Compte rendu : Arlette Auduc (sous la direction de), Rénover, réutiliser, reconvertir le patrimoine, Actes du colloque régional (15-16 septembre 2014), Région Île-de-France, 2015 (Laurence Gillot)

Arlette Auduc (sous la direction de), Rénover, réutiliser, reconvertir le patrimoine, Actes du colloque régional (15-16 septembre 2014), Région Île-de-France, 2015, (Laurence Gillot)

 Dans le cadre des semaines des patrimoines qui jalonnent depuis quelques années l’actualité culturelle de la région Île-de-France, un dialogue s’est construit entre experts, élus, aménageurs et populations locales autour de la question de l’articulation entre patrimoine, développement territorial et aménagement urbain. À l’instar des actes du colloque régional de 2011, Ces patrimoines qui font territoire, le colloque régional de 2014, et l’ouvrage qui en est le fruit, visent à repenser les relations entre patrimoine et développement des territoires, en dépassant la traditionnelle opposition entre un strict conservatisme patrimonial et un développement faisant table rase des héritages architecturaux. De même, ces deux manifestations traduisent un engagement fort de la région dans une action patrimoniale qui porte autant sur les témoins majeurs du passé que sur les patrimoines ordinaires, qui font la spécificité du territoire. L’intérêt de ces rencontres est aussi de construire un dialogue pluridisciplinaire autour du patrimoine à partir d’expériences témoignant du renouvellement des doctrines urbaines et patrimoniales, et de proposer de redéfinir les modes d’agir d’un ensemble d’acteurs de plus en plus diversifiés à travers la prise en compte de l’hétérogénéité du tissu urbain. Si donc le thème peut sembler déjà largement traité de nos jours, comme le rappelle la référence de Jean-Michel Leniaud au colloque d’Avignon de 1978, La réutilisation du patrimoine monumental protégé : la braderie des monuments historiques, l’originalité est ici de proposer de nouveaux modes d’action publique destinés à permettre une (ré)appropriation sociale du patrimoine, dont la conception se voit élargie. Le présent ouvrage s’inscrit ainsi dans le contexte d’une dynamique à la fois particulière à la région Île-de-France mais aussi plus globale, touchant la France et de nombreux pays dans le monde.

Dans sa forme, l’ouvrage de 236 pages, agrémenté d’illustrations nombreuses, se présente comme une retranscription fidèle des discours et débats qui ont animé ces deux journées coordonnées par Arlette Auduc, conservatrice en chef du patrimoine, responsable du service Patrimoines et Inventaires d’Île-de-France. L’intérêt tient à la diversité des études de cas et à la multiplicité des témoignages du monde politique (conseillers, chargés d’opération, chef de services territoriaux), de chercheurs, de conservateurs et d’attachés de conservation, mais aussi d’architectes du patrimoine et de directeurs de musée. Cette volonté de confronter des points de vue divers, et parfois divergents, se traduit également par la retranscription des débats animés par des experts du patrimoine : Paul Damm, Roselyne Bussière et Arlette Auduc. Par ailleurs, et suivant fidèlement l’organisation en trois sessions du colloque, les actes se structurent en trois parties, encadrées par les allocutions du monde politique : Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d’Île-de France, Julien Dray, vice-président du conseil régional d’Île-de-France chargé à la Culture, Jerôme Impellizieri et Sandrine Grandgambe, conseillers régionaux et membres de la commission Culture, ainsi que Patrick Aracil, président de la commission culture du conseil économique, social et environnemental de la région Île-de-France.

La première partie s’intéresse aux enjeux généraux et aux méthodes mises en œuvre lors des opérations de reconversion. Introduite par l’intervention de Laurent Alberti sur la dialectique entre usage et histoire, cette partie présente les pratiques d’inventaire et de requalification à Saint Denis (Christel Margottin et Antoine Furio), à Villeneuve-Saint-Georges (Julia Moro) et à Marines dans le Val-d’Oise (Gautier Bicheron). La deuxième partie est essentiellement constituée d’études de cas témoignant des multiples manières de réhabiliter, tant du point de vue du site que du nouvel usage qui y est insufflé. Cette session s’ouvre sur une présentation des principales actions de reconversion du patrimoine industriel en Île-de-France par Nicolas Pierrot, suivi d’exemples pris dans les champs du patrimoine militaire (Marie-Laure Estignard et Isabelle Gourmelin), du patrimoine agricole (Joachim Solda) et du patrimoine paysager (Véronique Martin). Enfin, la dernière intervention concerne l’inscription des reconversions du patrimoine dans le cadre du développement durable et de projets à finalité sociale (Odile Hagenmüller). Enfin, la troisième partie montre que la question de la reconversion intéresse chercheurs, politiciens et citoyens, ailleurs en France mais aussi dans le monde. Le rôle des études est mis exergue dans le cas de Nantes (Françoise Mousset-Pinard et Gaëlle Caudal) et à Saint-Affrique dans l’Aveyron (Roland Chabbert), mais aussi, dans un tout autre contexte, à Hanoï, où Simone Ricca souligne le lien entre les reconversions et des enjeux identitaires nationaux.

