Compte rendu : Frédéric Moret, The End of the Urban Ancient Regime in England, trad. Melanie Moore, Cambridge, Cambridge Scholars, 2015 (Peter Clark)

Frédéric Moret, The End of the Urban Ancient Regime in England, trad. Melanie Moore, Cambridge, Cambridge Scholars, 2015 (Peter Clark)

Frédéric Moret a publié une étude très intéressante sur l’histoire municipale des villes anglaises pendant le XVIIIe et le XIXe siècle (il s’agit d’une bonne traduction en anglais de son habilitation). Au cœur de ses recherches, il y a le rapport d’une commission royale (c’est-à-dire, gouvernementale) pour les villes aux privilèges municipaux en Angleterre et au Pays de Galles (1833-1834), ainsi que le Municipal Reform Act (1835). Le livre replace la commission dans son contexte et ses liens avec le Great Reform Act de 1832 (la réforme parlementaire), la réforme municipale en Ecosse de 1833 et la New Poor Law de 1834 (la réforme sociale). Frédéric Moret confirme le rôle très partisan des politiciens réformistes du parti Whig en faveur des changements municipaux, mais il confirme aussi le consentement à la réforme de l’aile progressive du parti Tory sous Robert Peel – malgré l’opposition des grands seigneurs conservateurs (Conservative Lords) au Parlement. L’auteur souligne le travail important des juristes parmi les membres de commission : l’enquête a été une espèce d’investigation judiciaire avec le but, très clair, de condamner toutes les municipalités pour corruption flagrante afin de promouvoir une réforme universelle.

Comme les autres réformes britanniques de ce temps, la réforme municipale a été bien étudiée par nombre d’historiens depuis Beatrice et Sidney Webb (1908). Cela est déjà connu, mais le travail de Frédéric Moret est neuf parce qu’il utilise le rapport de la commission (très détaillé, en plusieurs tomes) pour éclairer l’Ancien Régime, politique et administratif, des villes anglaises avant la réforme. Il observe la variété extraordinaire des pouvoirs et des droits municipaux : chaque municipalité a un coffre de chartes royales presque uniques même si, du fait de la concurrence entre elles, les villes cherchent souvent des privilèges identiques. Les chartes comprennent un mélange de droits gouvernementaux (en général oligarchiques), judiciaires et fiscaux sur la propriété et le territoire urbain, sur les charités urbaines, sur le contrôle social et, très important, sur les élections de membres au Parlement de Londres. Souvent la juridiction municipale ne contrôle pas tout l’espace de la ville. Et seulement une minorité des villes anglaises a bénéficié de privilèges municipaux. Un grand nombre de villes très dynamiques se sont développées, au XVIIIe siècle, sans municipalité, surtout dans le nord de l’Angleterre : Birmingham, Manchester, Leeds. Ces villes ont alors bénéficié de commissions spéciales – improvement commissions – octroyées par le Parlement pour s’administrer elles-mêmes.

Mais, comme Frédéric Moret l’indique, beaucoup des villes municipales avaient déjà changé avant 1800. Les réclamations des réformistes contre la corruption ne les ont pas toutes concernées. Il y avait déjà eu des réformes financières (ici la thèse importante de E.J. Dawson, 1978, n’est pas bien connue) ; la bureaucratie urbaine avait progressé grâce à la mise en place d’un greffier de la ville (townclerk) ; les pouvoirs judiciaires étaient exercés par des tribunaux différents ; enfin, la rénovation des villes, très importante partout en Angleterre, était achevée par des improvement commissions qui ont pris en charge la police urbaine. Encore, faut-il faire la distinction entre la politique des municipalités privilégiées dans les élections au Parlement, en général marquée par la corruption, et le gouvernement des villes, souvent partisan, bien sûr oligarchique, mais fréquemment efficace. C’est probablement ce qui explique le relatif succès et l’économie florissante des villes au statut municipal comme Leicester, Nottingham, Derby, Coventry, Worcester, Newcastle et d’autres.

Pour conclure, nous avons ici un travail solide. Il y a un grand nombre de cartes – un peu trop à mon avis – et le texte est bien écrit ; hélas l’index est à la mode française (trop simple pour les Anglais !). Les historiens français et étrangers qui cherchent des études comparatives doivent lire ce livre (ou le mémoire d’habilitation de Frédéric Moret en français).


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *