Compte rendu: Nicolas Cochard, Les marins du Havre. Gens de mer et société urbaine au XIXe siècle, préface de Jean-Louis Lenhof, Rennes, Presses Universitaires Rennes, coll. « Histoire », 2016. (Bernard Michon)

Nicolas Cochard, Les marins du Havre. Gens de mer et société urbaine au XIXe siècle, préface de Jean-Louis Lenhof, Rennes, Presses Universitaires Rennes, coll. « Histoire », 2016, 336 pages, 22 €. (Bernard Michon)

Récompensé en octobre 2016 par le prix Étienne Taillemite, décerné par la Société Française d’Histoire Maritime, l’ouvrage est issu de la thèse de doctorat, soutenue par l’auteur le 30 novembre 2013, à l’université de Caen Basse-Normandie (aujourd’hui université de Caen-Normandie), sous la direction conjointe des professeurs André Zysberg et John Barzman. Il apporte un précieux éclairage sur les populations maritimes d’un grand port français et européen durant une période peu explorée par les historiens, spécialement en France : le XIXe siècle. Nicolas Cochard se situe néanmoins dans la lignée des travaux initiés, pour l’époque moderne, par Alain Cabantous[1] et poursuivis par Gilbert Buti, Thierry Sauzeau ou encore Murielle Bouyer[2].

L’auteur souhaite inscrire sa recherche « au croisement du maritime, de l’urbain et du social, sinon du socio-culturel. Il s’agit en effet de livrer un travail qui concerne les personnels de la navigation à terre » (p. 15). Son étude s’appuie sur les riches fonds de l’Inscription Maritime du quartier du Havre, conservés aux archives départementales de la Seine-Maritime, en particulier les matricules des gens de mer. C’est dans ces registres qu’il a puisé les indications pour constituer une base de données de 450 inscrits maritimes, répartis en trois cohortes de 150 marins, nés entre 1805 et 1815 pour la première, entre 1840 et 1850 pour la deuxième et entre 1865 et 1875 pour la troisième. Cette approche prosopographique qui cherche à suivre ces matelots tout au long de leur carrière, permet d’allier « le quantitatif et le qualitatif, le collectif et l’individuel » (p. 44). Nicolas Cochard n’a pas négligé pour autant les capitaines et les personnels du service général des paquebots qui ont fait l’objet de bases de données supplémentaires. Les archives civiles ont également été mobilisées, notamment les données de l’État-civil et les recensements de population. Si le recours aux sondages n’est pas discutable, en raison du nombre élevé de gens de mer, le choix de procéder dans le sens inverse de la carrière des marins, pour constituer les échantillons, interroge. En partant des marins « hors-services », l’auteur sélectionne des individus aux parcours longs dont la représentativité est critiquable. Quid, en effet, des marins précocement disparus ou ayant abandonné le métier ? Nicolas Cochard est conscient de cet écueil qu’il a cherché à contourner par des sondages parallèles, mais certains résultats sont obérés par ce parti-pris initial. En outre, il aurait peut-être été préférable pour le lecteur de fournir les chiffres globaux de la population maritime havraise avant la page 75 et de les analyser avant les pages 187-188. Par ailleurs, l’assise bibliographique du travail est très solide et l’auteur exploite, en particulier, les résultats d’une vingtaine de mémoires de maîtrise et de master, soutenus dans de nombreuses universités mais principalement à Caen, à Rouen et au Havre, qu’il fait ainsi sortir de l’ombre.

Le plan proposé est classique : l’ouvrage se décompose en onze chapitres répartis en quatre grandes parties. Nicolas Cochard commence par évoquer « Le Havre au XIXe siècle », dans une première partie assez maladroitement nommée « Contextualisation et méthodologie ». Il s’intéresse ensuite aux « Dynamiques professionnelles des marins du Havre », avant de montrer l’insertion des « Marins au cœur de la population havraise » et de terminer par « Les marins dans la société maritimo-portuaire ».

Le premier chapitre a le mérite de situer le cadre géographique de la recherche, celui d’une ville-port à la croissance remarquable : Le Havre compte 20 000 habitants en 1789 et 165 000 à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, surtout la ville dépasse Rouen dans le recensement de 1911 (136 159 habitants contre 124 987). Le Havre s’affirme comme l’une des principales portes d’entrées et de sorties du continent européen, se spécialise dans la redistribution des denrées coloniales importées et la navigation de cabotage (national et international), sans oublier évidemment le trafic des passagers. Pas moins de 150 000 passagers quittent par exemple le port en 1913 à destination de l’Amérique. N’aurait-il toutefois pas été préférable de synthétiser ses apports et de les intégrer à l’introduction générale ?

