Compte rendu: Alain Lottin (sous la direction de), Histoire de Boulogne-sur-Mer, ville d’art et d’histoire, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2014 (Youri Carbonnier)

Cette histoire de Boulogne-sur-Mer est la troisième édition, revue et augmentée, d’un ouvrage publié pour la première fois en 1983, réédité en 1998 (avec un chapitre supplémentaire pour la période récente) et depuis longtemps épuisé. La qualité des éditions précédentes a été maintenue et les apports nouveaux concernent la période la plus récente, confiée à la plume de Bruno Béthouart, ainsi que, pour le texte ancien, des mises à jour historiographiques et bibliographiques indispensables. En leur sein, on peut souligner la large place faite aux travaux de recherches universitaires (thèses, mais aussi mémoires de 2e cycle), souvent utilisés, mais pas toujours aussi clairement référencés. Cette nouvelle édition propose également des illustrations en couleur, largement puisées aux riches sources locales. Ce que l’ouvrage y gagne en attrait, il le perd parfois en lisibilité (le plan de Boulogne en 1805 requiert une vue affûtée).

Alain Lottin, qui a rédigé les deux chapitres consacrés à la période moderne, s’est entouré d’une quinzaine d’auteurs, dont le propos s’organise en 17 chapitres, suivant une progression chronologique, néanmoins interrompue par l’approche thématique, en quatre chapitres, consacrée au xixe siècle et par un chapitre intitulé « l’art monumental ». Portant surtout sur l’architecture, ce dernier embrasse l’ensemble de l’histoire de la cité, depuis les remparts médiévaux jusqu’au patrimoine de la reconstruction, éléments qui ont valu à Boulogne l’obtention en 1996 du label « Ville d’art et d’histoire », intégré dans le titre de l’ouvrage.

Comme souvent dans ce type d’histoire de ville, les périodes les plus anciennes sont moins développées, victimes de sources rares ou disparues (à Boulogne-sur-Mer, les archives médiévales ont été détruites dès 1544). Néanmoins, la richesse archéologique locale, à partir de l’époque romaine, est notable : elle nourrit les deux premiers chapitres et fait regretter l’absence d’un plan de repérage des différentes découvertes présentées, bien utile pour qui ne connaît pas la toponymie boulonnaise. Entre le xiie et le xvie siècle, Boulogne, désormais pourvue de caractères urbains, joue un rôle croissant dans la pêche harenguière, mais aussi comme étape ou carrefour, face à l’Angleterre ou aux terres du duc de Bourgogne qui finit par s’en emparer en 1416. Revenue à la couronne de France en 1505, Boulogne connaît deux siècles marqués par les réformes religieuses : à une solide implantation huguenote répond une reprise en main catholique, facilitée par l’érection d’un évêché. Le xviiie siècle est celui d’une nouvelle croissance démographique, mais aussi d’un développement culturel (marqué par les progrès de la scolarisation et l’ouverture d’un théâtre), architectural et économique. Boulogne devient un haut lieu de la contrebande en direction des côtes anglaises, où les smogglers écoulent eaux-de-vie et thé de mauvaise qualité. Le chapitre consacré à la décennie révolutionnaire est agrémenté d’un apparat graphique de qualité, tandis que le suivant s’attache aux années du « camp de Boulogne », prélude à l’invasion avortée de la Grande-Bretagne ourdie par Napoléon. Le xixe siècle bénéficie d’un traitement particulier, justifié par une période qui fait de la ville le premier port de pêche français, mais aussi, grâce à une action municipale opiniâtre en faveur du chemin de fer, une destination balnéaire. Souvent visitée par Napoléon III, Boulogne élit pourtant une municipalité républicaine dès 1870. Le xxe siècle est celui des épreuves : camp britannique de 1914 à 1920, place forte allemande de 1940 à 1944, le port de pêche pâtit des conflits et la ville est ruinée par les bombardements. Elle est rebâtie d’une façon résolument moderne, soulignée par les grands immeubles surplombant l’embouchure de la Liane. Si les tout derniers chapitres, qui s’attachent à l’histoire immédiate, se font plus factuels, ils constituent une trame et ouvrent des perspectives que les futures générations d’historiens pourront amender, confirmer ou infirmer.

Cette Histoire de Boulogne-sur-Mer apparaît donc comme un ouvrage utile et un jalon pour l’histoire des villes moyennes. Elle se distingue en outre par un corpus documentaire (31 documents) regroupé en fin d’ouvrage qui renforce l’iconographie de qualité insérée dans le corps du texte, faisant de ce livre un recueil de sources appréciable et immédiatement utilisable dans le cadre d’un enseignement d’histoire.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.