Compte rendu : Barattucci (Chiara), Zoning / Mixité : alle radici dell’urbanistica italiana e francese (1870-1945), Rome, Officina Edizioni, 2013 (Denis Bocquet)

Barattucci (Chiara), Zoning / Mixité : alle radici dell’urbanistica italiana e francese (1870-1945), Rome, Officina Edizioni, 2013, 223 p.,  (Denis Bocquet)

 

L’ambition de cet ouvrage, que Donatella Calabi met en valeur dans une belle préface, est d’explorer un moment particulier de l’histoire de l’urbanisme en Allemagne, en Italie et en France, pendant lequel a dominé la conviction qu’une séparation des fonctions au sein de l’espace urbain pouvait constituer l’instrument central de la gouvernance du rapport entre société et territoire. Chiara Barattucci, dans son introduction, précise  l’esprit de sa recherche et son rapport à l’histoire urbaine. L’enjeu, pour elle, est ainsi de comprendre les tournants en urbanisme qui ont changé le regard sur le zoning et les conditions d’émergence de notions, comme la mixité, s’en voulant l’inverse. Il s’agit aussi de porter un regard décalé sur les enjeux de la définition du rapport contemporain entre recherche de soutenabilité urbaine et planification. Pour l’auteure, il existe une contradiction interne entre usage d’instruments d’urbanisme héritiers de la saison du zoning et déclarations d’intentions ou contexte idéologique appelant à la promotion d’une mixité fonctionnelle et sociale. L’objet du livre est précisément de mettre au jour ces mécanismes, contextes, contradictions et défis.

Le premier chapitre est consacré, après un essai de narration et de caractérisation de l’urbanisme européen de la fin du XIXe siècle, entre Cerdà, Haussmann et Howard, aux origines du zoning. Il se concentre essentiellement sur une genèse allemande : « Le zoning est ainsi inventé dans le cadre de la culture hygiéniste de l’urbanisme allemand entre 1870 et 1875 en tant que dispositif destiné à l’établissement de règles de densité et de distribution de la population, avec comme objectif principal d’apporter de l’ordre dans la croissance de la ville industrielle » (p. 32). Le but premier est pour les tenants de cette méthode, d’éloigner les nuisances industrielles des secteurs résidentiels. Chiara Barattucci se concentre particulièrement sur les écrits et réalisations de Reinhard Baumeister, qui en 1874 propose les premières formulations théorisées de ce qui allait devenir la technique du zoning. Suit dans l’introduction une narration des déclinaisons successives de ces approches en contexte allemand, notamment autour de personnages comme Joseph Stübben et Rudolf Eberstadt au début du XXe siècle. L’auteur s’attache également à présenter les vecteurs de diffusion en Allemagne et en Europe de ces nouvelles idées, au travers des manuels et des revues. D’importants passages sont consacrés aux débats berlinois des années 1910-1912 et aux diverses expositions mettant en scène les enjeux. Une tentative d’exploration de la diffusion des idées allemandes est faite autour de l’analyse de la genèse du Housing and Town Planning Act de 1909 en Grande-Bretagne. Les éléments fournis sont cependant insuffisants pour vraiment faire le tour de la question au-delà des intuitions initiales.