La qualité de l’ouvrage tient également à la présentation des enjeux actuels de la reconversion du patrimoine par un regard rétrospectif des principales doctrines et pratiques de conservation en France que nous offre, en introduction, Jean-Michel Leniaud, directeur d’études à l’EPHE. Si le phénomène de reconversion est une constante historique, depuis le Moyen Âge, liée à la « nécessité d’adapter sans cesse les formes architecturales à de nouvelles fonctions » (p. 23), force est de constater que ces tendances à la reconversion se sont renforcées à la Révolution française, participant à la conservation du patrimoine. Néanmoins, Jean-Michel Leniaud montre que de la reconversion est loin de faire consensus et divise encore historiens et architectes. Mettant l’accent sur la complexité du problème que posent les réutilisations (choix, aménagements, etc.), notamment à l’heure où le patrimoine doit être rendu accessible au plus grand nombre, Jean-Michel Leniaud préconise une approche prudente, informée par les experts en même temps qu’un aménagement patrimonial du territoire, là où il ne l’est pas encore assez. Ces propos rejoignent ceux formulés en conclusion par Arlette Auduc, qui insiste sur la nécessité de faire porter la réflexion sur la reconversion à l’échelle régionale, notamment du point de vue des financements, dont l’insuffisance représente souvent un obstacle à la mise en œuvre de projets de développement intégrant le patrimoine.

En définitive, les actes de ce colloque apportent une nouvelle pierre à l’édifice de la réflexion et de l’action patrimoniale, et ce, à trois égards. Premièrement, celui du patrimoine, considéré comme un héritage construit sur la longue durée et fait tout autant de continuités et de ruptures de sens et d’usages. Les différentes contributions montrent qu’il est à présent possible de concevoir une articulation entre des usages passés et présents, entre la matérialité et l’immatérialité, ainsi qu’entre les représentations savantes, institutionnelles et sociales du patrimoine. Le propos porte également sur des aspects techniques et sur les modes d’action dans le cadre des reconversions, rappelant les débats déjà anciens sur l’intervention de l’architecte, sur l’authenticité, et sur l’esprit des lieux.  Deuxièmement, les différentes interventions permettent de repenser le partage des responsabilités entre politiques, experts et citoyens à l’égard de la sauvegarde du patrimoine. La plupart des auteurs insistent sur le rôle et la place des experts dans la connaissance du patrimoine, mais ils montrent aussi que la reconversion doit passer par une appropriation et une sensibilisation des élus et aménageurs aux questions patrimoniales, autrement dit par une véritable politique régionale coordonnée aux actions locales, nationales et internationales, autant qu’elles doivent être résolument tournées et relayées par la société. Rénover, reconvertir c’est aussi réutiliser et participer du développement des territoires. Ce qui conduit au troisième apport de cet ouvrage, situé au niveau des actions en faveur de la reconversion. Sans être prescriptifs, les différents auteurs ont présenté des démarches et méthodologies innovantes (reconversions avec maintien des fonctions passées ou changement d’usage, adaptations aux types de bâti avec un souci de la représentativité de l’histoire des lieux, travail sur les perceptions, démarches collaboratives), ainsi que des outils efficaces (inventaires patrimoniaux, diagnostics territoriaux, fiches descriptives, cahiers de recommandation).

In fine, cet ouvrage invite bel et bien acteurs et penseurs du patrimoine à se pencher sur le sens des reconversions, dont la réussite semble conditionnée par leur aptitude à maintenir la valeur sociale des architectures et des espaces urbains, tout en adaptant leurs usages aux besoins sans cesse renouvelés des sociétés.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.