La deuxième partie permet d’entrer dans le vif du sujet avec d’abord les activités des marins havrais. L’auteur rappelle l’existence d’une pluriactivité maritime, consistant pour un matelot à alterner les types de navigation (long cours, cabotage, bornage, pêche), mais insiste sur la diminution de cette pratique entre la deuxième et la troisième cohorte étudiées (de 40 % à 25 %), traduisant une véritable mutation culturelle, induite par l’industrialisation et l’adoption par les marins de logiques salariales classiques. La montée en puissance de la vapeur comme mode de propulsion des navires conduit logiquement à la hausse des effectifs des inscrits chargés des machines (10 % dans la première cohorte et près de 25 % dans la troisième). L’étude des carrières des marins permet à Nicolas Cochard de souligner leur allongement au XIXe siècle : les durées les plus importantes concernent les marins de pont, même si les personnels des machines parviennent fréquemment à rester marins plus de vingt ans. Ce chiffre est impressionnant quand on sait la difficulté de la tâche. Grâce à l’examen des revenus, l’auteur nuance la vision misérabiliste souvent accolée aux gens de mer. Il produit de très utiles tableaux des salaires des marins selon leurs activités (p. 121 et suivantes) et aboutit à l’idée d’une amélioration de leur pouvoir d’achat, malgré de forts écarts entre les hommes. Le système des aides versées aux veuves et orphelins de marins fait également l’objet d’une analyse : il faut attendre le début du XXe siècle pour voir des progrès significatifs, notamment à la suite de mouvements de grèves. La modernisation de la navigation, la baisse significative de la durée des trajets en mer et une meilleure hygiène à bord, provoquent le recul du typhus et du scorbut. Toutefois, la tuberculose persiste, en mer comme à terre. La hausse de l’espérance de vie des marins durant la période considérée ne doit pas faire oublier que les 51 ans, âge requis pour prétendre à une éventuelle pension de retraite, sont difficiles à atteindre.

Dans la troisième partie du livre, Nicolas Cochard commence par évoquer les origines géographiques et sociales des marins du Havre. La croissance démographique « champignon » de la ville, ne s’explique évidemment pas simplement par son solde naturel mais surtout par les courants migratoires. La pertinente approche cartographique, visant à présenter les lieux de naissance des inscrits (p. 172, 176-180), aurait sans doute gagné en lisibilité en étant accompagnée de tableaux statistiques, reprenant les départements ou secteurs de provenance, cohorte par cohorte. S’agissant des professions des pères des marins, l’auteur corrobore les conclusions de Gilbert Buti et Jacques Péret pour l’époque moderne[3] : en dépit de la proportion assez élevée de personnes issues du monde de la mer, de nombreux individus viennent d’autres horizons. C’est donc bien l’hétérogénéité qui caractérise les populations maritimes. Après l’examen de la localisation des gens de mer à différentes échelles, Nicolas Cochard s’intéresse à leur entourage, familial d’abord, amical ensuite. L’étude menée sur la nuptialité confirme le caractère composite du milieu maritime et corrige l’image d’Épinal d’une épouse de marin elle-même fille de marin.

La dernière partie examine la participation des gens de mer à la société portuaire qu’ils contribuent largement à façonner. Les sociabilités maritimes s’organisent bien souvent autour des débits de boisson : la consommation d’alcool par habitant dans le département de la Seine-Inférieure est d’ailleurs l’une des plus fortes du pays. Le Havre est une ville animée à la vie nocturne intense. L’auteur cherche cependant à relativiser le stéréotype du marin violent et bagarreur. Les gens de mer n’ont pas l’exclusivité de la violence même s’ils y participent. La multiplication des bagarres et des injures « entretient un entre-soi à l’échelle d’un équipage ou sous l’angle de la nationalité » (p. 271), les marins étrangers étant par exemple largement tenus pour responsables des violences. L’effet de groupe intervient également dans le domaine de la prostitution, notamment lorsqu’il s’agit d’initier les jeunes marins à la sexualité. Les mouvements sociaux des gens de mer se focalisent principalement sur l’amélioration de leurs conditions de travail et n’ont guère de portée politique, même si la multiplication des syndicats concoure au rapprochement entre les identités maritime et ouvrière. Les idéologies socialistes et internationalistes font leur apparition chez les marins et interrogent sur le statut des inscrits maritimes, soumis à une cadre quasi-militaire.

Les critiques formulées ne doivent pas remettre en cause ni l’ampleur, ni les apports indéniables du travail accompli par Nicolas Cochard. En cherchant à vérifier les clichés véhiculés depuis trop longtemps sur les marins, l’ouvrage contribue à redessiner les contours de cette population maritime, grâce à des apports scientifiques vérifiés. Il est souhaitable que cette étude de cas soit suivie d’autres, particulièrement sur le XIXe siècle, période de profondes mutations dans la navigation ainsi que dans les secteurs industriel et portuaire.

[1] Alain Cabantous, Dix mille marins face à l’océan. Les populations maritimes de Dunkerque au Havre aux XVIIe et XVIIIe siècles : étude sociale, Paris, Publisud, 1991, 672 p.

[2] Gilbert Buti, Activités maritimes et gens de mer à Saint-Tropez (milieu XVIIe s.-début XIXe s.). Contribution à l’étude des économies maritimes, thèse d’histoire, dactyl., André Zysberg (dir.), Paris EHESS, 2000 ; id., Les Chemins de la mer. Un petit port méditerranéen : Saint-Tropez (XVIIe-XVIIIe siècles), Rennes, Presses Universitaires Rennes, coll. « Histoire », 2010, 498 p. ; Thierry Sauzeau, Les marins de la Seudre, du sel charentais au sucre antillais, XVIIIe-XIXe siècles, La Crèche, Geste Éditions, 2005, 344 p. ; Murielle Bouyer, Les marins de la Loire dans le commerce maritime nantais au xviiie siècle, Rennes, Rennes, Presses Universitaires Rennes, coll. « Histoire », 2008, 327 p.

[3] Gilbert Buti et Jacques Péret, « Gens de mer et sociétés littorales en France à l’époque moderne », Revue d’histoire maritime, nos 10-11, La recherche internationale en histoire maritime : essai d’évaluation, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2010, p. 154-155.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.