaux. L’influence des différentes écoles d’architecture germaniques ou françaises laisse entrevoir une spécificité du bâti et l’auteur souhaite avec raison pouvoir mettre ces premières constations à l’épreuve du terrain comme ce fut le cas dans une étude comparable sur les Hauts-de-Seine (Jubelin-Boulmer, Hommes et métiers du bâtiment 1860-1940, Cahiers du Patrimoine n°59, , éditions du Patrimoine, 2001).

C’est d’ailleurs un des objectifs de l’ambitieuse enquête du service de l’inventaire du patrimoine de la Région Alsace engagée sur la Neustadt depuis 2010 et qui doit aboutir en 2017 à une nouvelle publication. Marie Pottecher, directrice du service souligne l’intérêt de cette architecture éclectique allemande et son excellent état de conservation qui vont contribuer à en intégrer une partie dans le secteur sauvegardé en cours de révision et à justifier le dossier de candidature au patrimoine mondial de l’Unesco. Dans la continuité des grandes études urbaines de l’inventaire général (Montpellier, Toulouse, Le Havre, Maisons-Laffitte), une méthodologie bien rodée (exploitation des sources documentaires, repérage et analyse de terrain, traitement statistique, SIG) est mise en œuvre par une équipe d’une dizaine de personnes. L’étude de la Neustadt est ainsi constituée de dossiers monographiques et de synthèse, de dossiers collectifs – celui sur la voirie recense 287 voies – afin que chaque partie présentant un intérêt patrimonial (important ou moindre) participe à la compréhension de l’ensemble et mette en lumière ce moment majeur de l’histoire urbaine strasbourgeoise qui permet à la ville de s’ouvrir à la modernité.

Le dossier se clôt par une étude sur l’architecture des Trente Glorieuses à travers les revues d’architecture qui vient à point nommé compléter l’historiographie existante concentrée jusqu’ici sur quelques projets exceptionnels. Gautier Bolle, spécialiste de l’architecte et poète alsacien, Gustave Stoskopf, (thèse sous la direction d’Anne-Marie Chatelet) utilise sa connaissance poussée des revues, nourrie des bases de données en ligne et des répertoires publiés (Leniaud, Bouvier, 2001) pour repérer 70 architectes actifs dans cette période. Il met ainsi en lumière des architectes tout à la fois régionalistes et modernisateurs qui renouvellent avec invention la tradition locale aux côtés des mandarins locaux et parisiens mieux connus. Le projet d’approfondir cette recherche notamment en dépouillant la presse locale sera bienvenu et promet ainsi que les trois précédentes études contribuent à renouveler la connaissance de l’architecture et de l’urbanisme strasbourgeois.

Dans le même numéro un article d’Hervé Doucet vient très à propos compléter ce panorama : « Architecture et formes urbaines dans une région frontalière depuis 1850, création d’un outil au service de la recherche » présente la constitution d’une base de données qui a pour but de faciliter et encourager la recherche dans le domaine architectural et urbain dans le cadre géographique de l’Alsace.

On peut regretter quelques fautes matérielles comme le schéma d’évolution du bâti de la Krutenau reproduit en trois exemplaires identiques (p. 21, fig. 2), des coquilles qui obèrent le sens (p.64, contournable pour incontournable). Mais il faut surtout souligner l’esthétique avenante de la maquette de la revue dont la couleur de couverture change à chaque numéro et se réjouir des photographies en couleurs qui facilitent la lecture des plans de ville.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.