Le deuxième chapitre est consacré à la France. Pour Chiara Barattucci, la première origine du zoning à la française consiste en la volonté, déjà manifestée à l’époque napoléonienne, d’expulser vers la périphérie les activités produisant le plus de nuisances. Mais après quelques brèves considérations sur les conséquences en termes de ségrégation spatiale et sociale des grands travaux haussmanniens, c’est rapidement aux années 1890-1900 qu’elle consacre l’essentiel de son attention, autour par exemple de l’expérience du Musée social ou de la maturation d’une sphère intellectuelle et politique ayant mené après la Première Guerre mondiale à la formulation de la loi Cornudet (1919). Des passages intéressants sont consacrés aux Prix de Rome, comme Tony Garnier, Léon Jaussely, Henri Prost ou Ernest Hébrard et à leur modes d’appropriation des nouveaux instruments d’urbanisme en discussion dans la profession, et surtout à la méfiance manifestée dans le milieu naissant des architectes-urbanistes français, notamment par Georges Risler, face aux méthodes allemandes de conjonction d’une séparation spatiale des fonctions urbaines et d’une ségrégation sociale des populations.  Malgré ces réticences initiales cependant, ce que montre ce chapitre c’est combien émerge peu à peu une approche française au zoning intégrant des impulsions allemandes, issues notamment des écrits et conférences de J. Stübben. Par une analyse fine des manuels produits dans les années 1920, Chiara Barattucci construit un panorama précis de la diffusion de cette approche. Alors que pour les premières phases l’importance de l’expérimentation du zoning à la française en contexte colonial avait été quelque peu négligée par l’auteure, pour les années 1930 d’importants passages sont consacrés au congrès international d’urbanisme colonial de Paris en 1931 et à ses actes, publiés par Jean Royer l’année suivante. Il en va de même de l’analyse du contexte portant à l’élaboration du plan Prost pour la région parisienne. Le dernier passage de ce chapitre, consacré à la dimension de zoning telle qu’interprétée par la sphère du CIAM et par Le Corbusier, est en revanche trop succinct pour véritablement apporter des éléments nouveaux. C’est d’ailleurs souvent une des limites de cet ouvrage : reposant essentiellement sur la lecture des publications (manuels, revues, actes de colloques, catalogues d’expositions) des protagonistes des débats analysés, et rarement sur la consultation d’archives inédites, il tend à redéployer devant le lecteur spécialiste, des éléments connus sans toujours y apporter des interprétations innovantes. C’est un peu le cas également pour le chapitre dédié à l’Italie.

Celui-ci retrace l’évolution des techniques et instruments de planification urbaine de l’époque de l’occupation napoléonienne à la promulgation de la loi de 1942, qui a eu une influence considérable dans l’Après-Guerre. Pour les plans régulateurs des années 1850-1880, l’estimation de l’influence française est exagérée et les modalités de maturation locale ne sont pas analysées à leur juste valeur. Plus intéressants sont les passages consacrés aux premières occurrences du zoning en contexte italien, notamment autour des expériences promues par Luigi Luzzatti, que ce soit dans le cadre des réflexions ayant mené au vote de la loi qui porte son nom (1903) ou de réalisations comme le quartier de Milanino entre Milan et Monza. Le plan régulateur de 1909 pour Rome, rédigé par Edmondo Sanjust de Teulada est également analysé en tant que précoce document prévoyant une logique de zoning. Pour la période fasciste, c’est notamment le plan de Luigi Piccinato pour Sabaudia qui est analysé, en relation avec les fluctuations de l’idéologie du régime quant à la nature de l’urbain. Sur les plans de Marcello Piacentini pour Rome en 1931 et de Cesare Albertini pour Milan en 1934, Chiara Barattucci propose une lecture  mettant en relief le primat d’un zoning destiné à répartir dans l’espace les types d’habitat davantage que les fonctions. Les réflexions sur le contexte colonial italien, du plan de Luigi Luiggi pour Tripoli à ceux pour Addis Abeba, et son rôle dans l’évolution de la profession et des instruments d’urbanisme utilisés sont en revanche trop brèves pour être pertinentes. Plus intéressantes sont les considérations sur la maturation de ce qui allait devenir l’article 7 de la loi de 1942, qui prévoit « la division en zones du territoire communal » et une pratique d’urbanisme calquant sur ces zones des gradients d’intensité d’usage du sol.

Au total ce livre présente donc une précieuse et très utile synthèse de l’histoire de l’urbanisme et de ses instruments entre Allemagne, France et Italie sous l’angle de la question du zoning, de ses origines, évolutions et nuances diverses. Sur plusieurs points cependant une recherche plus approfondie permettrait d’en savoir plus, que ce soit sur la circulation des idées et influences ou sur les conséquences en termes de transformation des territoires urbains de ces innovations. La piste évoquée par Chiara Barattucci relative aux usages de l’histoire urbaine pour des réflexions contemporaines en urbanisme demeure en revanche tout à fait stimulante.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *