Compte rendu : Gilles Plum, L’Architecture de la Reconstruction, Paris, Nicolas Chaudun, 2011 (Simon Texier)

Gilles Plum, L’Architecture de la Reconstruction, Paris, Nicolas Chaudun, 2011, 288 p., (Simon Texier)

Depuis l’étude pionnière publiée par Anatole Kopp en 1982 et l’ouvrage de référence de Danièle Voldman en 1997, aucun travail synthétique n’avait été mené sur l’architecture de la Reconstruction en France. Les études de cas, elles, se sont développées avec des monographies consacrées à des chantiers emblématiques, tels Le Havre, Marseille, Royan, Maubeuge, Brest, Caen, Sully ou Saint-Lô. Il reste cependant beaucoup à faire avant qu’une éventuelle grande synthèse soit envisageable – Amiens, Beauvais et Abbeville, par exemple, n’ont toujours pas été traitées. Aussi faut-il prendre le livre de Gilles Plum pour ce qu’il est : une vue panoramique et didactique, qui on l’espère pourra sensibiliser un large public aux qualités de l’architecture et de l’urbanisme des années 1940-1950, dont l’auteur souligne – avec une pointe d’emphase – à quel point ils répondaient aux aspirations de leurs contemporains. Ainsi à propos de Caen : « Là tout n’est qu’ordre et beauté… Comme par magie, là se trouvaient réalisées les représentations de la ville idéale type dans les livres scolaires ou les bandes dessinées : tout était à sa place dans le décor d’une vie parfaite. » Et pourtant, malgré le classement, sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, du centre reconstruit du Havre par Auguste Perret et ses disciples, malgré les mesures de protection prises à Royan (ZPPAUP), la Reconstruction n’a toujours pas bonne presse : architecture froide, raide, trop aérée, parfois si proche, déjà, des grands ensembles réalisés à l’extérieur des villes (voir les six « barres » de dix étages élevées par Marcel Lods à Sotteville-lès-Rouen). La riche iconographie de l’ouvrage de Gilles Plum apporte la preuve du contraire : le fonds photographique du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU), les archives des architectes (Arretche, Camelot, Laprade, Lurçat, Perret, Stoskopf, etc.) conservées à la Cité de l’architecture et du patrimoine, associés à un beau reportage signé Dominique et Régis de La Rivière, mettent efficacement en valeur les qualités de composition urbaine, architecturale et de détails d’un grand nombre de réalisations.

Le propos de l’auteur se structure en sept chapitres. Les trois premiers mettent en perspective les tendances stylistiques en présence au moment des premières reconstructions : régionalisme (particulièrement discuté avec le chantier précoce de Gien, dont les premières études sont produites dès 1940), modernité et classicisme. Une manière à première vue étrange de ranger les architectes et les projets sous des bannières dont on sait ce qu’elles ont de réducteur. En bon historien de l’art, Gilles Plum cherche précisément à montrer les nuances et, au final, à démontrer la complémentarité de ces approches. Car la thèse sous-jacente de son ouvrage est bien là : dans des conditions qui, sur un plan éthique, ont mis les architectes devant des responsabilités qu’ils n’avaient peut-être jamais connues, la profession a livré une synthèse qui ferait de la Reconstruction un véritable âge d’or. « Assurer un niveau élevé de confort et d’agrément aux logements, sauvegarder la continuité urbaine et recréer des cadres compatibles avec les monuments anciens » : tel est le tour de force réalisé par cette génération. C’est d’ailleurs dans le compromis et sur un temps long que beaucoup de projets prennent leur consistance et parviennent à s’inscrire dans une épaisseur historique. Plaidant la légitimité théorique et philosophique de chaque tendance stylistique, Gilles Plum développe un propos que l’on pourrait qualifier de réconciliateur : on peut en effet apprécier la « modernité aimable de l’École de Paris », incarnée par Albert Laprade à Valenciennes, tout en rappelant le « génie créateur de Le Corbusier » qui, avec la Cité radieuse de Marseille, fait « d’un simple immeuble d’habitation le temple impressionnant d’une religion nouvelle ».

Le chapitre central (« Les spécificités de la Reconstruction ») dresse un tableau synthétique des conditions et des méthodes de travail des professionnels du bâtiment. Le suivant (« Des personnalités s’affirment », tels  Mersier à Saint-Lô, Pouillon à Marseille et aux Sablettes) reprend un principe au demeurant récurrent dans tout l’ouvrage, qui consiste à associer une ville à un architecte : les contributions de Le Corbusier à Saint-Dié (projet non réalisé), Roux-Spitz à Nantes, Camelot à Lisieux, Abraham à Orléans avaient ainsi été traités précédemment. L’évocation des cas respectifs d’Henry Delacroix à Caen, de Clément Tambuté à Abbeville et de Jacques Henri-Labourdette à Beauvais aurait cependant été l’occasion de signaler les réalisations les plus célèbres de ces architectes, en l’occurrence la cité des « 4 000 » à La Courneuve pour les deux premiers et celle de Sarcelles pour le second. Alors que les grands ensembles font depuis peu, eux aussi, l’objet d’une réévaluation, ce lien entre les deux échelles d’intervention n’aurait pas été inutile. Les historiens pourront par ailleurs être agacés par une surreprésentation de la profession d’architecte, qui leur semblera pour le moins réductrice : œuvre collective, la Reconstruction est un jeu d’acteurs particulièrement complexe, dont Gilles Plum n’ignore en rien les mécanismes. Son objectif est ailleurs : mettre en évidence la pertinence de formes architecturales et urbaines, dont beaucoup menacent aujourd’hui d’être dénaturées, à Tours par exemple à l’occasion du réaménagement de la rue de la République et de la place Anatole-France. Ces formes sont analysées en deux ultimes chapitres par le prisme des édifices publics et des églises, enfin des arts plastiques. On reste là véritablement sur sa faim, car deux pages consacrées à la sculpture – qui à elle seule mérite un livre entier – suffisent à peine à introduire le sujet.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *